Renuncia el primer ministro haitiano Jack Guy Lafontant

Este sábado fue anunciado que el primer ministro de Haití, Jack Guy Lafontant, dimitió a su cargo previamente a la sesión celebrada en la Cámara de Diputados que decidiría si se le retiraba el voto de confianza.

Esta sesión fue convocada luego que en días recientes se registraran movilizaciones en Haití para rechazar el incremento de un 50 por ciento el precio los combustibles.

La decisión fue informada por el Gobierno haitiano hace una semana como parte del acuerdo firmado entre con el Fondo Monetario Internacional (FMI).

Ante las protestas que iniciaron el pasado 6 de julio, la medida fue suspendida y el presidente Jovenel Moïse instó a la población a regresar a sus hogares. Sin embargo, las manifestaciones han dejado al menos tres muertos y varios daños de infraestructuras.

Interpelación en el Parlamento

La sesión convocada por la Cámara de Diputados tenía como fin discutir sobre el retiro o no del voto de confianza o de censura, luego de las protestas que se han registrado en el país.

“El ala parlamentaria de oposición cuestiona la decisión del primer ministro, argumentando que su actuar fue inconstitucional porque debería haber recibido el voto de censura”, reportó Segura.

A las afueras del recinto se concentraron sectores de la población que exigían tanto la renuncia de Lafontant como la del mandatario. “La custodia disolvió la manifestación cuando los participantes comenzaron a arrojar piedras y a quemar gomas en las inmediaciones” del Palacio Legislativo, indicó.

Telesur


Démission du Premier ministre Lafontant !

Samedi la séance d’interpellation du Premier ministre Jack Guy Lafontant qui devait commencer à 10h00 a finalement commencé peu après 13h00 suite à l’appel nominal qui a accusé la présence de 61 députés, le quorum étant vérifié (60 pour avoir quorum), la séance d’interpellation du Premier ministre a pu commencer, avec le risque que le quorum soit infirmé à tout moment.

Juste après le début de la séance le Deputé Gary Bodeau a publié sur Twitter “La Chambre des Députés est au carrefour de l’histoire. Elle doit prendre ses responsabilités.”

Vers 13h30 le Premiers ministre Lafontant et les membres du gouvernement sont arrivé à la Chambre des députés.

Le député Alfredo Antoine qui a ouvert les débats du jour a refusé de céder la parole aux députés interpellateurs, Gary Bodeau a demandé à la sécurité d’intervenir… le Député Alfredo Antoine s’est attaqué au système de son de la chambre des députés… il demande d’abord la présentation du rapport de la Cour des comptes sur la situation des quatre ministres n’ayant pas de décharge.

“Président nous les députés interpellateurs en leur nom je demande au bureau de prendre acte que le gouvernement a violé la constitution lorsqu’il a nommé 5 individus, 5 intrus, sans titre et qualité et qui ont déjà engagé les fonds de l’administration publique, comme il ne peut pas y avoir de débats sur la constitution je ne vois pas comme en tant que digne représentant de Petit-Goâve et porte-parole des collègues interpellateur que je peux faire l’exposer de l’acte d’interpellation alors qu’on est déjà en violation de la constitution. Si il y a déjà violation de la constitution nous demandons d’abord au bureau de tranché avant de pouvoir avancer.”

Après 14 mois de gouvernance, les députés interpellateurs n’ont relevé rien de bon dans le bilan du Premier ministre. Le député Lumérant (Grand-Goâve) a qualifié le bilan du gouvernement envoyé au Parlement de recueils de poésie.

Les députés proches du pouvoir ont pour leur part exigé le respect des procédures. Selon eux, la séance du jour est programmée en marge de la loi, et ont sollicités et obtenu une suspension de séance de 10 minutes.

“Avant de venir ici, j’ai remis ma lettre de démission au Président de la République, et il a accepté,” a déclaré le PM devant les députés.

Peu avant 16h00 le Premier ministre Jack Guy Lafontant a remis sa démission au parlement.

“J’ai pris acte de la démission du Premier ministre Jack Guy Lafontant et je demande au président Moïse de choisir un Premier ministre de consensus en tenant compte des aspirations de l’ensemble des secteurs de la vie nationale,” a déclaré Gary Bodeau.

Haití Libre


VOLVER