Haití: el gobierno busca convencer a Trump de renovar estadía a 50 mil haitianos en EEUU

El presidente haitiano, Jovenel Moise, reveló el esfuerzo que hoy realiza su gobierno para convencer al mandatario estadounidense, Donald Trump, de que renueve la estadía de 50 mil compatriotas que pudieran ser repatriados.

En declaraciones divulgadas por Radio Nacional de Haití y Radio Televisión Caraibes, Moise dijo que escribió a su homólogo estadounidense una carta donde le explica que en las condiciones actuales de su país, recibir a 50 mil repatriados sería un shock.

Insistió en que primero es necesario inyectar dinero en la economía haitiana para que el país sea capaz de apoyar el regreso de sus emigrados o de lo contrario aumentará la pobreza porque muchos carecerán del apoyo de sus familiares asentados en Estados Unidos.

Por otra parte trató de convencer al mandatario estadounidense que muchos de esos compatriotas que trabajan en el país norteño representan un ‘plus para la economía de Estados Unidos’.

Explicó que durante una reciente visita a Washington, una delegación de la Asociación de Industrias de Haití (ADIH) se reunió con cuarenta senadores y representantes del Poder Ejecutivo estadounidense y pidió la renovación de la estadía de esos inmigrantes.

En ese encuentro, el presidente de la ADIH, Georges Sassine, dijo que también se trataron otros temas como la necesidad de renovar la Ley de asociación de la Cuenca del Caribe y la necesidad de mantener la ayuda financiera al país.

Las acciones de Moise y de Sassine son sólo parte de los esfuerzos del gobierno haitiano por renovar la estadía de sus connacionales en Estados Unidos. También el embajador de Haití en Washington, Paul Altidor, trabaja en ese sentido.

Altidor escribió a John F. Kelly, responsable de Seguridad Nacional, para que recibiera al canciller de Haití, Antonio Rodrigue, quien solicita una renovación de la estadía de los haitianos en ese país por lo menos por 18 meses más.

Un regreso de nuestros compatriotas en estos momentos podría conducir al país a una crisis económica y humanitaria sin precedentes que tendría un probable impacto en el resto de la región, incluyendo Estados Unidos, dijo en su carta el Embajador.

Añadió que esa repatriación masiva aumentaría repentinamente los viajes ilegales marítimos de haitianos desesperados que pudieran arribar a las costas de Estados Unidos por lo que es conveniente renovar la estadía de esas personas en el norte.

Altidor insistió en que el presidente Moise está a punto de poner en práctica un plan de desarrollo para Haití que mejorará a largo plazo las condiciones de vida de los haitianos y animará a muchos que viven en el extranjero a volver al país.

Señaló que los próximos 18 a 24 meses son importantes para alcanzar los primeros resultados tangibles de este plan, pero si son repatriados 50 mil haitianos serán descarrilados esos esfuerzos de reconstrucción de Haití, insistió Altidor.

Como resultado de la carta de Altidor, el Ministro de Asuntos Exteriores y Culto de Haití, Antonio Rodrigue, fue recibido por Kelly en Washington esta semana y formalizó la solicitud a las autoridades estadounidenses de la extensión del Estatus de Protección Temporal (TPS) que disfrutan 50 mil haitianos en ese país.

La estadía del canciller Rodrigue además permitió reuniones con funcionarios del Departamento de Estado para hablar no sólo del TPS, sino también de otras cuestiones de interés en las relaciones diplomáticas entre los dos países, trascendió.

Prensa Latina

TPS : Jovenel Moïse écrit à Donald Trump, l’ADIH rencontre des élus américains

Le président haïtien Jovenel Moïse a révélé avoir écrit à son homologue américain Donald Trump pour solliciter le renouvellement du TPS octroyé à plus de 50 000 Haïtiens vivant aux Etats-Unis. « La lettre, déjà envoyée, doit être reçue incessamment par le président Donald Trump », a expliqué le chef de l’Etat lors d’une interview exclusive accordée à la Radiotélévision nationale d’Haïti et radio Scoop Fm sur ses 100 premiers jours au palais national, mardi 16 mai 2017. « Recevoir d’un coup 50 000 Haïtiens serait un choc pour le pays », a indiqué Jovenel Moïse, qui souligne que beaucoup de ces compatriotes travaillent et représentent un « plus pour l’économie américaine ».

