La ONU crea comité de alto nivel para erradicar el cólera en Haití

Un comité de haut niveau Haïti-Onu pour l’éradication du choléra

Un Comité de haut niveau pour l’élimination du choléra, créé par le premier ministre Laurent Lamothe et le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (Onu) Ban Ki-Moon, a tenu, le mardi 27 mai 2014, sa première réunion à Port-au-Prince, apprend AlterPresse.

Cette première rencontre, déroulée en présence de Lamothe, et de la représentante spéciale du secrétaire général de l’Onu, la Trinitéenne Sandra Honoré, a servi à aborder la méthode de travail du comité.

Le lancement d’une campagne nationale d’assainissement et d’une campagne de communication sociale, ainsi que les perspectives opérationnelles, ont aussi été des points de l’ordre du jour de la réunion, indique un communiqué des Nations Unies.

Ces tous premiers échanges sont jugés « fructueux » et les membres du comité ont eu l’occasion de prendre des engagements réciproques, ajoute-t-on.

La proposition de mettre sur pied une équipe mixte Haïti-Onu, pour adresser des solutions contre l’épidémie de choléra, a été faite le 26 septembre 2013 par Laurent Lamothe à la tribune des Nations Unies.

Le chef du gouvernement haïtien avait alors avancé une « responsabilité morale » de l’Onu dans l’épidémie, faisant bondir des organisations réclamant des excuses publiques et surtout une responsabilité totale.

L’Onu continue de nier son implication dans l’introduction du choléra en Haïti, malgré les études scientifiques qui ont prouvé comment la bactérie a gagné le territoire haïtien depuis une base de casques bleus népalais, où les normes sanitaires laissaient à désirer.

Déclarée en octobre 2010, l’épidémie de choléra a déjà touché plus de 10% de la population et fait plus de 8 mille morts.

Les membres du Comité, ayant pris part à la rencontre, sont les ministres de la santé publique et de la population, Florence Duperval Guillaume, de l’économie et des finances, Marie Carmelle Jean-Marie, et des droits humains et de la lutte contre l’extrême pauvreté, Rose Anne Auguste.

Le coordinateur principal pour la réponse au choléra en Haïti, Pedro Medrano, les représentants du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) et de l’Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (Ops/Oms) étaient également présents.

http://www.alterpresse.org/spip.php?article16508#.U4cxpfl5Pvx