Haití: organizaciones anuncian nueva protestas para exigir la renuncia de Martelly

L’Opposition veut intensifier la mobilisation

Les leaders de l’Opposition radicale, regroupés au sein de la table de concertation, annoncent la poursuite des manifestations anti gouvernementales. Ils accusent le gouvernement d’avoir préparer la fusillade afin de freiner l’élan de la contestation populaire.

Pour M. Assad Volcy cette attaque attisera le feu de la mobilisation dans les rues de la capitale et des villes de province.

Les dirigeants du Mopod, Otan, Foparc, composants la table de concertation, disent détenir des preuves qu’un véhicule immatriculé service de l’état était impliqué dans la fusillade.

Deux personnes ont été tuées et trois autres blessées lors de l’incident survenu à Delmas 32.

Dans le même temps ils dénoncent le comportement du chef du Parquet de Port-au-Prince, Kerson Darius Charles, qui avait accusé le député de Delmas d’être l’auteur de la fusillade. Pour les leaders de l’opposition l’empressement du chef du Parquet à accuser le parlementaire est la preuve qu’un plan a été préparé par le gouvernement.

Les leaders de l’opposition radicale maintiennent l’agenda des manifestations de rues pour la fin de ce mois. 3 marches sont programmées en vue de réclamer la démission du chef de l’état et la libération des prisonniers politiques.

Par ailleurs, le sénateur Moise Jean Charles indique qu’il entend intenter une action en justice contre le gouvernement. Il affirme qu’il était la cible des bandits qui avaient tiré sur les manifestants.

Toutefois le gouvernement a dénoncé l’attaque armée contre des manifestants et annoncé qu’une enquête a été diligentée afin de faire la lumière sur les incidents.

Metropole Haití