Lors d’une récente mission à Washington, une délégation de l’Association des industries d’Haïti (ADIH) s’est entretenue avec une quarantaine de sénateurs et députés américains et des cadres de l’exécutif a plaidé pour le renouvellement du TPS, a confié au journal le président de l’ADIH Georges Sassine. L’ADIH, en priorité, s’est occupée des questions d’importance comme le renouvellement du Carribean Bassin partenership Act et de la nécessité de la poursuite du financement de Better Work du bureau international qui fait la certification des usines.

L’annonce du président Jovenel Moïse et l’engagement de l’ADIH interviennent dans un contexte de multiplication des efforts diplomatiques et de lettres de groupes de pressions au président Donald Trump pour le renouvellement du TPS. Dans une correspondance adressée à John F. Kelly, secrétaire de Homeland Security, par l’ambassadeur d’Haïti à Washington Paul Altidor pour solliciter une rencontre pour le chancelier haïtien Antonio Rodrigue, le gouvernement haïtien avait indiqué qu’il croyait fermement que le renouvellement du TPS, pour une période d’au moins dix- huit (18) mois, est dans l’intérêt d’Haïti et des États-Unis. Comme vous le savez, l’économie haïtienne est grandement supportée par les Haïtiens vivant aux États-Unis. Les ressortissants haïtiens bénéficiant du TPS injectent des centaines de millions de dollars dans notre économie. Permettre l’expiration du TPS avant qu’Haïti ne soit en mesure de supporter le retour de ces plus de 50 000 ressortissants provoquera une augmentation immédiate de la pauvreté parce que des milliers de gens ne disposeront plus du soutien économique de membres de leurs familles installés aux États-Unis.

Cela pourrait conduire à une crise humanitaire économique sans précédent susceptible d’impacter le reste de la région, incluant les États-Unis, a indiqué la lettre de l’ambassadeur Paul Altidor, qui évoque la possibilité d’une hausse soudaine des voyages maritimes clandestins d’Haïtiens désespérés –supportés jusqu’ici par des membres de leurs familles ayant le TPS- vers les côtes américaines. Il serait plus bénéfique pour les États-Unis en temps et en ressources de renouveler le TPS que de prévenir des voyages maritimes clandestins et risqués vers les États-Unis.

Le rapatriement soudain de dizaines de milliers d’Haïtiens peut augmenter l’instabilité. En sollicitant le renouvellement du TPS pour au moins 18 mois, le gouvernement haïtien travaille avec diligence pour s’assurer que le pays est préparé à recevoir adéquatement ses ressortissants. L’administration du président haïtien récemment élu, Son Excellence Jovenel Moïse, est sur le point d’implémenter soigneusement un plan de développement pour Haïti, qui améliorera les conditions de vie des Haïtiens et incitera ceux qui vivent à l’étranger à revenir pour prendre part aux efforts pour renforcer la prospérité du pays. Les 18 à 24 prochains mois sont essentiels à la matérialisation des résultats tangibles de ce plan. Toutefois, un non-renouvellement du TPS et un rapatriement soudain heurteront sévèrement Haïti et dérailleront nos efforts de reconstruction, selon la lettre de l’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Paul Altidor.

«Des résidents exemplaires»

L’ambassadeur Paul Altidor, dans cette lettre au secrétaire John Kelly, a souligné que « tout compte fait, les Haïtiens bénéficiant du TPS ont été des résidents exemplaires aux États-Unis et ne représentent aucune menace en termes de sécurité ». Ceux qui ont l’autorisation de travailler paient leurs taxes et contribuent à l’essor de leurs communautés aux États-Unis, a indiqué cette correspondance dans laquelle l’ambassadeur a évoqué l’impact dévastateur du séisme du 12 janvier 2010, l’épidémie de choléra et l’ouragan Matthew. La dépêche de l’AP sur les e-mails internes de l’immigration intervient après la recommandation du patron de ce service, James McCament, de suspendre le TPS pour les Haïtiens. Après cette recommandation, il y a eu une levée de boucliers et des multiples lettres de congressmen, de sénateurs démocrates, d’activistes appelant le président Donald Trump à renouveler le TPS en faveur des Haïtiens.

Le Nouvelliste