Haití: con diversas actividades conmemoran 28 años de la caída del dictador Duvalier

Haïti-Mémoire/Dictature : Des activités nationales et internationales pour marquer les 28 ans de la chute de Duvalier

Des projections de films, des émissions de radio, des conférences et expositions sont parmi les diverses activités, annoncées, au niveau national et international, pour commémorer le 28e anniversaire, ce 7 février, de la chute du dictateur haitien Jean-Claude Duvalier (1971-1986), selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

A cette occasion, des expositions multimédia et de panneaux seront réalisées à la Fondation connaissance et liberté (sigle créole Fokal), en vue de rappeler la chronologie des événements qui ont mené au départ de l’ex-tyran le vendredi 7 février 1986.

Des projections de films du cinéaste haïtien Arnold Antonin sur la dictature comme « Le droit à la parole », « Gérard Gourgue, l’homme par qui le cours de l’histoire aurait pu changer », « Art naïf et répression en Haïti » et « Un tonton makout peut-il être poète ? » auront lieu, successivement, à la Fokal, le mercredi 5 février 2014 entre 2:00 et 6:00 heures locales p.m. (entre 19:00 et 23:00 gmt)

L’émission Koze dwa moun (causerie sur les droits humains), de la Plateforme des organisations haïtiennes de droits humains (Pohdh), sera diffusée sur la station privée Radio Kiskeya, dans la matinée du vendredi 7 février 2014, entre 9:00 et 10:00 heures am locales (entre 14:00 et 15:00 gmt).

Suivi d’un débat, le film « Haïti le règne de l’impunité » d’Arnold Antonin sera projeté à l’Université Quisqueya, le même jour.

A partir de 7:00 pm locales (0:00 gmt le 8 février 2014), ce film sera également projeté sur les 14 chaînes de télévision du réseau de l’Association nationale des médias haïtiens (Anmh), dans la soirée.

Dans une conférence-débats, à la Fokal le vendredi 7 février 2014, à partir de 3:30 pm locales (20:30 gmt), la présidente de la fondation, Michèle Duvivier Pierre-Louis, l’ancienne ministre de la culture, Magali Comeau-Denis, et la coordonnatrice du Collectif contre l’impunité, Danièle Magloire, interviendront, respectivement sur des sujets, comme « Le sens du 7 février », « Vivre sous la dictature et résister » et « Les exigences populaires autour de 1986 ».

Le Mouvement patriotique démocratique populaire (Mpdp) annonce aussi pour ce 7 février une exposition de photos de victimes de la dictature, une conférence-débat et une projection à la Faculté d’Ethnologie, au centre de la capitale. Les activités se dérouleront entre 10:00 AM et 3:00 PM.

Plusieurs entités de la mouvance lavalas ont également rendu public un programme de commémoration. Le parti Fanmi Lavalas invite à la Fondation Aristide pour la Démocratie et des organisations populaires proches du parti lancent un appel à manifester dans les rues de la capitale contre le pouvoir en place considéré comme néo-duvalieriste.

A Montréal (Canada), une journée d’études sur le thème « État d’impunité ou État de droit en Haïti ? » sera organisée le 7 février 2014 par le Centre international de documentation et d’information haïtienne caribéenne et afro-canadienne (Cidihca).

Sera lancé, le même jour, à Montréal, le site internet « Haïti lutte contre l’impunité ».

Une exposition autour du thème « Résistants et macoutes » sera aussi présentée par le Cidihca.

« 28 ans après le renversement de Duvalier, où en est le pays ? » : telle est la problématique qui sera abordée, lors d’une rencontre-débat à la Martinique, réalisée par l’association « Notre histoire Caraïbe ».

Cette série d’activités, autour de la date symbolique du 7 février 1986, s’inscrit dans une logique de devoir de mémoire et une nécessité de donner justice, afin de ne pas occulter l’histoire, soulignent la Fokal et le Collectif contre l’impunité.

L’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier (1971-1986), successeur de son père François Duvalier (1957-1971), président à vie autoproclamé, a laissé le pouvoir le vendredi 7 février 1986, à la suite d’un soulèvement populaire.

De retour au pays, depuis le 16 janvier 2011, Duvalier est inculpé par-devant la justice haïtienne pour crimes contre l’humanité, suite aux poursuites engagées contre lui par des victimes qui attendent actuellement une décision de la Cour d’Appel de Port-au-Prince

http://www.alterpresse.org/spip.php?article15945#.UvSccmJ5Ml8