Haití: estudiantes anuncian nuevas movilizaciones

43

Haïti-Produits pétroliers : Des étudiants de l’Ueh projettent de nouvelles mobilisations, à l’occasion du carnaval 2015

Le Collectif d’étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti (Ueh) annonce la poursuite de la mobilisation, pour exiger, du gouvernement en place, la baisse des prix des produits pétroliers à 100.00 gourdes (US $ 1.00 = 48.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui), lors d’une conférence de presse ce mercredi 11 février 2015.

Le Collectif se dit prêt à apporter sa solidarité à toute mobilisation protestataire, enclenchée contre le pouvoir actuel, comme celle prévue par des étudiants de la Faculté des sciences humaines (Fasch) et de l’Institut national de gestion et des hautes études internationales (Inaghei), pour le vendredi 13 février 2015, baptisée « Gaz Naval » dans le but de réclamer une réduction significative des prix des produits pétroliers sur le marché national.

Une manifestation, devrait démarrer à l’Avenue Christophe pour aboutir devant les ruines du Palais présidentiel.

« Le combat doit continuer jusqu’à ce que les prix du carburant soient fixés à 100.00 gourdes », insiste Mackenson Fatal qui appelle à une pression populaire pour forcer le gouvernement à entendre raison à ce sujet.

Toute l’université sera mobilisée pour faire aboutir les revendications de la population, renchérit Manis Jeanty, étudiant finissant de l’Ecole normale supérieure (Ens).

Le Collectif d’étudiants de l’Ueh annonce projeter une série de mouvements de protestation, dans l’optique de poursuivre la lutte en faveur de la baisse des prix des produits pétroliers et de dénoncer les actes répréhensibles, perpétrés par la police nationale contre des étudiants et dans l’espace de certaines facultés de l’Ueh.

Plusieurs entités de l’Ueh – notamment la Faculté d’ethnologie (Fe), l’Ens, la Fasch et l’Inaghei ont essuyé des gaz lacrymogènes et des tirs nourris de la part de la Police nationale d’Haïti (Pnh), durant la première semaine de février 2015.

Six étudiants blessés par des balles en caoutchouc et deux véhicules incendiés : tel a été le bilan lors d’affrontements, le jeudi 5 février 2015, entre étudiants et policiers nationaux.

Le Collectif d’étudiants de l’Ueh s’inscrit en faux contre les déclarations du premier ministre Evans Paul, selon lesquelles un bébé aurait été victime d’un coup de pierre à la tête, lors d’affrontements dans une manifestation entre étudiants et policiers.

Cette déclaration a été faite par le premier ministre lors d’un message à la nation, dans la soirée du samedi 7 février 2015.

« Nous n’avions pas constaté ce fait. Il (Evans Paul) essaie de justifier un plan d’assassinat » éventuel de plusieurs étudiants de l’Ueh qui combattent pour un mieux-être, indique le Collectif d’étudiants de l’Ueh.

L’organisation étudiante affirme comprendre ce qui se cache derrière la position partiale de certains économistes, aux yeux de qui une diminution des prix des produits pétroliers pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur l’économie.

Cette position s’expliquerait par l’affinité de ces économistes à certains dirigeants dans le pouvoir actuel.

« La crise actuelle est économique. Il nous faut une solution sociale et politique », estime le Collectif d’étudiants de l’Ueh.

Des affrontements, entre étudiants et policiers nationaux, aux abords de la Faculté de droit et des sciences économiques (Fdse) ont été signalés à AlterPresse, mercredi après-midi 11 février 2015.

Un étudiant de la Fdse aurait été arrêté par des agents du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (Cimo), fait savoir un étudiant du Collectif, joint au téléphone par AlterPresse.

Une grève de transports publics, pour obtenir une baisse de 100 gourdes sur les prix des produits pétroliers, a paralysé, les lundi 9 et mardi 10 février 2015, la capitale et plusieurs villes de province, où la plupart des activités – l’administration publique, le commerce, les écoles, les banques et autres services – ont été rudement affectées.

AlterPresse

Más notas sobre el tema