Transportistas haitianos levantan huelga y se reanuda el comercio en la frontera con Dominicana

Haïti/République Dominicaine: Reprise des activités commerciales à la frontière de Jimani/Malpasse 

L’Association des Transporteurs et Travailleurs de Malpasse a décidé de lever la grève entamée depuis le 26 novembre 2013 afin de permettre aux petits commerçants de reprendre leurs activités.

L’information a été rapportée par le GARR sur son site internet ce lundi.

Selon l’un des responsables de cette association. Cette grève, selon les dirigeants de cette association, visait à contester les crimes et agressions enregistrés dans la zone de Neiba (sud de la République Dominicaine), contre des ressortissants haïtiens, suite au double meurtre d’un couple dominicain attribué à la communauté migrante haïtienne.

Par ce mouvement, les grévistes entendaient aussi protester contre l’arrêt constitutionnel dominicain rendant apatrides des dizaines de milliers de Dominicains-es d’origine haïtienne, a déclaré Jean Jonas Vil, Secrétaire général de cette association syndicale.

. Au cours d’un entretien téléphonique avec un membre de l’équipe de Communication du GARR, Jean Jonas Vil s’est dit satisfait de ce mouvement gréviste pacifique qui, a-t-il dit, avait paralysé pendant trois jours (3) les échanges commerciaux dans cette ligne frontalière. Les riverains, et en particulier les usagers de la frontière, avaient été sensibilisés et étaient restés chez eux.

«A travers ces trois journées de grève pacifique, nous voulions envoyer un signe clair aux autorités dominicaines qu’ils doivent protection à nos frères et sœurs qui travaillent là-bas dans diverses entreprises et notamment dans les jardins.», a martelé le responsable.

Le Secrétaire général de l’Association des Travailleurs et Transporteurs de Malpasse dit condamner le comportement des autorités dominicaines qui, selon lui, continuent de violer les droits des Haïtiens-nes et aussi des Dominicains-nes d’ascendance haïtienne.

Il n’écarte pas la possibilité pour son association de se remobiliser si les ressortissants-es haïtiens continuent d’être persécutés en République voisine comme tel a été le cas la semaine dernière où des rapatriements forcés en cascade avaient été observés à la frontière de Malpasse.

M. Vil a encouragé les deux gouvernements de l’ile à travailler pour le respect du droit des ressortissants-es haïtiens et dominicains-es d’origine haïtienne souvent victimes de violence.

Soulignons que plus de 700 ressortissants-es haïtiens avaient été expulsés de gré ou de force du 23 au 28 novembre écoulé à la frontière de Jimani/Malpasse. Ces expulsions avaient été enregistrées suite à l’assassinat d’un couple dominicain survenu à Neiba ( République Dominicaine), lequel crime avait été attribué à des Haïtiens.

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=23087