Les ouvriers réclament un salaire de 300 gourdes

Les ouvriers de la sous traitance ont relancé hier la mobilisation afin d’obtenir une hausse significative de leur salaire. Plusieurs centaines d’ouvriers ont manifesté dans les rues et devant la société Nationale du Parc Industriel (Sonapi) pour réclamer la publication dans le journal officiel Le Moniteur de la décision passant le salaire minimum à 300 gourdes.

Cette décision du Conseil supérieur des Salaires (CSS) devrait être effective le 1 er mai dernier. Il s’agit d’une hausse de 60 gourdes par rapport au précédent salaire minimum. Le CSS est composé de représentants du secteur privé, des syndicats et du gouvernement.

Les ouvriers ont fait valoir que cette hausse ne répondra pas à tous leurs besoins mais elle constitue une étape dans le cadre de l’objectif principal d’un salaire minimum à 500 gourdes.

En 2014 les ouvriers de la sous traitance avaient réalisé de grandes mobilisations afin d’obtenir un salaire minimum à 500 gourdes. Cependant les autorités avaient suivi les conseils de plusieurs représentants du secteur patronal qui avaient fait valoir qu’une hausse du cout de production pourrait provoquer le départ de plusieurs entreprises.

Les manifestants réclament également les avantages sociaux qui avaient été promis par la précédente administration. Ces avantages sociaux devraient continuer à apaiser la colère des ouvriers.

La manifestation du 11 mai avait paralysé les activités à la Sonapi. Une journée de travail perdue pour les patrons et les ouvriers.

Métropole Haïti