Pronostican baja asistencia de electores a las legistativas del domingo

Una encuesta pronosticó que menos del 15 por ciento de los haitianos habilitados para votar participarán en las elecciones legislativas del domingo, cuando emergerán los nuevos senadores y diputados de la Asamblea Nacional.

La investigación, del Observatorio Ciudadano de Políticas Públicas (Ocaph), también arrojó que la mayoría de la población está desinteresada porque se demoraron demasiado las campañas de sensibilización sobre el proceso comicial.

Sus resultados se conocen días después que otro sondeo ubicó a los problemas económicos como la principal inquietud en el país francófono.

A juicio del jefe de Ocaph, Johnny Celestin, las autoridades deben aprovechar esta semana para informar debidamente a los electores sobre la ubicación de las oficinas que entregan las tarjetas de identidad y de los centros de votación.

También urgió a garantizar la seguridad, en especial en los departamentos con mayores índices de violencia.

Más de cinco millones de haitianos están convocados a participar en las elecciones parlamentarias del domingo, y escoger a 20 senadores y 118 diputados.

La policía prevé desplegar a nueve mil agentes por todo el país y desde el viernes pondrá en vigor restricciones en el tráfico de vehículos, la venta e ingestión de bebidas alcohólicas y el porte de armas, para garantizar la tranquilidad del sufragio.

La segunda vuelta de las legislativas será el 25 de octubre, cuando también se elegirá al nuevo presidente del país francófono, a mil 140 asambleístas y representantes locales.

Prensa Latina

Haïti-Élections : Le gouvernement appelle la population à ne pas voter pour des candidats cautionnant des violences

Le ministre chargé des questions électorales, Fritz Jean Louis, invite les électeurs et électrices à ne pas voter pour des candidats qui seraient à l’origine de violences durant la campagne électorale pour les legislatives partielles du 9 août prochain.

Le jeu démocratique exige le dialogue et non la violence, soutient Jean Louis, lors d’une conférence de presse donnée ce 3 août 2015.

Il exhorte chaque citoyen à être « très prudent » face à un candidat qui utilise la violence comme méthode pour bloquer un candidat rival.

Suivant une disposition particulière prise par le gouvernement pour la campagne électorale, un policier sera attaché à la sécurité de chaque candidate au Sénat, rappelle-t-il.

Au cours de cette semaine, la dernière phase des préparatifs électoraux en ce qui a trait à la formation des membres de bureaux de vote et le déploiement des équipements et matériels sensibles seront achevés, fait-il savoir.

Les séances de formation à l’intention des Agents de la sécurité électorale (Ase) doivent se tenir, les lundi 3 et mardi 4 août 2015, dans tous les départements, informe le Conseil électoral provisoire (Cep), dans une note de presse en date du 1er août 2015.

Le Conseil réitère sa détermination à tout mettre en œuvre pour la tenue d’élections libres, honnêtes, inclusives et démocratiques.

Les financements des partis politiques, disponibles depuis la semaine dernière, sont toujours en cours, indique Jean-Louis signalant qu’il reste seulement deux à trois chèques à retirer par des partis politiques.

Le plan de sécurité de la Police nationale d’Haïti (Pnh) est fin prêt et des tests continueront à être effectués avant les élections législatives partielles, annonce-t-il.

Entre temps, la période de campagne électorale pour le premier tour de ces élections est, de plus en plus, émaillée de violences notamment à Petit-Goave (ouest).

La semaine dernière, à Petit-Goave, au moins 5 personnes ont été blessées, lors d’affrontements entre des partisans des candidats à la députation pour cette circonscription, Jacques Stevenson Timoléon de la plateforme du Parti haïtien tèt kale (Phtk), parti du président Michel Martelly, et Germain Alexandre Fils de la Plateforme Vérité, rattachée à l’ancien président René Préval.

D’importants dégâts matériels ont été également enregistrés alors que des candidats du Sud-Est ont signé, le mardi 28 juillet, un pacte d’entente et de non-violence à l’initiative du bureau électoral départemental du Sud-Est

Alter Press