L’ex-président Michel Martelly répond au sénat de la république

Dans une correspondance responsive adressée au président du Senat, l’ancien chef d’état Michel Martelly rappelle à ce dernier que les règles dictées par la constitution ne confèrent au président de la République aucune attribution de gestion des fonds .

L’ancien président proteste énergiquement contre les insinuations, dit-il, contenues dans la lettre du Senat selon lesquelles il aurait pu avoir reçu, à aucun moment, une quelconque somme des personnes physiques et morales auxquelles fait référence la lettre émanant du grand corps.

Le secrétariat de l’ancien Président croit que la noble et nécessaire démarche initiée par la chambre haute à travers la commission d’enquête sera menée avec objectivité dans le respect des normes et des procédures.

Selon cette note, l’intérêt public commande que les travaux de la commission sénatoriale d’enquête planent au -dessus des mobiles partisans.

Rappelons que le président du Sénat haïtien, Ronald Lareche, avait adressé une correspondance à l’ex président Michel Martelly l’informant de l’investigation de la commission sénatoriale anti corruption. M. Martelly est invité à comparaitre par devant la commission afin de présenter sa version des faits dans le cadre de l’enquête sur la gestion des fonds Pétrocaribe.

Le président de la commission éthique et anti corruption du Sénat, Youri Latortue, avait indiqué la semaine écoulée, que la firme dominicaine Adom aurait versé 800 000 dollars à l’ex président Martelly , durant sa campagne électorale alors que son adversaire de l’époque , Mirlande Manigat avait reçu , plus de 500 mille dollars américains dans le cadre du financement de sa campagne .

Métropole Haïti