Confirman la fuga de 300 presos y convocan a Consejo de Seguridad

Haïti-Prisons : Environ 300 détenus, dont des criminels, évadés de Croix des Bouquets, selon la police

Environ 300 prisonniers, dont des criminels, sur un nombre de 899 détenus, se sont évadés, le dimanche 10 août 2014, de la prison civile de la municipalité de Croix des Bouquets (au nord-est de Port-au-Prince), indique le directeur général de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Godson Aurélus, lors d’une conférence de presse, ce lundi 11 août.

Parmi ces évadés, figurent « des bandits dangereux », dont Clifford Brandt, homme d’affaires impliqué dans un dossier de kidnapping et associations de malfaiteurs et incarcéré depuis le 22 octobre 2012.

Jusqu’ici 13 des 300 évadés ont été récupérés, selon les autorités qui ont répondu àtrès peu de questions des journalistes.

Pour expliquer les faits troublants du 10 août 2014, le ministre de la justice et de la sécurité publique, Jean Renel Sanon, évoque une mutinerie des détenus à l’intérieur de la prison civile de Croix des Bouquets, jusqu’ici dite de « haute sécurité ».

Personne ne sait si la prison civile de Croix des Bouquets, dite moderne, disposait de caméras de surveillance.

La mutinerie aurait commencé au cours d’une période de « récréation » dans l’un des « quartiers » de la prison.

La quantité de quartiers, dans la prison civile de Croix des Bouquets, n’est pas précisée par les autorités.

Des organisations de défense des droits humains, comme le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), rejettent, toutefois, la thèse de mutinerie.

La prison civile de Croix des Bouquets aurait subi l’attaque d’un commando armé, qui chercherait à faire évader de « puissants chefs de gang » et autres malfaiteurs incarcérés depuis plusieurs mois, selon d’autres informations circulant dans la capitale.

Les autorités s’inscrivent en faux contre la thèse de commando lourdement armé, qui aurait été à la base de l’évasion d’environ 300 détenus.

Se pose, alors, la question de savoir comment les prisonniers ont-ils pu s’échapper et pourquoi seulement 13 ont été, jusqu’à présent, interceptés.

Des témoins rapportent avoir vu des véhicules, à bord duquel se trouvaient des hommes armés, non loin de la prison civile de Croix des Bouquets.

Parallèlement, d’autres hommes armés auraient mis en joue des chauffeurs de motos-taxis pour s’emparer de leurs motocyclettes, dans la zone où s’est produite l’évasion spectaculaire du 10 août 2014.

Des armes (dont la quantité n’est pas mentionnée) ont été saisies et emportées par les prisonniers, fait savoir Sanon.

Des échanges de tirs ont eu lieu entre agents pénitentiaires et détenus.

Un agent pénitentiaire et un détenu, dont les noms ne sont pas communiqués, ont été blessés par balles.

4 agents pénitentiaires et deux infirmiers ont été pris en otage au cours de « la mutinerie », selon les autorités.

La lumière va être faite sur cette évasion, pour savoir s’il y a des policiers nationaux complices dans cette affaire, avance le directeur de la Pnh qui entend prendre des sanctions en conséquence.

« Ce qui est arrivé est inacceptable », dénonce t-il, appelant la population à collaborer à la capture de ces prisonniers évadés.

Des dispositions annoncées par le gouvernement

Suite à cet événement, des dispositions sont annoncées, dont la mise en place d’une commission d’enquête, indique le ministre de la justice, voulant assurer de la capture (prochaine ?) des prisonniers en cavale, sans fixer de délai.

Des mesures de mise en isolement sont aussi adoptées contre le responsable de la prison, le chef de poste et les policiers nationaux qui étaient présents lors de l’événement.

Aucune donnée n’est fournie, quant à présent, sur le nombre d’agents pénitentiaires qui étaient de service, au moment de l’événement du 10 août 2014.

A part des numéros de téléphone, rendus disponibles, rien n’est dit sur les mesures envisagées de sécurité de la population globale face à d’éventuelles manoeuvres de ces prisonniers en cavale, dont plusieurs sont déclarés « dangereux ».

Malgré cette évasion spectaculaire d’environ 300 détenus, de la prison civile de Croix des Bouquets, les opérations de perquisitions de véhicules semblent très peu convaincantes, aux yeux de la population qui s’interroge sur la sécurité publique globale dans les jours à venir.

Une investigation de l’inspection générale de la Pnh devrait permettre de déterminer la responsabilité des policiers de l’Administration pénitentiaire nationale (Apena), en vue de sanctions appropriées.

La police internationale (Interpol) a déjà été informée des noms des prisonniers en cavale, qui seront rendus publics sous peu, souligne, pour sa part, le secrétaire d’Etat à la sécurité publique, Pierre Estanislas Cantave Neptune.

