Conmemoran con protestas los cinco años del terremoto y presidente Martelly pide calma

Martelly lance un appel au calme aux opposants politiques et au peuple

La crise politique préélectorale qui secoue le pays s’est invitée à la commémoration officielle des 5 ans du séisme de 2010, qui a fait environ 300 mille morts et détruit le centre économique du pays.

Le chef de l’État, Michel Joseph Martelly, et certains officiels dont le premier ministre nommé Evans Paul ont assisté ce 12 janvier à la cérémonie à Morne St Christophe (à 8 kilomètres au nord de la capitale ) devant le mémorial en construction consacré aux victimes. L’endroit a accueilli la majorité des dépouilles ramassées au lendemain de la catastrophe.

Dans son discours, Martelly a qualifié ce moment d’instant « de deuil et de réflexion ». Il a appelé la population à garder le calme.

« Trop, s’en est trop, donnons une chance au pays aux noms des victimes. Je veux croire que tous les Haïtiens voudraient voir le pays progresser », a affirmé Michel Martelly en la circonstance.

Haiti fait face désormais au dysfonctionnement du parlement après la fin ce 12 janvier du mandat de la chambre des députés et d’un second tiers des sénateurs. Seulement dix sénateurs sont encore en fonction au parlement.

Un accord a de sortie de crise été signé le 11 janvier entre le président Michel Martelly et 4 partis politiques d’opposition, tandis que d’autres secteurs opposés au gouvernement demandent la démission de Martelly.

« Opposants calmez-vous (créole : opozan tèt frèt). Opposants et partisans laissez les rues », demande le président lors de sa prise de parole dans cette cérémonie qui a réuni des membres du gouvernement démissionnaire, des membres du corps diplomatique et des hauts gradés de la police nationale d’Haïti (Pnh), mais aussi des victimes.

Le président Martelly accompagné de son épouse Sophia Saint Rémy et le premier ministre nommé Evans Paul ont conjointement déposé une gerbe devant la grosse pierre qui a auparavant servi de mémorial.

Des chants solennels ont été entonnés, des prières ont été formulées par des officiants issus des principales religions existant dans le pays. D’autres personnalités ont aussi pris la parole.

En ce qui concerne le mémorial, on a pu distinguer le mur du fond devant lesquels seront placés les “gardiens du temps”. La base d’un grand portail métallique est placée, portail sur lequel seront attachés des sculptures réalisés avec du fer récupéré des décombres au centre-ville de Port-au-Prince.

Les ouvrages devraient globalement s’achever d’ici l’été a fait savoir le directeur du ministère de la culture (institution en charge de la réalisation des travaux) à AlterPresse .

L’ingénieur Gilbert Chenet qui a conçu le mémorial et présentement chargé de le concrétiser, souligne que cet endroit devra être « un lieu de méditation ».

Des plantes y seront mises en terre, des allées devront conduire aux fosses, précise Gilbert Chenet, qui explique également que « ce ne sera pas un espace lugubre ».

Les travaux stoppés pour cette journée du 12 janvier, recommenceront le mardi 13 jusqu’à la finition, indiquent les responsables.

La face du monument est tournée vers la ville de Léogane (Ouest), où se situe l’épicentre du séisme de magnitude 7.2 sur l’échelle de Richter.

Alterpress

 

Martelly pide calma ante la crisis política

Haití recordó ayer el devastador terremoto que sacudió al país hace cinco años con la sombra de una fuerte crisis política, sobre la que se alcanzó en las últimas horas un principio de acuerdo entre varias fuerzas políticas, y con un llamamiento a la calma por parte del presidente Michel Martelly.

El plazo para ratificar en el Parlamento un acuerdo que resuelva la crisis política en Haití finalizaba hoy, justo cuando se conmemoran los cinco años del devastador sismo de 2010.

Esa crisis obligó a dimitir en diciembre pasado a Laurent Lamothe como primer ministro y ayer mismo una manifestación en Puerto Príncipe exigía el mismo camino al presidente haitiano.

La Asamblea Nacional haitiana se reunirá esta semana después de que antier Martelly firmara un acuerdo con algunos partidos opositores para evitar una crisis política, ya que ayer expiró el mandato de un tercio del Parlamento sin que haya sido renovado en unos comicios. El 29 de diciembre pasado, representantes de los tres poderes del Estado firmaron un pacto en el que establecieron una serie de compromisos con el fin de allanar el camino hacia las elecciones municipales y legislativas pendientes, entre ellos, prolongar los mandatos de los diputados hasta el 24 de abril y de los senadores hasta el 9 de septiembre, además de aprobar enmiendas a la ley electoral.

Mayo del 2012
Los mandatos de un primer tercio de los senadores expiraron en mayo de 2012, dejando a la Cámara alta con solo dos tercios de sus miembros. Según algunos medios locales, la Asamblea Nacional estudiaba reunirse anoche mismo, mientras otros apuntan a que lo hará hoy.

El acuerdo alcanzado antier entre el Ejecutivo y los líderes de algunos partidos políticos de la oposición indica que los firmantes harán todo lo posible para restablecer la confianza en las instituciones.

Listin