Haití: Jefa de la Minustah rechaza la violencia política tras incidentes en el Consejo Electoral

Sandra Honoré condamne les violences électorales

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti et Cheffe de la Minustah, Sandra Honoré, a condamné hier les violences à Petit Goave (Ouest) et Cayes Jacmel (Sud est).

Le Bureau Electoral Communal (BEC) de Petit Goave a été incendié par des manifestants le 15 mai tandis que le BEC de Cayes Jacmel a été la cible d’une tentative de destruction.

Mme Honoré dénonce ces actes criminels et appelle les acteurs politiques à rejeter la violence sous toutes ses formes. ” Ces actes criminels ne font pas avancer le processus électoral et ne servent aucunement les intérêts des électeurs”, a-t-elle laissé entendre.

Des manifestations ont été réalisées le week end écoulé a Petit Goave et Jacmel par des partisans de candidats non agréés par le Conseil Electoral Provisoire (CEP).

A Jacmel des incidents avaient été enregistrés lors d’une manifestation des partisans de l’Organisation du Peuple en Lutte mecontents de l’éviction des deux candidats au Sénat du parti. L’ex ministre Gerald Mathurin et l’ex questeur de la chambre basse, Maxo Balthazar, ont été écartés de la course électorale.

La cheffe de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah), exhorte les candidats et les dirigeants des partis politiques à n’utiliser que des moyens légitimes et pacifiques en exerçant leur droit de participation et d’exigence de transparence. ” Seul un processus démocratique et des élections crédibles, transparentes et inclusives permettront à Haïti de s’engager sur la voie de la stabilité et du développement pour tous”, a fait valoir Mme Honoré.

Metrópoli Haíti