Los opositores haitianos anunciaron que hoy vuelven a las calles a reclamar la salida del presidente Michel Martelly y el establecimiento de un gobierno de transición que celebre nuevas elecciones.

El anuncio fue hecho la víspera cuando miles de haitianos se concentraron pacíficamente en el Campo de Marte, cerca del Palacio Nacional, para reclamar también la disolución del Consejo Electoral Provisional (CEP).

Las movilizaciones seguirán este lunes hasta que la actual administración abandone el poder, dijeron los opositores liderados por ocho candidatos presidenciales conocidos como el G-8.

Las marchas callejeras se recrudecieron desde la pasada semana y obligaron el viernes último al CEP a posponer por tiempo indefinido la segunda vuelta de las presidenciales y legislativas que debían celebrarse el domingo 24 de enero.

El tribunal electoral tuvo que reconocer que no existían condiciones de seguridad para las votaciones después de ser quemados varios colegios electorales y que en las calles se registraran hechos violentos y choques entre policías y manifestantes.

El Ministerio de Comunicación de Haití anunció el domingo la celebración de un extraordinario consejo de ministros para tomar las medidas necesarias a fin de garantizar el orden público, la seguridad de las vidas y propiedades.

La convocatoria al consejo de ministros coincidió con un llamado de la comunidad internacional al gobierno y los demás actores políticos para que dialoguen y concluyan de manera pacífica el proceso electoral suspendido el pasado viernes.

La crisis haitiana surgió por retrasos en celebrar comicios y se agudizó cuando no fueron atendidas denuncias, según las cuales, fue irrespetado el voto popular en las legislativas del 9 agosto y las presidenciales del 25 de octubre del 2015.

Los opositores demandaron investigar los resultados de aquellas elecciones que consideraron fraudulentas y una comisión evaluadora independiente determinó que el proceso estuvo plagado de irregularidades y formuló recomendaciones.

Pero la indignación estalló cuando las autoridades pretendieron seguir adelante con la segunda vuelta sin someter a la justicia a los funcionarios electorales y políticos beneficiados de las irregularidades, como recomendó la comisión.

Prensa Latina

EE.UU. pide detener la violencia en Haití y concluir el proceso electoral

Estados Unidos llamó ayer al Gobierno de Haití y a todos los actores políticos a rechazar los actos de violencia ocurridos en el país y a dialogar para concluir de manera pacífica el proceso electoral suspendido el pasado viernes.

“Estados Unidos, junto a la comunidad internacional en Haití, urge al Gobierno de Haití, sus instituciones, y los actores políticos a rechazar la violencia y dar los pasos necesarios para allanar el camino de unas elecciones pacíficas para escoger a un nuevo presidente y los restantes escaños parlamentarios como manda la Constitución”, dijo ayer el portavoz adjunto del Departamento de Estado Mark Toner en un comunicado.

“Esperamos que las personas responsables de organizar, financiar o participar en (actos de) intimidación electoral y violencia sean llevados ante la justicia de acuerdo con la ley haitiana”, añade la nota.

Estados Unidos reafirmó además su apoyo a unas “elecciones creíbles, transparentes y seguras que reflejen la voluntad del pueblo haitiano”.

“La intimidación electoral, la destrucción de propiedad, y la violencia son inaceptables y van contra los principios democráticos y las leyes de Haití, así como contra los valores expresados en la Carta Democrática Interamericana”, afirmó el portavoz.

La misión de observación electoral de la Organización de los Estados Americanos (OEA) en Haití llamó ayer a todos los actores políticos a “participar en un diálogo consensuado y constructivo para superar la actual crisis política y completar el proceso electoral”, según informó en un comunicado.

La OEA, con sede en Washington, se pronunció en este sentido después de que el Consejo Electoral Provisional (CEP) cancelara el viernes la segunda vuelta de las elecciones presidenciales previstas para este domingo alegando “razones de seguridad”.

La oposición reclama la renuncia del presidente de Haití, Michel Martelly, y la instauración de un Gobierno provisional que celebre nuevos comicios en un plazo de 90 días.

Basa esta petición en que no está satisfecha por el aplazamiento sin fecha de las elecciones, y también exige la renuncia de los miembros que aún componen el Consejo Electoral Provisional (CEP), sacudido por una cascada de dimisiones en los últimos días.

Listín Diario

Comunicado Oficial de EEUU

Elections in Haiti

Press Statement
Mark C. Toner
Deputy Department Spokesperson
Washington, DC
January 24, 2016

The United States supports all efforts aimed at finding consensual and constructive solutions that will conclude the electoral process expeditiously with an outcome that reflects the will of the Haitian people, consistent with Haitian law and the Haitian constitution.

