Según la ONU, el cólera provocó 8.655 muertes en los últimos cuatro años

Haïti – Choléra : Pic du nombre de cas suspects…

Selon les derniers chiffres du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), l’épidémie de choléra en Haïti a généré 712,330 cas suspects ou avérés depuis son commencement en octobre 2010, et une estimation de 8,655 décès (chiffre du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP)) d’octobre 2010 au 31 octobre 2014. Du 1er janvier au 31 octobre 2014, 14,869 cas suspects ou avérés et 132 décès ont été enregistrés par le MSPP.

Alors que l’augmentation des cas suspects de choléra est prévue depuis le début de la saison des pluies en avril 2014, seulement 358 cas suspects de choléra et un décès ont été signalés pour le département de l’Ouest en septembre 2014 (comparativement à 1,574 cas suspects de choléra et 8 décès en septembre 2013).

Cependant, une augmentation très significative de l’incidence du choléra a été observée dans les régions métropolitaines de Port-au-Prince et ses environs depuis la fin de septembre, dans un contexte de pluies fortes et retardées, l’on peut observer un pic de 4,577 cas suspects ou avérés juste pour le mois d’octobre 2014.

De son côté Médecins sans Frontière (MSF) indique « plus de 2.000 personnes présentant les symptômes du choléra ont dû être hospitalisées d’urgence depuis mi-octobre à Port-au-Prince. Une majorité de la population haïtienne reste exposée au choléra faute d’accès à l’eau potable et aux latrines, la capacité de prise en charge des malades reste encore insuffisante. »

« Les patients arrivent chez nous dans un état critique car il n’existe pas de dispositif de prise en charge en urgence malgré le Plan national d’élimination du choléra, » a déploré Oliver Schulz, chef de mission pour MSF en Haïti.

La réponse à cette épidémie a été centrée sur les enquêtes, la recherche active de patients atteints de choléra, la décontamination, la protection des sources d’eau et la sensibilisation communautaire des équipes mobiles pluridisciplinaires (EMIRA, ONG, ONU).

L’OCHA souligne qu’un « soutien supplémentaire est nécessaire afin de maintenir les efforts et répondre aux besoins urgents.
Un désengagement prématuré pourrait compromettre les gains obtenus jusqu’à présent et conduire à une résurgence de cas suspects de choléra, » Au niveau du financement humanitaire, 40 millions de dollars ont été demandés pour 2014, et seulement 20.7 millions de dollars ont été financés au 4 novembre 2014, soit 51.8%.

MSF estime que 4 années après l’apparition du choléra, le système de santé haïtien fait toujours face à des pénuries en terme de financement, de ressources humaines et de médicaments.

Haití Libre