El presidente de Haití, Michel Martelly, afirmó hoy que si alguien pone sobre la mesa una mejor solución a la celebración de la segunda vuelta de las elecciones presidenciales previstas para este domingo 24 de enero, aplazará la cita electoral.

El mandatario se dirigió a la población a través de la Televisión Nacional haitiana, tan solo unas horas después de que el Senado votara anoche a favor de recomendar que se pospongan los comicios, tal y como ha pedido la oposición, argumentando fraude en la primera vuelta del pasado 25 de octubre.

Aún así, Martelly insistió en que “todo está listo para las elecciones del domingo”, y consideró que esta segunda vuelta es “necesaria y tenemos responsabilidad para organizar las elecciones”.

El presidente acusó a la oposición de ser responsable de la crisis electoral que vive el país, después de reiteradas protestas en las calles, en ocasiones violentas, para pedir el aplazamiento, y de la renuncia oficial del aspirante opositor, Jude Celestin, a concurrir a los comicios.

Martelly recordó que ha tratado de organizar unas elecciones desde 2012, pero “la oposición siempre busca una manera de bloquear el proceso”.

La insistencia del presidente en mantener la convocatoria electoral ha generado protestas a lo largo de esta semana en diversas ciudades del país por parte de la oposición, que ayer anunció que, desde mañana viernes, retomará las movilizaciones, y que tiene intención de prolongarlas durante el sábado y el mismo día de los comicios.

Ante este desafío, el primer ministro, Evans Paul, anunció que el Gobierno no va a aceptar que haya protestas desde 48 horas antes de las elecciones, y aseguró que mantiene el diálogo con distintos sectores para salvar el proceso.

Para Paul, existen dos opciones, “una es caos y la otra es la celebración de la segunda vuelta” electoral, por lo que instó a todos los partidos a encontrar una solución y que contribuyan a evitar que la crisis empeore.

Fuentes cercanas a la oficina del primer ministro aseguraron anoche a Efe que el Gobierno haitiano estaría dispuesto a posponer la celebración de la segunda vuelta de las elecciones presidenciales, siempre y cuando la oposición cumpla con una “serie de condiciones”, no especificadas.

Sin embargo, la fuente hizo hincapié en que si la oposición se niega a cumplir esas condiciones, el Gobierno continuará adelante con el proceso electoral, y estará dispuesto a celebrar la segunda ronda de votaciones el domingo próximo.

7dias

Haïti-Elections : Une adresse de Martelly à la nation attendue incessamment, dans un contexte d’aggravation de la crise

Prévue dans la soirée du 20 janvier 2016, une adresse à la nation du président Michel Martelly est toujours attendue sur la Radiotélévision nationale d’Haïti (Rtnh), selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Cette adresse annoncée arrive dans un contexte d’adoption, le même 20 janvier 2016, d’une résolution du sénat, exigeant l’annulation du second tour de la présidentielle et des législatives partielles prévues pour le 24 janvier 2016.

15 sénateurs ont voté en faveur de la résolution et 5 sénateurs (dont des proches du Parti haïtien tèt kale / Phtk de Martelly) se sont abstenus.

Avec l’adoption de cette résolution sénatoriale, une nouvelle donne politique semble se dessiner dans le contexte de crise politique actuelle, née de la mauvaise gestion du processus électoral.

Cette résolution serait favorable aux revendications de divers secteurs socio-politiques du pays, qui continuent d’exiger l’annulation des prochaines élections et de celles des 9 août et 25 octobre 2015, jugées frauduleuses.

Invités à l’émission « Le point » de la Radio-télé Métropole, dans la matinée du jeudi 21 janvier 2016, Martelly, le premier ministre Evans Paul et le ministre chargé des questions électorales, Fritz Jean-Louis, ont encore réaffirmé leur volonté d’organiser les élections du 24 janvier, indiquant que des dispositions sont prises à cet effet.

En attendant l’adresse de Martelly à la nation, son interview a été relayée par plusieurs autres médias de la capitale Port-au-Prince.

Profitant de l’espace médiatique, pour jouer un extrait de sa méringue carnavalesque dirigée contre la journaliste Liliane Pierre-Paul, Martelly s’est en pris à la presse qui, dit-il, au lieu de faire son travail, « émettrait des mensonges » contre le pouvoir en place.

Evans Paul annonce interdire toute manifestation de rue, à partir de samedi matin 23 janvier 2016 (à minuit).

Comme Martelly, le Conseil électoral provisoire (Cep) maintient sa position d’organiser le second tour des élections, lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 20 janvier 2016.

Le Cep n’a encore reçu aucune correspondance de la part du candidat à la présidence Jude Célestin, de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), en ce qui concerne son refus de participer aux prochaines élections, fait savoir Mosler Georges, le directeur exécutif du Cep.

La tenue ou non du 24 janvier 2016 doit résulter d’une concertation politique, a déclaré le premier ministre, Evans Paul lors d’une conférence donnée cette semaine.

Depuis le lancement du processus du deuxième tour de la présidentielle, le candidat du Parti haïtien tèt kale (Phtk) au pouvoir, Jovenel Moise, mène, seul, sa campagne électorale.

Jude Célestin a annoncé officiellement qu’il ne participera pas à ce second tour de la présidentielle, le 24 janvier 2016, face à Jovenel Moise, dans un message radio-télévisé le 18 janvier 2016.

Célestin qualifie, à l’avance, cet exercice annoncé de « mascarade ».

Apres le refus exprimé par plusieurs organisations d’observer le second tour de la présidentielle et des législatives partielles du 24 janvier 2016, c’est le tour de l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (Ocid).

L’Ocid affirme qu’il n’observera pas un éventuel scrutin, le 24 janvier 2016, parce que les conditions ne sont pas réunies pour la tenue d’élections démocratiques dans le pays, dans un communiqué transmis à AlterPresse le 20 janvier 2016.

Pour sa part, la mission d’observation de l’Organisation des Etats américains (Moe-Oea) se dit inquiète face à l’impasse politique, qui règne à l’approche du second tour de ces élections.

La Moe-Oea rappelle « l’importance d’un processus électoral compétitif pour la consolidation de la démocratie » et exhorte l’ensemble de la classe politique haïtienne à poursuivre les voies du dialogue et de la négociation afin de trouver « une solution viable à cette impasse.

Estimant « primordial » de rejeter toutes élections-bidons, des Haïtiens de Montréal condamnent le comportement irresponsable du Conseil électoral provisoire (Cep) qui projette, disent-ils, d’organiser une nouvelle farce, le 24 janvier 2016, pour introniser le poulain du parti au pouvoir, Jovenel Moise.

Deux manifestations de l’opposition, organisées dans les rues de Port-au-Prince, les lundi 18 et mardi 19 janvier 2016, pour continuer de réclamer l’annulation des élections du 24 janvier 2016, ont été dispersées violemment par la Police nationale d’Haïti (Pnh).

L’opposition politique projette d’organiser une série de démonstrations de rue, du 22j au 25 janvier 2015, pour bloquer les élections viciées du 24 janvier 2016.

alterpresse


Volver