Crisis en Haití: se cumplen dos semanas de tensión política y retornan las protestas

Haití: dos semanas de violentas protestas… y vienen más

Haití cumplió este jueves dos semanas de tensión política y social por las movilizaciones convocadas por sectores de oposición que rechazan el diálogo con el presidente Jovenel Moise y exigen su renuncia, y que han convocado una nueva protesta para este viernes.

Aunque el gobierno ha redoblado en los últimos días sus esfuerzos en favor del diálogo y ha intentado rebajar la tensión con el anuncio de medidas para tratar de paliar la grave crisis económica y luchar contra la corrupción, el Sector Democrático y Popular, que integran varios líderes opositores, ha pedido a la población haitiana volver a salir a las calles este viernes.

En declaraciones a Efe, André Michel, portavoz del sector Democrático y Popular, dijo que espera que con esta movilización la “comunidad internacional entienda que con Moise el país no va a tener estabilidad política” y que facilite la puesta en marcha de una gobierno de transición para evitar la confrontación.

Michel afirmó que Moise ya no tiene la “legitimidad para seguir ejerciendo el poder”, por lo que exigen su renuncia.

También aseguró que quieren que se haga justicia en el caso de la presunta malversación de fondos de Petrocaribe, el programa mediante el cual Venezuela suministra petróleo a Haití a precios blandos, y señaló que con Moise no la habrá porque “está involucrado”.

Una auditoría presentada a comienzos de febrero por el Tribunal de Cuentas reveló irregularidades entre 2008 y 2016 en este programa y señaló a quince exministros y actuales funcionarios como involucrados en el asunto, así como a una empresa que dirigía Moise antes de llegar a la presidencia

“Nuestra lucha es para mejorar las condiciones de vida en Haití, para atraer la inversión extranjera, para crear empleo y una escuela de calidad”, añadió.

En algunos de los barrios más pobres y peligrosos de la capital haitiana, como La Saline y Bel Air, un feudo de partidarios del expresidente Jean-Bertrand Aristide, derrocado por una revuelta armada en 2004, muchos de sus vecinos dijeron a Efe que se preparan ya para asistir mañana, viernes, a la marcha.

No obstante, hay otros que dudan en asistir porque temen que se produzcan actos violentos como los registrados en las protestas de los últimos días, que han causado al menos nueve muertos.

En medio de este panorama de tensión, fuentes oficiales confirmaron hoy a Efe que cinco estadounidenses y dos serbios detenidos el domingo pasado en Haití con armas automáticas fueron enviados ayer a Estados Unidos, donde los dos últimos tienen residencia.

Los siete extranjeros fueron detenidos junto a un haitiano, quien sigue bajo arresto a disposición de la Justicia.

Los cinco estadounidenses y los dos serbios volaron a territorio estadounidense sin presentarse ante un juez y el Gobierno aún no ha ofrecido una explicación sobre las circunstancias del traslado pese a la investigación abierta por este caso.
El pasado miércoles, André Michel denunció en una rueda de prensa que los detenidos eran mercenarios que estaban en el país para trabajar para el Gobierno y que presuntamente tenían en su mira atentar contra dirigentes de oposición.

Por su parte, el Consejo de Seguridad de la ONU abordó hoy la crisis en Haití en una reunión a puerta cerrada que solicitaron Estados Unidos, Francia y Alemania.

En ella, los 15 países acordaron una breve declaración para señalar su inquietud por la situación y para llamar a todos los haitianos a “expresarse de forma pacífica”.

El Consejo reafirmó además su “compromiso a trabajar con el pueblo y el Gobierno de Haití en aras de un futuro más seguro y próspero”.

Hasta ahora, la comunidad internacional solo había hecho un único pronunciamiento a través del Core Group, integrado por el representante especial adjunto del secretario general de la ONU, los embajadores de Alemania, Brasil, Canadá, España, EE.UU., Francia, la Unión Europea y el representante especial de la Organización de Estados Americanos (OEA), en el que llamó al diálogo para buscar una solución a la crisis política y económica.

En un mensaje a la nación el pasado jueves, Moise aseguró que va a luchar para “restablecer la paz y la estabilidad” en su país, al tiempo que señaló, en alusión a la presencia de personas armadas en las manifestaciones, que no dejará el país “en manos de bandas armadas y narcotraficantes”, que quieren utilizar la empobrecida nación para sus intereses personales.