Electoral intimidation, destruction of property, and violence are unacceptable, and run counter to Haiti’s democratic principles and laws as well as the values expressed in the Inter American Democratic Charter. The United States, along with the international community in Haiti, urges the Government of Haiti, its institutions, and political actors alike to reject violence and take all steps necessary to pave the way for a peaceful election for a new president and the remaining Parliamentary seats as is constitutionally mandated. As in the past, the United States is taking great interest in how elections in Haiti are unfolding and expects that persons responsible for organizing, financing, or participating in electoral intimidation and violence will be held accountable in accordance with Haitian law.

The United States reaffirms its support for credible, transparent, and secure elections that reflect the will of the Haitian people.

U.S Departament Of State 

Haïti-Crise : La communauté internationale s’inquiète

Plusieurs réactions internationales font part de l’inquiétude qui grandit au niveau de la communauté internationale suite au report des élections prévues le 24 janvier et les manifestations émaillées de violence qui ont lieu ces jours-ci à Port-au-Prince.

L’Organisation des nations unies (Onu), les Etats-Unis, L’Union européenne (Ue), la Mission d’observation électorale de l’Ue et celle de l’Organisation des États Américains (OEA) ne cachent pas leurs préoccupations et encouragent la recherche de consensus pour surmonter la crise.

Le 24 janvier devait avoir lieu le deuxième tour de la présidentielle et des législatives partielles. Le scrutin a été reporté le 22 janvier par le Conseil électoral provisoire (Cep), sous la pression sociale et des manifestations de rue. De nombreux secteurs ont jugé que les conditions n’étaient pas réunies pour la tenue de ces élections.

Seul le candidat du pouvoir, Jovenel Moïse, menait campagne pour ce deuxième tour, boudé par son rival Jude Celestin, de l’opposition, dont les réclamations n’ont pas été prises en compte.

Malgré des manifestations répétées et la mobilisation des organisations citoyennes contre ce processus électoral jugé frauduleux, le gouvernement et le Conseil électoral ont bénéficié du ferme appui de la communauté internationale dans la mise en œuvre des opérations.

La communauté internationale est aujourd’hui pointée du doigt dans la crise haïtienne et des manifestants s’en prennent ouvertement à l’Onu et au Core Group (les Ambassadeurs du Brésil, du Canada, de la France, de l’Espagne, des Etats-Unis d’Amérique, de l’Union Européenne, et le Représentant spécial de l’Organisation des Etats Américains).

Les manifestants réclament également la démission du président Michel Martelly, malgré la proximité de la fin de son mandat, le 7 février, et soulignent que ce dernier ne peut faire partie de la solution à la crise qui secoue le pays.

Suivent, les communications de l’ONU, des Etats-Unis, de l’Ue et des missions d’observation de l’Ue et de l’Oea.

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur Haïti

Le Secrétaire général est préoccupé par le récent report des élections en Haïti, qui étaient prévues pour le 24 janvier. Il exhorte vivement toutes les parties prenantes à travailler sans tarder à la conclusion du processus électoral de manière pacifique, en trouvant une solution consensuelle qui permettra au peuple d’Haïti d’exercer son droit de vote pour élire un nouveau Président ainsi que les représentants restants du nouveau Parlement.

Le Secrétaire général exhorte tous les acteurs politiques à rejeter toute forme de violence et d’intimidation et à s’abstenir de toute action qui pourrait perturber davantage le processus démocratique et la stabilité en Haïti.

Le Secrétaire général réaffirme l’engagement des Nations Unies à continuer de soutenir la consolidation de la démocratie et la stabilisation en Haïti.

New York, 23 janvier 2016

Elections in Haiti

Press Statement
Mark C. Toner
Deputy Department Spokesperson
Washington, DC

January 24, 2016

(Traduction non officielle)

Les États-Unis soutiennent tous les efforts visant à trouver des solutions consensuelles et constructives qui permettront de parvenir rapidement à la fin du processus électoral avec un résultat qui reflète la volonté du peuple haïtien, conformément à la loi et à la constitution haïtiennes.

L’intimidation électorale, la destruction de biens et la violence sont inacceptables et vont à l’encontre des principes démocratiques et les lois d’Haïti ainsi que les valeurs exprimées dans la Charte démocratique interaméricaine. Les Etats-Unis, tout comme la communauté internationale en Haïti, invitent instamment le Gouvernement d’Haïti, ses institutions et les acteurs politiques à rejeter la violence et à prendre toutes les mesures nécessaires pour ouvrir la voie à des élections pacifiques pour un nouveau président et pour les parlementaires restants, tel que prévu par la constitution. Comme par le passé, les États-Unis expriment leur grand intérêt à propos de la manière dont les élections se déroulent en Haïti et s’attendent à ce que les personnes responsables de l’organisation, du financement, ainsi que ceux qui participent à l’intimidation et à la violence électorale seront tenus responsables conformément à la loi haïtienne.

Les Etats-Unis réaffirment leur soutien à des élections crédibles, transparentes et sécurisées qui reflètent la volonté du peuple haïtien.

