Haiti-Education : Deux journées de grève d’avertissement, prévues les 19 et 20 septembre prochain

Le Regroupement des enseignants du fondamental pour une éducation rénovée par des actions nouvelles et solidaires (Referans) annonce deux journées de grève d’avertissement les lundi 19 et mardi 20 septembre 2016, en vue de forcer l’Etat haïtien à répondre à ses revendications.

Donner à chaque élève un plat chaud, payer des arriérés à tous les enseignants nommés depuis deux à trois ans, sont parmi les revendications formulées par Referans, dans une note en date du 12 septembre, transmis à AlterPresse.

Elle souligne une situation socio-économique difficile à laquelle font face notamment les enseignants, avec le prix des transports publics qui tend à augmenter et la décote de la gourde par rapport au dollar américain (65 gourdes pour un 1$).

L’organisation syndicale appelle l’État à « nommer tous les enseignants qui travaillent depuis plusieurs années sans aucune lettre de nomination, régulariser la situation de tous les personnels de l’école fondamentale d’application/Centre d’appui pédagogique (Efacap) et payer tous les directeurs et professeurs qui sont réellement dans le Programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (Psugo),

Elle recommande également d’ajuster le salaire de tous les enseignants à 31, 000 mille gourdes en attendant la prise en compte du salaire de base de 50, 000 mille gourdes, de réviser la grille salariale sur la base de concertation avec les différents acteurs notamment les syndicats ainsi que sa mise en application dans l’immédiat ».

Elle exige l’application de la loi haïtienne concernant la fonction publique et l’organisation des concours pour recruter les professionnels éducatifs et l’octroi à tous les personnels éducatifs d’un 14e mois de salaire pour soulager la rentrée scolaire effective depuis le 5 septembre 2016.

,Dans une lettre ouverte en date du 12 août, adressée au président provisoire, Jocelerme Privert, une dizaine d’organisations ont exigé la publication de la loi sur les frais scolaires, votée depuis 2009, en vue de permettre aux parents de faire face à la réouverture des classes.

Privert a invité les acteurs du système éducatif haïtien à travailler à la réussite de l’année scolaire 2016-2017 alors que l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh) a estimé que la rentrée des classes constitue, cette année, un échec.

Alter Presse