Las protestas, que han aumentado la inseguridad en Haití, el país más pobre de América, y han provocado un clima de incertidumbre, se producen en medio de una severa crisis económica, que se agravó este año por una fuerte depreciación del gourde, la moneda oficial, y una inflación galopante.

El Espectador


Haïti-Politique : Une manifestation prévue, ce 22 février 2019, après les funérailles des personnes tuées lors des mobilisations antigouvernementales

Une manifestation est projetée, ce vendredi 22 février 2019, après les funérailles annoncées de plusieurs personnes, tuées lors des mobilisations antigouvernementales, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Les obsèques de ces victimes se tiendront, également ce 22 février 2019, à l’église Saint-Michel, sise dans la zone dénommée « Corridor Bastia » (haut de la rue Tiremasse, Port-au-Prince), informe Patrick Joseph, membre du regroupement Konbit òganizasyon politik sendikal ak popilè yo, lors d’une conférence de presse, ce 21 février 2019, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Ces citoyens ont été assassinés lors des grandes mobilisations populaires, organisées du jeudi 7 au lundi 18 février 2019, par l’opposition politique, pour exiger le départ du président, Jovenel Moise.

Selon l’opposition, une cinquantaine de personnes auraient été tuées à travers le territoire national, en Haïti, depuis le début du mouvement, le jeudi 7 février 2019, alors que les organismes de droits humains signalent plus d’une dizaine de décès.

« Nous allons démarrer une grande mobilisation pour dénoncer l’incapacité des dirigeants haïtiens à garantir la sécurité de la population », annonce Joseph.

La manifestation entend également dénoncer les déclarations contradictoires de Jovenel Moïse et de Jean Henry Céant sur le transfert, aux États-Unis d’Amérique, dans l’après-midi du mercredi 20 février 2019, de 7 présumés mercenaires étrangers, interceptés, avec des « armes de guerre illégales », par la Police nationale d’Haïti, le dimanche 17 février 2019, dans les parages de la Banque de la république d’Haïti (Brh, la Banque centrale), à Port-au-Prince.

Ces 7 étrangers, dont 5 de nationalité américaine et 2 détenteurs de résidence américaine, ont laissé le pays, sans menottes, par avion, en fin d’après-midi du mercredi 20 janvier 2019. [1]

Le coordonnateur général de l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh), Josué Mérilien, condamne l’acte d’ingérence du gouvernement américain dans ce dossier.

« Nous n’avons aucune idée du nombre de mercenaires en cavale sur le territoire », s’inquiète l’Unnoh, invitant le peuple haïtien à continuer la mobilisation contre ses dirigeants, incapables de sécuriser le pays.

Le regroupement Konbit òganizasyon politik, sendikal ak popilè yo accuse les États-Unis d’Amérique et la bourgeoisie d’être en complicité avec des terroristes.

Ce qui expliquerait le maintien de Jovenel Moïse à la présidence politique en Haïti, selon le regroupement Konbit òganizasyon politik, sendikal ak popilè yo.

Le gouvernement américain est au courant et comprend que la Police nationale d’Haïti ait procédé à l‘arrestation de plusieurs individus, dont des citoyens américains, avaient, préalablement, réagi les États-Unis d’Amérique, dans une note.

« Lorsque des citoyens américains sont arrêtés à l’étranger, nous cherchons, le plus rapidement possible, un accès consulaire et nous leur fournissons l’assistance consulaire appropriée, comme le prévoit la convention de Vienne sur les relations consulaires ».

Beaucoup de voix expriment leur indignation, après le « transfert », aux Etats-Unis d’Amérique, des 7 étrangers, arrêtés en possession d’ « armes de guerre illégales ».

Comment, au mépris de la séparation des pouvoirs et des prérogatives de la justice, qui conduisait une « enquête de flagrance » sur les faits du dimanche 17 février 2019, le titulaire du ministère de la justice, Jean Roudy Aly, a-t-il pu ordonner, à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), la libération de 7 des mercenaires étrangers présumés ?

