Haití: continúan las manifestaciones que exigen la renuncia del presidente

Haïti–Manifestation : Des revendications sociales dans les rues, en plus de la démission de Martelly

L’opposition semble s’accrocher, fermement, à la stratégie de la mobilisation dans les rues pour forcer le président de la république, Joseph Michel Martelly, à démissionner.

A l’occasion de la manifestation de ce jeudi 22 janvier 2015, la table de concertation renforce son objectif principal de revendications, avec des demandes en faveur d’une baisse des prix des produits pétroliers, sur le marché national, en plus de la dénonciation des modes de gestion publique par l’actuelle administration politique.

Le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod), la plateforme Pitit Desalin (Descendants de Dessalines), le Mouvement de liberté et d’égalité des Haïtiens pour la fraternité (Moleghaf), la Force patriotique pour le respect de la constitution (Foparc), le mouvement national de l’opposition populaire constituent l’ossature de la table de concertation.

Il est prévu un parcours allant des ruines de l’Eglise Saint-Jean Bosco, à La Saline, pour aboutir à la faculté d’ethnologie (Fe) de l’Université d’Etat d’Haïti (Ueh), non loin des ruines du palais présidentiel.

La première manifestation, le mardi 20 janvier 2015, sous l’ère Martelly-Paul (Sweet Plim selon l’opposition), a fait sa course sans incident.

Cette fois-ci (le 20 janvier), les balles et les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre n’ont pas imposé une fin prématurée au mouvement des opposants dans les rues de la capitale, Port-au-Prince.

Le nouveau premier ministre Evans Paul, qualifié de « de facto » – du fait qu’il n’a pas présenté de prgramme de gouvernement de vant le parlement, devenu dysfonctionnel à partir du lundi 12 janvier 2015 -, a promis, dans son discours d’investiture, le respect des libertés individuelles.

Alors que l’opposition se trouve dans les rues, les nouveaux dirigeants du Conseil électoral provisoire (Cep) sont sur le point d’être investis. La liste officielle des personnalités retenues est déjà publiée par la présidence.

AlterPresse