Gobierno y oposición retoman oficialmente el diálogo y tratarán de fijar fecha para elecciones

Haïti-Dialogue politique : Gouvernance, élections et Constitution au menu de discussions entre Martelly et les partis politiques

Alors qu’un premier tour de table se tient ce mercredi 22 janvier, la gouvernance, les élections et la Constitution pourraient être des thèmes au cœur d’une rencontre, prévue pour le vendredi 24 janvier 2014, entre le président Joseph Michel Martelly et les partis politiques, à l’initiative de la Conférence épiscopale (catholique romaine) d’Haïti (Ceh), selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Il s’agira de « l’ouverture officielle du dialogue interhaïtien », indique la Ceh dans un communiqué.

« Toutes les questions ne sont pas encore résolues ». Néanmoins, « certains sentiers ont été aplanis ».

En attendant, des partis politiques à l’image de la Konfederasyon inite demokratik (Kid), du Mouvement national patriotique du 28 novembre (Mnp 28), de la Fusion des sociaux-démocrates (Fusion), entres autres, sont présents, ce 22 janvier 2014, à l’est de la capitale, pour discuter avec la Ceh, en prélude à la rencontre du 24 janvier avec Martelly.

Le Parti haïtien tèt kale (Phtk), issu de l’actuelle administration politique, est lui aussi représenté.

Les grands absents sont, notamment, le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod) et le parti de l’ancien président Jean Bertrand Aristide, Fanmi Lavalas.

En 2013, le retard – mis dans le lancement du processus de renouvellement des postes au niveau d’un tiers du sénat et des collectivités territoriales – a provoqué une levée de boucliers de l’opposition qui a multiplié les manifestations.

Martelly a vivement été mis en cause et son départ tout autant souhaité par des opposants.

Pour ne rien arranger, les relations entre Martelly et certains élus, entre autres les présidents du sénat Dieusseul Simon Desras et de la chambre des députés d’alors Jean Tholbert Alexis, se sont dégradées.

L’année 2014 s’est, toutefois, ouverte sur une atmosphère moins sulfureuse.

Devant l’Assemblée nationale, le lundi 13 janvier 2014, Martelly a joué la carte de l’apaisement.

Il a formé le vœu de « s’asseoir autour d’une même table, malgré les différences », dans l’objectif de mettre en pratique « le message de l’union, prêché par les ancêtres ».

L’absence du Mopod et de Fanmi Lavalas, à la rencontre de ce mercredi 22 janvier, augure, cependant, de la persistance du malaise et démontre, sans doute, le chemin qu’il reste à parcourir pour aboutir à un dialogue véritable, franc et ouvert, tant martelé dans les discours récents.

 

http://www.alterpresse.org/spip.php?article15856#.UuEQWhAtqM9