Les photos des détenus en cavale seront publiées et transmises à tous les commissariats et dans les zones frontalières avec la République Dominicaine, dit-il.

Une récompense d’un million de gourdes (US $ 1.00 = 46.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui), dont la provenance n’est pas signalée, est disponible pour toute citoyenne ou tout citoyen qui permettrait la capture du fugitif Clifford Brandt, évadé de la prison civile de la Croix des Bouquets.

Avant l’évasion des prisonniers, la police avait donné des garanties formelles de protection maximale au niveau de cette prison.

Dans la soirée du 17 février 2014, un agent de l’Administration pénitentiaire nationale (Apena), Sadrac Nicolas, a été abattu, par des bandits à bord d’une voiture, devant cette même prison, sur laquelle des impacts de balles et traces des rafales de tirs ont été identifiés.

http://www.alterpresse.org/spip.php?article16858#.U-oB3aO-EcJ

Haïti – Évasion : Le CSPN réuni en urgence prend des mesures immédiates

ean Renel Sanon, le Ministre de la Justice informe que suite à la mutinerie survenue dimanche à la prison de la Croix-des-Bouquets http://www.haitilibre.com/article-11786-haiti-securite-evasion-de-clifford-brandt-la-chasse-a-l-homme-est-ouverte.html ayant conduit à l’évasion dimanche, de plusieurs détenus dont Clifford Brandt, le Conseil Supérieur de la Police National (CSPN), s’est réuni en urgence en vue de prendre des dispositions immédiates…

Après un rapport préliminaire sur les faits, le CSPN a décidé d’adopter les mesures suivantes :

1 Une investigation est déjà ouverte par l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti (IGPNH), en vue de déterminer la responsabilité des policiers de l’Administration Pénitentiaire Nationale (APENA) et de prendre les sanctions appropriées ;

2 Un avis de recherche international est déjà lancé contre les évadés. Les autorités dominicaines, le US Marshall, l’Interpol et d’autres partenaires sont déjà mobilisés afin de collaborer aux efforts déployés par les autorités haïtiennes pour capturer les prisonniers en cavale ;

3 Une récompense d’un million de gourdes est disponible pour toute citoyenne ou tout citoyen qui aurait fourni des informations pertinentes permettant d’arrêter le fugitif Clifford Brandt ;

4 Un Task Force composé d’agents des unités spécialisées de la PNH est mis en place pour traquer les prisonniers jusque dans leurs derniers retranchements ;

5 Une cellule de coordination est constituée au Ministère de la Justice à cet effet. Le public sera régulièrement informé de l’évolution du dossier ;

6 Une Commission-mixte de haut niveau est formée pour mener une enquête approfondie sur la situation.

Par ailleurs, dans le souci de rassurer la population et d’éviter la fuite des évadés, le haut commandement de la PNH a déjà bouclé les zones frontalières et renforcé la sécurité au niveau de la capitale et des villes de province.

http://www.haitilibre.com/article-11794-haiti-evasion-le-cspn-reuni-en-urgence-prend-des-mesures-immediates.html

R. Dominicana toma medidas en la frontera por fuga de presos en Haití

El ministro de Defensa, Sigfrido Pared Pérez, anunció hoy el reforzamiento de varios puntos de la frontera con Haití para evitar la entrada de alguno de los presos que se fugaron el domingo de la cárcel de Croix des Bouquets, un municipio cerca de Puerto Príncipe.

Aunque las autoridades haitianas no han confirmado la cifra exacta de fugitivos, medios haitianos hablaron inicialmente de 13 reos fugados y ahora, incluso, de centenares.

Las autoridades de ambos países fronterizos han intercambiado información sobre el suceso y la República Dominicana ha recibido fotografías de los presos más peligrosos para detenerlos si intentaran ingresar a territorio nacional, según el ministro.

No obstante, Pared Pérez dijo que el país cuenta con una frontera “segura” y que el Cuerpo Especializado en Seguridad fronteriza (Cesfront) posee equipos para enfrentar cualquier eventualidad en la zona.

Los presidiarios se fugaron tras entrar violentamente en el penal hombres armados, según medios locales.

La Policía Nacional de Haití ha dicho que entre los fugitivos está Clifford Brandt, miembro de una conocida familia de Haití, acusado de secuestro, y por quien ha ofrecido un millón de gourdes (unos 22.365 dólares) para encontrarlo.

Cerca de 900 personas están encarceladas en la prisión de Croix des Bouquets, construida hace dos años con ayuda de Canadá.

http://www.7dias.com.do/portada/2014/08/11/i169988_dominicana-toma-medidas-frontera-por-fuga-presos-haiti.html#.U-oB5KO-EcJ