Haití: el Gobierno denuncia aumento de la violencia de dominicanos en la frontera

Haïti-R.D./Droits humains : L’État haïtien appelé à la rescousse pour freiner la violence à la frontière

Le Réseau frontalier Jeannot Succès pour la promotion et la défense des droits humains (Rfjs) dénonce des actes de violences, conduits contre des citoyennes et citoyens haïtiens à la frontière avec la République Dominicaine.

Le réseau énumère des actes d’assassinat, de maltraitance, des vols de marchandises et arrestations illégales, opérés par des responsables dominicains ainsi que des agents de l’ordre haïtiens.

Le 6 août 2014, 2 travailleurs haïtiens ont été tués par un garde forestier dominicain, appelé Santo Israel, dans la localité dominicaine de Limon.

Santo Israel serait l’auteur d’autres actes d’agressions contre des Haïtiennes et Haïtiens qui traversent la frontière.

Des policiers haïtiens font aussi partie des agresseurs, qui s’en prennent aux habitants (haïtiens) des communes frontalières, notamment Fonds-Verrettes (Ouest), Belladère (Centre) et Anse-à-Pitres (Sud-Est).

« Il faut que l’État porte un regard bienveillant sur ces communes qui sont comme abandonnées à elles-mêmes », demande Jean Lestin Menès, le coordonnateur du Komite defans dwa moun nan Fonvèrèt (Kdmf) / comité de défense des droits humains à Fonds Verrettes), membre du Rfjs, lors d’une conférence de presse le 10 décembre 2014.

Expliquant ces crimes divers par un manque, sinon une absence des services de base en différents points frontaliers avec la République Dominicaine, le Rfjs appelle les autorités à adopter des mesures pour créer un climat favorable au respect des droits humains.

Le réseau demande d’ « établir des programmes socio-économiques », dans l’objectif de changer les mauvaises conditions de vie des migrantes et migrants, une façon de les dissuader de se rendre en territoire dominicain, où ils sont constamment humiliés.

L’assurance de suivis sur les dossiers de violation de droits humains, par les responsables de la justice, l’augmentation du nombre de policiers affectés dans les communes frontalières et des équipements pour ces derniers, figurent parmi les recommandations du Réseau frontalier Jeannot Succès pour la promotion et la défense des droits humains.

AlterPresse