Haití: masiva movilización en Puerto Príncipe denuncia “golpe de Estado electoral”

Varios miles de opositores se manifestaron ayer en la capital de Haití, Puerto Príncipe, contra el presidente Michel Martelly, al que acusan de haber manipulado los resultados preliminares de la primera vuelta de las elecciones presidenciales, anunciados el 5 de noviembre por el Consejo Electoral Provisorio (CEP).

“El pueblo haitiano se moviliza contra lo que denominamos golpe de Estado electoral”, explicó Assad Volcy, portavoz del partido Pitit Dessalines (Hijos de Dessalines en créole), cuando la marcha circulaba por los barrios populares de Puerto Príncipe.

Este partido opositor califica de “robo” los resultados preliminares.

Con un poco más de 14% de los sufragios, Moïse Jean-Charles, candidato de Pitit Dessalines, quedó en tercer lugar en la primera vuelta de los comicios. A Jovenel Moïse, del oficialista PHTK (Partido Haitiano Tet Kale), se le atribuyó el 32% des votos, seguido por Jude Célestin, del partido Lapeh, con 25%.

La ley ofrece a los candidatos 72 horas para impugnar los resultados, pero el partido Pitit Dessalines se negó a recurrir a esa posibilidad. “No confiamos en los tribunales electorales ni en el CEP”, explicó Assad Volcy. “Hoy el único recurso posible es la calle”, concluyó el político.

El Día

Haïti-Politique : Des manifestants dénoncent un coup d’Etat électoral en faveur de Jovenel Moise

Des milliers de manifestants ont défilé, ce mercredi 11 novembre, dans les rues de la capitale Port-au-Prince pour continuer de dénoncer les résultats de la présidentielle du 25 octobre 2015, observe AlterPresse.

« La population est sortie dans les rues pour dire qu’elle ne veut pas de Michel Martelly et de Jovenel Moise. Elle n’accepte pas les résultat des élections », déclare le militant de « Fanmi Lavalas » André Fadot, qui se dit satisfait de cette première journée de mobilisation.

Partis devant l’église Notre dame du perpétuel secours au Bel Air (centre de la capitale), ces manifestants et manifestantes ont parcouru plusieurs rues de la capitale Port-au-Prince.

Répondant à l’appel de plusieurs partis politiques comme Fanmi Lavalas, la plateforme « Pitit Desalin » et la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), ils ont dénoncé les résultats de la présidentielle qu’ils qualifient de “coup d’Etat électoral”.

Des photos du candidat du Parti haïtien tèt kale (Phtk), Jovenel Moise ont été arrachées des pylônes électriques et décollées des murs par des manifestants en colère.

Les deux candidats, arrivant en tête de ces résultats controversés, sont Jovenel Moise du Phtk avec 511,992 votes, soit 32.81% des électrices et électeurs, et Jude Célestin de Lapeh avec 394,390, soit 25.27%.

Des propos hostiles ont été proférés par les manifestants contre le chef de l’Etat, Michel Martelly, et son poulain Jovenel Moise.

Sous un soleil de plomb, les manifestants ont parcouru plusieurs rues avant de terminer leur course devant la place de la constitution, non loin du périmètre du palais national toujours en ruines, au Champs de mars.

Une forte présence policière composée en majeure partie des agents du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (Cimo) a été constatée dans les parages du palais national.

Diverses autres manifestations sont prévues durant la fin de cette semaine dans la capitale Port-au-Prince pour dénoncer les résultats préliminaires de la présidentielle du 25 octobre 2015.

La manifestation débutée ce mercredi 11 novembre se poursuivra jusqu’au vendredi 13 novembre 2015.

Après la publication, dans l’après-midi du jeudi 5 novembre, par le Conseil électoral provisoire (Cep), des résultats préliminaires de la présidentielle du 25 octobre 2015, d’autres mouvements de protestations ont eu lieu, le vendredi 6 novembre 2015, dans la capitale, en faveur des candidats de Lapeh, Jude Célestin, de Pitit Desalin, Jean-Charles Moise et de Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse.

AlterPresse