Crisis política: la oposición anuncia semana de protestas contra el Gobierno

L’opposition annonce deux jours de grève et trois journées de manifestation anti-gouvernementale

La table de concertation, regroupant le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod), la plateforme politique Pitit Desalin et d’autres organisations populaires, annoncent deux jours de grève (baptisée bay lari a blanch = déserter les rues), les lundi 2 et mardi 3 février 2015, ainsi que trois journées de manifestation, les mercredi 4, jeudi 5 et vendredi 6 février 2015, contre l’administration Martelly/ Paul.

Les manifestations projetées devraient démarrer, comme d’habitude, devant les ruines de l’église (catholique romaine) Saint-Jean Bosco au centre-ville de Port-au-Prince.

« Nous dénonçons les infiltrations, enregistrées dans les manifestations précédentes. Nous nous sommes entendus avec la police pour procéder à l’arrestation de tout individu commettant des actes de violences, lors des prochaines mobilisations », prévient Turneb Delpé, le porte parole du Mopod.

Plusieurs secteurs et organisations, dont le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), ont condamné, avec fermeté, les actes de violences orchestrées lors des récentes manifestations anti-gouvernementales.

Le pillage, le vol, la casse des pare-brises et l’incendie de plusieurs véhicules de particuliers y ont été déplorés.

En plus d’exiger la démission du gouvernement en place, les prochaines mobilisations de l’opposition entendent réclamer la baisse des prix des produits pétroliers sur le marché haïtien, dans un contexte où le baril sur le marché international est en-deçà des 40.00 dollars américains (US $ 1.00 = 48.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui).

La baisse des prix des produits pétroliers serait à l’étude, annonce le nouveau titulaire du Ministère de l’économie et des finances (Mef), Wilson Laleau (ancien titulaire du Ministère du commerce et de l’industrie / Mci).

Le Mopod continuera à charrier les revendications sociales, comme l’amélioration des conditions de travail des enseignantes et enseignants en grève, et critiquer l’attitude du gouvernement qui contribue à aggraver les conditions de vie du peuple haïtien, selon son porte-parole.

Des syndicats d’enseignants, initiateurs du mouvement de grève, amorcé, dans les établissements publics, depuis début janvier 2015, décident de maintenir leur mot d’ordre, lors d’une conférence de presse le 27 janvier, rejetant ainsi la demande de trêve du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp).

L’une des revendications concerne une meilleure grille salariale, avec un traitement de base de 50 mille gourdes (US $ 1.00 = 48.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui) et de meilleures conditions de travail. [emb kft rc apr 29/01/2015 8:50]

AlterPresse