La OEA llama a la paz para los comicios presidenciales donde competirán 54 candidatos

El jefe de la Misión de Observación Electoral de la Organización de los Estados Americanos (MOE/OEA) en Haití, el ex Canciller y ex Ministro de Defensa de Brasil Celso Amorim, instó hoy a todos los actores del proceso electoral a trabajar conjuntamente de cara a los próximos comicios presidenciales, que se celebrarán el 25 de octubre.

“Estas elecciones pueden ser un momento histórico para Haití”, señaló Amorim, quien visitó este semana el país en una misión preliminar que concluye este sábado.

“Para que así sea es necesario que todos los actores -gobierno, partidos políticos, autoridades electorales y la población– contribuyan a superar los obstáculos existentes y crear las condiciones que permitan el desarrollo político, social y económico de Haití”, explicó.

Durante su visita, el Embajador Amorim se reunió con el Presidente de la República, Michel Joseph Martelly, quien estuvo acompañado del Ministro de Relaciones Exteriores, Lener Renauld, y del Ministro Delegado para las elecciones, Jean Fritz Jean Louis; con el Primer Ministro, Evans Paul; con el Ministro de Justicia, Pierre-Richard Casimir; y con el presidente del Consejo Electoral Provisional (CEP), Pierre-Louis Opont.

Asimismo, mantuvo encuentros de trabajo con los candidatos presidenciales, con la representante del Secretario General de Naciones Unidas, Sandra Honoré, y con el Director General de la Policía Nacional, Godson Orélus, así como con organizaciones de sociedad civil y la comunidad internacional.

La MOE/OEA logro profundizar el conocimiento sobre los obstáculos encontrados en la primera vuelta de las elecciones legislativas, celebradas el pasado 9 de agosto, e intercambiar ideas sobre las medidas correctivas para superarlas, a fin de que los comicios presidenciales sean inclusivos y puedan desarrollarse en un ambiente de paz y tranquilidad.

En este sentido, la Misión subrayó la importancia de garantizar condiciones de confianza entre todos los participantes

La seguridad de los electores durante los comicios y el amparo del proceso electoral son igualmente asuntos a los que la MOE/OEA ha asignado particular atención en sus encuentros con las autoridades y los partidos políticos.

Varios interlocutores destacaron los episodios de violencia de las pasadas elecciones. La MOE subraya la importancia de tener una adecuada seguridad durante las presidenciales de octubre, lo que ayudará a proveer credibilidad al proceso electoral. La continuidad del mismo de acuerdo a las leyes y los plazos establecidos, en un clima de tranquilidad y confianza, es esencial para alcanzar la estabilidad política y la consolidación de la institucionalidad democrática.

El Veedor Digital

Haïti-Politique : Une sécurité adéquate aux élections du 25 octobre 2015, souhaite la Moe-Oea

La Mission d’observation électorale de l’Organisation des États américains (Moe-Oea) insiste sur l’importance d’assurer une sécurité adéquate, lors des élections d’octobre 2015, dans un communiqué transmis à AlterPresse.

Une telle disposition sécuritaire contribuera à accroître la crédibilité du processus électoral, souligne la Moe-Oea, appelant tous les protagonistes à travailler de manière concertée en faveur, notamment, du scrutin présidentiel prévu pour le dimanche 25 octobre 2015.

« Ces élections peuvent représenter un moment historique pour Haïti », affirme Celso Amorim, chef de la Moe-Oea, l’ex chancelier et ministre de la défense du Brésil.

Amorim vient d’effectuer une mission préliminaire, qui a pris fin le samedi 26 septembre 2015 en Haïti.

L’ambassadeur Amorim s’est entretenu avec le président de la république, Joseph Michel Martelly, le président du Conseil électoral provisoire (Cep), Pierre-Louis Opont ainsi qu’avec des ministres, entre autres.

La sécurité des électrices et électeurs ainsi que la sécurisation du processus électoral sont les questions, sur lesquelles la Moe-Oea a porté une attention particulière lors des rencontres de travail avec les autorités et les partis politiques.

La Moe-Oea a eu des échanges sur des mesures correctives, qui permettraient de surmonter les obstacles rencontrés lors du premier tour des élections législatives (le 9 août 2015), afin que la présidentielle du 25 octobre 2015 puisse être inclusive et se dérouler dans un climat de paix et de tranquillité.