Déclaration de la HR/VP Federica Mogherini suite au report des élections présidentielles haïtiennes

23/01/2016

L’Union européenne a pris acte de la décision du Président du Conseil Electoral Provisoire de reporter, pour des raisons de sécurité, le second tour des élections présidentielles prévues ce dimanche 24 janvier.

Face aux violences survenues lors des dernières manifestations et l’évolution inquiétante de la situation, l’UE appelle tous les acteurs concernés à la retenue et au sens des responsabilités dans l’intérêt du pays et de sa population.

Il est à présent essentiel de cesser toute violence et que toutes les parties prenantes s’engagent dans un processus visant à mener le processus électoral à son terme par l’organisation du second tour des présidentielles. Dans ce contexte, un nouveau calendrier électoral doit être arrêté rapidement afin de garantir l’ordre constitutionnel et la continuité de l’Etat et permettre aux électeurs haïtiens d’exercer pleinement leur droits politiques.

L’Union européenne réaffirme son soutien à des élections transparentes, honnêtes et démocratiques. Les élections constituent une étape indispensable pour permettre aux citoyens de librement désigner leurs représentants et de doter ainsi le pays d’institutions légitimes permettant de relever au plus vite les multiples défis socio-économiques.

L’Union européenne, en tant que partenaire et ami d’Haïti, réaffirme sa volonté résolue d’accompagner Haïti sur la voie d’un développement économique durable et inclusif pour lequel la stabilité politique constitue une condition sine qua non.

Haïti : la MOE-OEA appelle au dialogue politique pour l’aboutissement du processus électoral

La Mission d’observation électorale de l’Organisation des États Américains (MOE-OEA) en Haïti appelle aujourd’hui tous les acteurs politiques à poursuivre la voie d’un dialogue raisonnable et consensuel en vue de résoudre la crise politique actuelle et de permettre la conclusion du processus électoral.

Cet appel fait suite à la décision du Conseil électoral provisoire (CEP) de surseoir au 2e tour des élections présidentielles prévu le 24 janvier « face à la détérioration de l’environnement sécuritaire et les menaces qui pèsent sur le processus électoral ».

La Mission condamne fermement tous les actes de violence, incluant ceux dirigés contre les observateurs de l’OEA durant leur déploiement.

La Mission suivra avec attention l’évolution de la situation en Haïti.
Référence : F-003/16
23 janvier 2016

La Moe ue condamne la violence electorale et appelle au respect des droits politiques des citoyens

Port-au-Prince, le 23 janvier 2016

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE), présente en Haïti depuis le 12 juillet 2015, prend note de la décision du Conseil électoral provisoire (CEP) de surseoir aux opérations électorales du second tour des élections présidentielles et des élections legislatives partielles prévues pour le 24 janvier 2016.

La MOE UE condamne les actes de violence enregistrés ces derniers jours dans différents départements du pays et regrette que cette détérioration de l’environnement sécuritaire, ainsi que les pressions qui ont suivi le scrutin du 25 octobre, aient fini par priver les citoyens haïtiens de leur droit d’exprimer librement leur volonté politique dans les délais constitutionnels. La violence n’a pas de place dans un processus démocratique où les droits des électeurs doivent toujours être garantis.

La MOE UE considère qu’il est nécessaire que les différents acteurs du processus électoral prennent leurs responsabilités afin de mettre fin, dans les meilleurs délais, à l’actuelle impasse politique qui, malheureusement, ne fait qu’agrandir l’éloignement entre les citoyens haïtiens et leurs représentants. La Mission appelle tous les acteurs à maintenir une attitude de non-violence et de respect des normes qui encadrent le processus.

La MOE UE réitère son soutien au processus électoral haïtien et souligne la nécessité de respecter les résultats électoraux du scrutin du 25 octobre 2015 qui a placé les candidats Jovenel Moïse et Jude Célestin au second tour des élections présidentielles.

La MOE UE réaffirme son soutien au peuple haïtien, au développement démocratique et à la stabilité politique du pays.

Alter Presse

Ban Ki-moon préoccupé par le report du scrutin

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est préoccupé par le récent report des élections en Haïti, qui étaient prévues pour le 24 janvier.

Il exhorte vivement toutes les parties prenantes à travailler sans tarder à la conclusion du processus électoral de manière pacifique, en trouvant une solution consensuelle qui permettra au peuple d’Haïti d’exercer son droit de vote pour élire un nouveau Président ainsi que les représentants restants du nouveau Parlement.

Le Secrétaire général exhorte tous les acteurs politiques à rejeter toute forme de violence et d’intimidation et à s’abstenir de toute action qui pourrait perturber davantage le processus démocratique et la stabilité en Haïti.

Le Secrétaire général réaffirme l’engagement des Nations Unies à continuer de soutenir la consolidation de la démocratie et la stabilisation en Haïti.
Metropole Haití