Haití: movimientos sociales lanzaron campaña para fomentar la igualdad de género

Haïti-Droits Humains : Nouvelle campagne sur le droit à l’identité et pour l’égalité entre les sexes

Les différents problèmes, liés au respect du droit à l’identité et à l’égalité entre les sexes, font l’objet d’une nouvelle campagne de sensibilisation et d’information, lancée le vendredi 28 mars 2014 à Hinche (Centre), en présence de déléguées des organisations communautaires de base de plus d’une trentaine de sections communales, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Lancée par le consortium Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa), Mouvement des paysans de Papaye (Mpp) et le Groupe de volontariat civil (Gvc), cette campagne durera 2 mois.

La campagne est conduite autour de 2 slogans : « pas de citoyenneté sans identité » et « pour une société équilibrée, prenons la voie de l’égalité ».

Elle devra permettre de sensibiliser et d’informer les communautés, spécialement les femmes, des sections communales et des communes de Hinche (Centre), surtout les membres des organisations communautaires de base, sur leur droit à l’identité et sur la nécessité de casser les liens avec les stéréotypes qui veulent que les hommes soient supérieurs.

Juslène Tyresias du Mpp relève la concentration des services, dans la ville servant de chef-lieu, comme l’une des causes du non-accès des personnes vivant dans les milieux ruraux à des actes de naissance et à des cartes d’identification nationale.

S’ajoute à cela, selon elle, le manque d’éducation et d’information sur l’importance des pièces d’identités.

« Le problème des actes de naissance n’est pas nouveau », souligne la militante Olga Benoît à l’attention du public.

Il s’agit d’un problème récurrent touchant singulièrement les femmes et les filles des zones rurales.

« Informer la population sur l’importance et le droit à l’acte de naissance », constitue le premier volet de la campagne, poursuit Olga Benoît, chargée, à la Sofa, de l’axe de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Selon la dernière enquète Morbidité, mortalité et utilisation des services (Emmus V, 2012), 27% de la population n’ont pas d’actes de naissance.

Le sénat dit appuyer les deux volets de la campagne, tout en mettant en évidence la place de l’identification dans l’avancement de la démocratie.

« Comment pourront-elles voter si elles n’ont pas d’identité ? », s’interroge Anthony Barbier, membre du cabinet du sénateur Dieusseul Simon Desras, délégué pour la circonstance.

L’autre volet de la campagne vise à informer sur la nécessité pour la population d’appréhender la question de la « représentation des femmes dans la société ».

Le développement de rapports d’équité, entre les femmes et les hommes, « est une urgence pour la société », selon le consortium.

La délégation de l’Union Européenne en Haïti, qui finance l’initiative, estime « essentiel » de placer l’idée de l’égalité entre les femmes et les hommes dans « la planification du développement local ».

Sont escomptés des résultats, comme l’augmentation du nombre de femmes dans les organisations communautaires de bases (Ocb), dans tous les autres espaces de décision, la déconstruction des stéréotypes plaçant les hommes avant les femmes dans les familles.

Les organisateurs espèrent aussi que la campagne permettra de rendre plus accessibles les informations fondamentales pour avoir accès aux actes de naissance.

Cette initiative se réalise dans le cadre du Programme d’appui au renforcement de la société civile haïtienne (Parsch), un projet financé par la délégation de l’Union Européenne en Haïti à hauteur de 566 mille euros (US $ 1.00 = 45.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui).

http://www.alterpresse.org/spip.php?article16222#.Uzynq_l5Pvw