2 sénateurs et 8 députés ont été élus au premier tour des législatives du 9 août 2015, selon les résultats définitifs, publiés par le Conseil électoral provisoire (Cep) dans la nuit du dimanche 27 au lundi 28 septembre 2015.

Le scrutin législatif du dimanche 9 août 2015 a été émaillé de violences et d’irrégularités, dénoncées par des organisations de droits humains et des partis politiques.

AlterPresse

Les premières réunions publiques dans la campagne pour la présidentielle 2015

Débutée officiellement le mercredi 9 septembre 2015, la campagne pour la présidentielle 2015 commence à connaître ses premières réunions publiques, dans le département de l’Ouest et plusieurs villes du pays, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Quoi qu’il en soit, les 54 candidates et candidats, en lice pour la présidentielle, restent encore très timides à dévoiler leurs intentions et les politiques, qu’ils enisagent de mettre en branle au cas où l’un d’entr eux accède à la magistrature suprême, dans un scrutin qui suscite controverses, doutes et appréhensions.

Un peu partout au centre-ville de Port-au-Prince, des photos de candidats sont affichées sur des pylônes électriques, des murs de maisons et autres, pouvant donner une lueur de visibilité aux concurrentes et concurrents.

La plateforme politique Pitit Desalin a procédé au lancement de la campagne électorale de son candidat à la présidence, Jean-Charles Moise, à Saint-Michel de L’Attalaye (Artibonite), le dimanche 27 septembre 2015.

Le candidat à la présidence de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), Jude Célestin, a également lancé sa campagne, le dimanche 27 septembre, à Croix-des-Bouquets (municipalité au nord-est de la capitale).

Le jeudi 24 septembre, un premier lancement de campagne a été effectué à Hinche (Plateau central) ; où Célestin a eu à souligner que le développement du pays devrait passer par ce département.

Le samedi 26 septembre, c’était le tour du candidat à la présidence du parti fédéraliste, Fred Brutus, de lancer sa campagne dans la ville des Gonaïves (Artibonite) et de présenter son programme politique ; du candidat de Renmen Ayiti, Jean Henry Céant, d’entamer sa campagne dans la grande agglomération du Bel Air (Port-au-Prince) ; ainsi que du candidat du parti Mouvement action socialiste (Mas), Eric Jean-Baptiste, de faire valoir son plan politique à Carrefour (municipalité au sud de Port-au-Prince).

Le mercredi 23 septembre 2015, l’ancien chef de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Mario Andrésol, qui brigue la présidence à titre de candidat indépendant, a ouvert à Port-au-Prince sa campagne.

Le mardi 15 septembre 2015, le Parti haïtien tèt kale (Phtk) a lancé officiellement sa campagne pour l’élection présidentielle au Cap-Haïtien (Nord).

Ce lancement s’est déroulé en présence du président Michel Martelly et du candidat à la présidence du Phtk, Jovenel Moïse, allié du pouvoir.

La campagne électorale pour la présidentielle doit prendre fin le vendredi 23 octobre 2015.

Entre-temps, la plateforme Jistis, hostile au pouvoir en place, annonce son retrait du processus électoral pour manque de crédibilité du Conseil électoral provisoire (Cep) à organiser de bonnes élections, alors que d’autres partis politiques continuent de défiler encore dans les rues pour exiger l’annulation du scrutin législatif du 9 août 2015, entaché de violences et d’irrégularités.

En ce sens, une manifestation, tenue à Port-au-Prince le jeudi 24 septembre 2015, par l’organisation politique Fanmi Lavalas, a fait deux blessés par balles, à la suite d’une fusillade survenue dans la zone de l’avenue Poupelard.

Par ailleurs, le Cep rappelle aux électrices et électeurs que la date d’identification de leurs centres de vote est fixée du 25 septembre au 25 octobre 2015.

2 sénateurs et 8 députés ont été élus au premier tour, selon les résultats définitifs du premier tour des élections législatives du 9 août dernier qui ont été, selon plusieurs observateurs, émaillées d’irrégularités, de fraudes et de violences.

AlterPresse