Haití: un muerto y varios heridos en manifestación de población que reclamaba servicios básicos

Haïti-Société : 1 mort, au moins 4 blessés dans des mouvements de revendications pour des services de base

Un bébé de 3 mois meurt asphyxié dans sa maison, des suites de l’inhalation de gaz lacrymogènes, tirés par des policiers nationaux. 4 autres personnes, dont une marchande de manje kuit (nourriture prête à la consommation) et un homme, ont été blessées par balles.

Tel est le bilan de l’intervention brutale , ce lundi 1er décembre 2014, d’agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), en vue de mater un mouvement de protestations et de revendications d’habitants de Ouanaminthe (Nord-Est) en faveur de la disponibilité de courant électrique public dans les foyers, suivant divers témoignages recueillis par des correspondants de presse.

Les manifestants ont dressé des barricades sur la route nationale en direction de Ouanaminthe.

Ouanaminthe, une ville frontalière avec Dajabon dans le département du Nord-Est, est secouée, depuis une semaine, par des manifestations pour réclamer le raccordement de la ville au réseau d’électricité, établi au Parc industriel de Caracol.

A Fort-Liberté, non loin de Ouanaminthe, où la population continue d’exiger la disponibilité de courant électrique public, la situation était encore tendue ce lundi 1er décembre 2014.

La semaine dernière, l’Inspection générale de la police nationale d’Haïti (IgPnh) a annoncé la mise en branle d’une enquête sur l’implication d’agents de l’unité départementale de maintien d’ordre (Udmo), qui auraient blessé des manifestants dans la zone de Fort Liberté et de Ouanaminthe.

Plus d’une dizaine de personnes, blessées par balles, avaient été recensées lors de manifestations, depuis plusieurs jours, à Fort Liberté.

Le premier ministre Laurent Salvador Lamothe a même convoqué, le jeudi 27 novembre 2014, une réunion d’urgence du Conseil supérieur de la police nationale (Cspn) sur les événements en cours dans le Nord-Est d’Haïti.

Tous les lundis et vendredis, ce sont plus de 10 mille personnes qui font le va-et-vient dans le cadre de l’ouverture hebdomadaire du point frontalier de Ouanaminthe. Des tonnes de marchandises dominicaines y sont déversées, à l’occasion, sur le territoire d’Haïti.

Entre-temps, une forte tension a régné lundi après-midi (1er décembre) dans la grande agglomération de Cité Soleil, au nord de la capitale. Les premières informations font état d’affrontements entre groupes rivaux.

Un bouchon considérable s’en est suivi dans les environs de Cité Soleil, sur des artères menant à la wout nèf et à la route nationale No 1, a constaté un reporter d’AlterPresse.

La police n’a pas encore annoncé d’actions pour faire face à ce climat d’insécurité, qui a provoqué, lundi après-midi, un mouvement de panique dans divers quartiers de la municipalité de Cité Soleil.

A Cabaret, à plus d’une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale, un nombre indéterminé de personnes ont été blessées par balles, des pare-brise de véhicules brisés, à la suite d’une démonstration des habitants en faveur d’infrastructures de base, comme l’accès à l’eau potable, dont ils sont privés depuis juillet 2014.

Alter Presse