Nombrado nuevo primer ministro haitiano

El presidente interino de Haití, Jocelerme Privert, nombró a Jean Charles Enex como nuevo primer ministro después que el domingo último Jean Fritz fue rechazado por el parlamento.

El designado Enex deberá ser sometido a partir de hoy a la aprobación de las dos cámaras del parlamento, lo que reinicia un ciclo que ya hizo perder a Privert casi un mes del tiempo disponible para organizar la segunda vuelta electoral.

Haití sufre una crisis política como consecuencia del aplazamiento de las elecciones que impidió que un presidente electo relevara al mandatario anterior, Michel Martelly, cuando venció su mandato.

Para que Martelly saliera del poder fue necesario que el presidente del Senado, Jocelerme Privert, asumiera como mandatariointerino bajo la condición de que debería celebrar elecciones en tres meses.

Pero cuando Privert nombró el 26 de febrero al economista Fritz como primer ministro, comenzó a dilatarse su ratificación en el parlamento, pues los legisladores partidarios del anterior gobierno deseaban mantener a Evans Paul o imponer a otra figura.

Sin embargo, Privert descubrió que la administración precedente dejó sin dinero al erario público y limitó los gastos del saliente Paul mientras daba tiempo para que aprobaran a Fritz, que antes fue gobernador del Banco Central.

Ocurrió que Fritz no obtuvo apoyo de suficientes diputados, unos lo asociaban al pensamiento de izquierda, otros recordaban que criticó los errores de Martelly y los más intransigentes rechazaron hasta su propuesta de reducir el gabinete para ahorrar gastos.

Su política no fue aprobada y Privert tuvo que proponer un nuevo primer ministro.

En la actual coyuntura haitiana, mientras no se apruebe un jefe del Ejecutivo, no entra en funciones el nuevo gobierno, que a la vez confirma al tribunal electoral.

Una decisión parlamentaria puede retrasar la celebración de comicios y dilatar más la crisis política.

Prensa Latina

Enex J. Jean-Charles, officiellement nommé Premier ministre par le président Privert

Haití Press Network

Qui est Enex J. Jean-Charles, le nouveau premier ministre nommé ?

De Chansolme aux tableaux d’honneur Le premier ministre choisi par Jocelerme Privert est détenteur d’un Master of Public Administration, University of Missouri – Columbia, (USA), mai 2001. Enex Jean-Charles est aussi licencié en Sciences politiques et administratives, Université Libre de Bruxelles (Belgique), juillet 1987, d’où il est sorti gradué avec distinction et a suivi des études approfondies en droit administratif, Université Libre de Bruxelles (Belgique), juillet 1987.

Il a été au Tableau d’Honneur, ELI, de State University of New York at Buffalo, août 1999. Ancien bénéficiaire de la bourse Fulbright du Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, mai 1999 à mai 2001, Enex Jean-Charles a eu les Honneurs Pi Alpha Alpha du Missouri Chapter de la Société américaine d’administration publique (American Society for Public Administration – ASPA), mai 2001 et a été inscrit au Tableau d’Honneur, Harry S Truman School of Public Affairs, University of Missouri-Columbia, mai 2001. Mais sa plus prestigieuse distinction est d’avoir été honoré par une longue succession de promotions à la Faculté de droit et des sciences économiques de l’Université d’Etat d’Haïti où il a la réputation d’être un bon professeur.

Le politique

C’est un habitué du palais national que le président provisoire Jocelerme Privert a choisi comme premier ministre. Enex Jean-Charles, pressenti pour être ministre de la Planification et de la Coopération externe de Fritz Jean, sera donc le prochain chef de gouvernement si tous les groupes au Parlement tiennent leur parole de ce jour.

Jusqu’à tout récemment Enex Jean-Charles était un proche conseiller de son ami Jocelerme Privert. Depuis juin 2011, il était dans les proches conseillers de Michel Martelly comme secrétaire général du Conseil des ministres avec rang de ministre. Avant, de décembre 2007 à mai 2011, il a occupé la fonction de conseiller spécial du président René Préval. Pendant la transition, sous le règne de Boniface Alexandre, il a déjà exercé, de mars 2004 à juin 2006, la fonction de secrétaire général du Conseil des ministres, avec rang de ministre.

