Continúa paro de maestros y alumnos marchan pidiendo restitución de clases

Haïti-Grève de professeurs : Le ministère de l’éducation et les syndicats d’enseignants se renvoient la balle

 Le processus de relèvement de traitement des enseignantes et enseignants du secteur public est en cours. Ils recevront deux documents : leurs chèques et une souche leur disant qu’ils vont recevoir tel montant à partir du mois d’avril 2014 ».

C’est ce que fait savoir à AlterPresse le titulaire du ministère de l’éducation et de la formation professionnelle (Menfp), Nesmy Manigat, dans une interview, ce 6 mai 2014, à AlterPresse.

Dans le budget rectificatif 2013-2014, voté par les députés, en attendant la sanction du sénat, a été ajouté un montant de près de 800 millions de gourdes (US $ 1.00 = 46.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui), en vue de l’augmentation de traitement des professeurs.

« La question de grève survient du fait que tous les professeurs n’ont pas l’information au même moment », regrette le ministre, qui dit être sur le point de rencontrer des syndicats d’enseignantes et d’enseignants en vue de propager l’information.

La plateforme des syndicats d’enseignantes et d’enseignants n’est pas encore touchée de cette disposition, visant la satisfaction prochaine des professeurs grévistes.

« Nous n’avons encore rien vu. C’est ce qui explique la reprise de la grève. Nous attendons que l’Etat respecte ses engagements », dénonce Lourdes Edith Joseph Délouis, secrétaire générale de la confédération nationale des éducatrices et éducateurs d’Haïti (Cneh), un des syndicats enseignants impliqués dans le mouvement de boycottage des cours dans les lycées et écoles publiques.

La Cneh confirme la tenue imminente de discussions avec le Menfp.

Cependant, souligne-t-elle, « les autorités n’ont pas respecté le premier point des engagements pris [constituant en l’augmentation du traitement des professeurs], à la suite de la grève illimitée lancée le 20 janvier 2014 ».

Fin janvier 2014, une négociation a été entreprise entre une commission ad hoc, instituée par le gouvernement haïtien, et une plateforme d’enseignantes et d’enseignants, dont fait partie la Cneh.

Ce dialogue a abouti à des promesses d’un relèvement de traitement, à appliquer à partir d’avril 2014, et d’un retour à la table des pourparlers dans 20 jours (vers le jeudi 13 février 2014).

http://www.alterpresse.org/spip.php?article16393#.U2oc5_l5Pvx

Haïti-Education : Des élèves dans les rues pour réclamer le retour des enseignants dans les salles de classe

Plusieurs centaines d’élèves de différents lycées ont manifesté, ce mardi matin 8 mai 2014, dans plusieurs rues de la ville de Jérémie (Grande Anse / Sud-Ouest) pour réclamer le retour des enseignants grévistes dans les salles de classe.

En uniformes et armés de branches d’arbres, ces lycéennes et lycéens appartiennent aux trois principaux lycées de la ville : Lycée des jeunes filles, Lycée St-Luc et Lycée Nord-Alexis.

« Pas d’enseignants, pas d’examens », « On ferme les lycées pour ouvrir des collèges » sont, entre autres, les slogans mille fois scandés par les élèves.

Depuis environ un mois, les professeurs ne viennent pas dispenser les cours, avouent certains élèves qui disent profiter de ces moments pour jouer aux « morts pions ».

Cette première manifestation fait suite à un mouvement de grève, déclenché par des enseignantes et enseignants dans plusieurs villes haïtiennes, sollicitant de meilleures conditions de travail dont l’augmentation de leur traitement.

Les contestataires ont exhibé un cahier pour illustrer l’absence des enseignants dans les salles de classe.

Ils ont été rejoints par des personnes en civil, en signe de solidarité.

La foule de protestataires a grossi, de temps à autre, investissant les rues sans un parcours déterminé.

La sécurité de la marche a été assurée par les agents de la police haïtienne et de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah).

Pour leur part, les enseignants de ces différents lycées ont annoncé une manifestation de rues pour le mercredi 7 mai 2014.

Parallèlement, ce 6 mai 2014, une manifestation d’élèves de lycées a été également remarquée dans certaines rues de Port-au-Prince. Des dizaines d’élèves en uniforme ont réclamé de meilleures conditions d’études.

http://www.alterpresse.org/spip.php?article16386#.U2oc6_l5Pvx