Anuncian nuevas protestas para exigir liberación de manifestantes detenidos

L’Opposition réclame la libération des manifestants

L’opposition radicale annonce une intensification des manifestations afin de réclamer la libération de militants arrêtés lors de la manifestation du 17 octobre. Les leaders de la table de concertation, structure regroupant les formations politiques de l’opposition radicale dont le Mopod et la Foparc, indiquent que 22 personnes avaient été appréhendées.

Timothée Rony, porte parole de la Foparc, soutient qu’ une quinzaine de personnes avaient été blessées lors des interventions brutales des forces de l’ordre.

Dans le même temps l’avocat des manifestants, Evel Fanfan dénonce une politisation du dossier. Il révèle que le substitut du commissaire du gouvernement, Gerald Norgaisse, a décidé de transférer le dossier au juge instructeur, Lamarre Bellizaire. C’est illégal dit-il rappelant qu’il revient au doyen du tribunal de première instance de distribuer les dossiers. Le principe de l’indépendance de la poursuite n’est pas assuré, se plaint le juriste.

L’opposition parlementaire dénonce également l’intervention des forces de l’ordre lors de la manifestation du 17 octobre 2014.

Le chef de la police, Godson Orelus, devra répondre jeudi à une convocation de la commission sénatoriale de justice. La dispersion brutale des manifestations à Port-au-Prince et petit Goave sera à l’ordre du jour de cette rencontre.

Les leaders de l’opposition mettent en garde contre une politisation de la police. Ils indiquent que le même jour, la police a dispersé violemment une manifestation pacifique de l’opposition et assuré le bon déroulement d’un rassemblement du gouvernement.

Metropole Haití