Haití: revelan documentos que evidencian la violencia durante la dictadura

Des textes seront rendus publics à l’occasion des 50 ans (août 1964 – août 2014) du massacre de Jérémie (Sud-Ouest d’Haïti), en mémoire aux 13 membres du groupe « Jeune Haïti » et des Vêpres jérémiennes de 1964, indique à AlterPresse l’artiste Ralph Allen, peu avant une conférence-débats qu’il anime, ce mercredi 6 août.

« Les gens ne savent pas pourquoi ces messieurs sont venus. Nous allons, à partir des documents, retracer leur parcours », informe Allen expliquant combien les membres du groupe « Jeune Haïti » avaient une vision nouvelle pour Haïti, un statut et un programme spécifique pour le pays.

Le statut du groupe et sa vision pour Haïti seront partagés avec les participantes et participants, lors de la conférence du 6 août 2014, autour du thème : « Les 13 de Jeune Haïti : Qui étaient-ils ? Que voulaient-ils ? ».

Des représailles ont été orchestrées sous le règne du dictateur François Duvalier (1957-1971) contre treize membres du groupe « Jeune Haïti », dont des mulâtres, après leur entrée dans la ville de Jérémie, en août 1964.

Plus d’une vingtaine de personnes, issues de familles des membres de Jeune Haïti, ont été massacrées dans la ville de Jérémie.

Les membres de ce groupe ont été traqués, tués sur place, ou emmenés et exécutés en public devant le cimetière de Port-au-Prince.

Ces jeunes assassinés estimaient que « pour changer les inégalités sociales, il faut donner une éducation qui permettrait à la personne d’être autonome, de travailler et de jouir du fruit de son travail », rapporte Allen.

Il espère plus d’engagement et de cohésion sociale pour le développement du pays, à travers la vison unitaire de ces jeunes.

http://www.alterpresse.org/spip.php?article16844#.U-OBP6iSxWB