Le fonctionnaire

Enex Jean-Charles, en plus d’être un politique, est aussi un haut cadre de la fonction publique haïtienne. Sa carrière dans l’administration publique l’a conduit au poste de coordonnateur général de l’Office de management et des ressources humaines (OMRH) de la Primature (de février 2007 à décembre 2007), à celui de coordonnateur de la Cellule de coordination et de suivi des politiques publiques (CCS), toujours à la Primature (de juillet 2006 à février 2007).

Selon son curriculum vitae détaillé dont Le Nouvelliste a pu obtenir copie, Enex Jean-Charles a été impliqué au premier plan dans les questions de gouvernance dans le pays. Durant les quinze années précédant l’année 2004, il a travaillé comme analyste juridique (1989-1990), chef de service de la Réglementation et du Contrôle (1990-1991), directeur des Ressources humaines (1991-1995), puis chargé de mission (1995-2004) au Centre de formation et de perfectionnement des agents de la fonction publique (CEFOPAFOP), à la CNRA, au MAFP, à la Primature (de janvier 1995 à mars 2004, suivant les différents rattachements institutionnels du CEFOPAFOP).

Enex Jean-Charles a été directeur du personnel au ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports (de mai 1991 à décembre 1994) ; chef de service de la Réglementation et du Contrôle au ministère de l’Administration et de la Fonction publique (de janvier 1989 à avril 1991) ; Research Assistant à Harry S Truman School of Public Affairs, University of Missouri (de août 1999 à septembre 2001).

Le professeur

Le politique et le fonctionnaire est aussi un enseignant. Enex Jean-Charles est professeur de droit administratif à la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE) de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) à Port-au-Prince depuis janvier 1991 et à l’Université Valparaiso (UV) à Port-de-Paix depuis octobre 2006.

Le premier ministre nommé a aussi beaucoup travaillé comme consultant auprès de nombreuses institutions nationales, étrangères et internationales sur tout ce qui se rapporte à l’organisation, l’action et le droit relatif aux questions politiques et administratives, en particulier l’organisation et le développement de la gouvernance locale. Il est un membre actif de la Société haïtienne d’administration publique (SHAP) dont il est l’un des principaux fondateurs.

Le professeur Jean-Charles a publié de nombreux articles et des rapports de recherches relatifs à la politique administrative, au développement, à la participation locale et à la prise de décision en matière administrative. Ses activités de recherche sont orientées présentement sur l’utilisation des instruments légaux et administratifs ainsi que la participation de la société civile dans le développement local.

Enex Jean-Charles est l’auteur du Manuel de Droit Administratif Haïtien qui constitue la référence principale du pays en la matière. Le professeur Jean-Charles est également actif dans de nombreux projets et études se rapportant aux questions de gouvernance, de justice et de droits humains. Il est depuis septembre 1993 membre du conseil de direction de l’Académie de Formation et de Perfectionnement des Cadres (AFPEC), un des centres les plus impliqués dans les activités de formation, de recherche et de promotion dans le domaine des droits humains. En effet, l’AFPEC accueille le très important Centre Toussaint Louverture pour les droits de l’homme, la démocratie et le développement (CTDH). A titre de chercheur et d’encadreur, le professeur Jean-Charles travaille étroitement avec des gestionnaires de projets, des décideurs nationaux et locaux ainsi que des représentants d’institutions de la société civile avec un intérêt particulier pour la gouvernance, la décentralisation, le développement local, la justice et la promotion des droits humains.

Par ailleurs, le professeur Jean-Charles est président du conseil d’administration de l’Université Valparaiso et de celui de Radio Valparaiso à Port-de-Paix. Il a joué un rôle de premier plan dans la mobilisation et l’orientation des ressources humaines et matérielles nécessaires à leur mise en place.

Le Nouvelliste