Haití: advierten sobre un posible rebrote del cólera

Haïti-Choléra : Le Mspp alerte sur des foyers actifs dans cinq départements

Les populations de dix-sept communes, dans les départements géographiques de l’Ouest (où se trouve la capitale Port-au-Prince), de l’Artibonite, du Centre, du Sud-Est et du Sud, sont appelés à rester vigilantes, en raison de la présence de foyers actifs de l’épidémie de choléra, alerte le ministère de la santé publique et de la population (Mspp), en conférence de presse le lundi 20 janvier 2014.

Des « points chauds » sont actuellement constatés au niveau de 17 communes des départements sus-cités, informe la directrice générale du Mspp, Guirlaine Raymond Charite.

Le Mspp appelle « les populations de ces communautés à s’activer », en s’investissant dans le respect des principes liés à la prévention du choléra.

Guirlaine Raymond Charite annonce aussi une série d’actions qui seront conduites dans ces communes, en vue de contenir les foyers actifs.

Mobiliser les équipes du Mspp dans ces zones, assurer la distribution d’intrants et l’identification des sources de la bactérie dans ces communautés, sont, entre autres, les initiatives qui seront entreprises.

Toutefois, une baisse, dans la quantité de cas des personnes vues, infectées ou tuées par l’épidémie de choléra, est constatée aujourd’hui, comparativement à l’année 2013, d’après les données disponibles au Mspp.

Pour la troisième semaine de janvier 2014, 3 personnes sont mortes du choléra, 75 autres ont été hospitalisées, 119 cas de diarrhée ont été recensés, contrairement à la troisième semaine de janvier 2013, quand 12 personnes ont été tuées, 955 autres hospitalisées 1,460 cas vus.

En termes de perspectives pour l’année 2014, le ministère de la santé publique et de la population envisagerait de « renforcer la sensibilisation, poursuivre les campagnes de vaccination pour arriver à 500 mille personnes vaccinées et encourager les partenaires du Mspp, notamment la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (Dinepa), dans la construction de latrines ».

La Dinepa « ne participe pas à la construction de latrines, à proprement parler. Elle ne fait qu’encourager les habitantes et les habitants à en construire, une fois l’eau potable mise à disposition de la communauté », précise le directeur général de la Dinepa, Lyonel Duvalsaint.

Dans les perspectives de la Dinepa pour 2014, il est question de trois nouveaux centres de traitement d’excréta, en particulier dans le Nord-Ouest, le Sud et la Grande Anse (une partie du Sud-Ouest).

Ce qui amènera à 6 la quqntité de centres de traitement d’excréta, construits sur le territoire national.

Des points d’eau devront aussi être construits ou réhabilités par la Dinepa pour l’année 2014.

Au cours de l’année 2013, une cinquantaine de points d’eau ont été établis dans les départements de la Grande Anse (Sud-Ouest), l’Artibonite et le Centre.

Malgré tout, « ce n’est pas suffisant », reconnaît Lyonel Duvalsaint.

Le choléra a été introduit dans le pays en octobre 2010 par des casques bleus de la Mission onusienne, selon des recherches menées par des scientifiques indépendants.

 

http://www.alterpresse.org/spip.php?article15839#.Ut57eRAtqM9