Haïti-Politique : Privert annonce, dès cette semaine, un dialogue national en vue d’adresser les problèmes du pays

Le président provisoire Jocelerme Privert lance, dès cette semaine, un dialogue national, en vue de discuter des problèmes du pays.

Privert a fait cette déclaration à l’Arcahaie (nord du pays), le mercredi 18 mai 2016, au moment de la célébration du 213e anniversaire de la création du drapeau haïtien.

Le chef de l’État appelle à des discussions nationales pour « chercher ensemble les solutions aux problèmes, afin d’établir la confiance chez la population.

Il rappelle que durant son mandat son rôle est de contribuer à ce que des élections honnêtes, transparentes et démocratiques soient organisées pour conduire le pays sur la voie de la stabilité et du développement.

Il reviendrait au parlement de décider ou non de prolonger le mandat de 120 jours de Privert, qui arrive à terme le 14 juin prochain.

« Je m’engage à faire tout ce qui est possible pour que nous ayons un président élu le plus tôt possible cette année », tente de rassurer le président.

La publication du calendrier électoral est toujours maintenue au 31 mai 2016, indépendamment de la disponibilité ou non du rapport de la Commission de vérification électorale, a indiqué la porte-parole du Conseil électoral provisoire (Cep), Nicole Siméon.

Par ailleurs, le chef de l’État annonce des dispositions pour traquer les auteurs matériels et intellectuels de l’attaque armée perpétrée dans la ville des Cayes, occasionnant la mort d’un policier et plusieurs blessés.

« Nous croyons en la démocratie, en la loi, dans le respect des droits humains, mais nous ne tolérerons aucun anarchiste, assassin, bandit, trafiquant, criminel », déclare-t-il lors de la célébration du 18 mai, réalisée sous forte escorte policière.

Y étaient présents plusieurs personnalités, notamment le premier ministre, Enex Jean-Charles, les présidents des deux chambres du parlement, des ministres, secrétaires d’État, des directeurs généraux et des membres du corps diplomatique.

Des gerbes de fleurs ont été déposées au pied de la statue de Jean-Jacques Dessalines et sur la Place Catherine Flon.

AlterPresse