Haïti : Ouverture de la deuxième session de l’année législative dans une conjoncture critique

La deuxième session de l’année législative a été ouverte le 13 juin par une séance en assemblée nationale qui a réuni 87 députés et 18 sénateurs.

En l’absence d’un président à la tête du sénat, celui de la chambre des députés, Cholzer Chancy, a joué le rôle de président de l’assemblée nationale, qui s’est tenue avec plus de 5 heures de retard.

Cette séance a été l’occasion pour le premier ministre Enex Jean Charles de dresser le bilan de son gouvernement. Dans son exposé, Jean-Charles a, entre autres, insisté sur une « amélioration du climat sécuritaire », de son installation (fin mars 2016) à date (13 juin 2016).

Mais, l’ouverture de la deuxième session ordinaire au parlement, a été pour le président de l’assemblée l’opportunité de lancer de sévères critiques à propos de la situation actuelle.

Il a caractérisé cette conjoncture comme l’une des plus terribles de l’histoire récente, mettant les institutions démocratiques en péril.

A la veille de la fin du mandat de 120 jours du président provisoire Jocelerme Privert, suivant l’accord du 5 février, le président de l’assemblée nationale a invité les sénateurs et députés à prendre leurs responsabilités.

Il revient aux parlementaires de décider, en assemblée nationale, du sort de Privert ce 14 juin, alors que des secteurs politiques prônent le compromis pour la poursuite du processus en cours et d’autres se prononcent en faveur du départ du chef de l’État.

Le chef de l’État n’a pas su respecter le délai du 14 mai 2016 qui lui était impartie pour procéder à l’investiture d’un nouveau président élu, selon l’accord du 6 février 2016.

« Le 14 juin, si l’Assemblée nationale décide que je dois partir, je partirai sans état d’âme et sans regret (…), si l’Assemblée nationale décide que je reste, alors je resterai toujours pour servir mon pays », a déclaré le chef de l’Etat, lors d’une conférence de presse donnée le 2 juin.

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies en Haïti, Sandra Honoré exhorte tous les acteurs haïtiens à maintenir une approche constructive afin d’assurer la continuité de gouvernance à tous les niveaux et de poursuivre le processus électoral tel que prévu.

Alter Presse