Dès la nouvelle de l’arrestation, le dimanche 17 février 2019, des 8 suspects, présumés mercenaires, l’opinion publique en Haïti avait prédit leur éventuelle « libération », en évoquant « un terrorisme d’Etat », qui menacerait la vie des citoyennes et citoyens sur le territoire national.

Malgré une tendance à la reprise des activités globales, un peu partout sur le territoire national, à partir du lundi 18 février 2019, l’anxiété semble encore présente dans les rues, quant à l’éventualité de nouveaux troubles politiques, associés aux mobilisations pour la démission de Jovenel Moïse de la présidence politique en Haïti.

[1Ndlr : Les 7 étrangers (5 citoyens Américains, 1 Russe, 1 serbe) et un Haïtien, arrêtés par la Police nationale d’Haïti, le dimanche 17 février 2019, sont : Talon R. BURTON, né le 9 avril 1967 aux Etats-Unis d’Amérique ; Kent Leland KROEKER, né le 14 février 1967 aux Etats-Unis d’Amérique ; Christopher Mark MC KINLEY, né le 26 septembre 1969 aux Etats-Unis d’Amérique ; Christopher M. OSMAN, né aux Etats-Unis d’Amérique ; Dustin Daniel PORTE, né le 12 février 1976 aux Etats-Unis d’Amérique ; Bajagic DANILO, né le 19 mai 1982 en Serbie-et-Monténégro ; Vlade JANKOVIC, né le 9 octobre 1978 en Russie ; Michael ESTERA, né le 28 octobre 1980 en Haïti.

Lourdement armés, ces 8 individus se trouvaient à bord de deux (2) véhicules de couleur noire sans plaque d’immatriculation, un pick-up Ford Ranger et un Toyota Prado. L’un des deux véhicules, à bord desquels ils ont été interceptés, appartient à Magalie Habitant, ex-directrice du Service métropolitain de collecte des résidus solides (Smcrs). Magalie Habitant avait ordonné que le véhicule Ford Ranger soit immatriculé au nom de Jean Fritz Jean-Louis, un autre proche du régime tèt kale au pouvoir, rapporte le quotidien « Le Nouvelliste » (https://lenouvelliste.com/article/198374/les-7-etrangers-lourdement-armes-arretes-transferes-aux-etats-unis).

« Six (6) pistolets de calibre 9 millimètres, six (6) fusils d’assaut, qui sont, en fait, des armes de guerre, deux (2) drones, un (1) télescope, cinq (5) gilets pare-balles et trois (3) téléphones satellites, cinq (5) plaques d’immatriculation, dont deux (2) plaques paires et une (1) autre impaire », ont été retrouvés en leur possession.

« Les armes susmentionnées sont impossibles à retracer, parce qu’elles sont constituées de 80 % de matériels standards et de 20 % de matériels non conformes à la confection et au traçage des armes à feu », selon les informations recueillies par le Réseau national de défense de droits humains (Rnddh).

Aucune trace de la date de l’entrée de ces 7 étrangers, sur le territoire national, n’existe dans les services d’immigration haïtienne.

Les informations, relatives à cette « enquête de flagrance », seront communiquées dans 48 heures (à compter du 19 février 2019), tentait de rassurer – en conférence de presse, le mardi 19 février 2019, sans donner de détails importants sur le dossier – le eommissaire du gouvernement, près le tribunal civil de Port-au-Prince, Me Paul Eronce Villard.

Appréhendés avec des armes de guerre illégales, les 8 suspects ont commis une infraction sur le territoire national, soulignait Villard. Il a également démenti les rumeurs, faisant état de pressions de conseillers du président Jovenel Moïse et du titulaire de la justice, Jean Roudy Aly, pour aboutir à la libération des 8 suspects.

Les individus arrêtés voulaient monter sur le toit de la Banque centrale, dans le but de dominer le bureau du premier ministre et le parlement en Haïti, et d’attenter à la vie du chef du gouvernement, rapporte, dans un tweet, le mardi 19 février 2019, le porte-parole du bureau du premier ministre, Pascal Adrien, citant une interview du premier ministre Jean Henry Céant à un média étranger.

Ces individus, qui « tenteraient de cambrioler la Banque centrale, n’auraient rien à voir avec l’Exécutif », a déclaré, dans les médias, Me. Reynold Georges, conseiller du président Jovenel Moïse.

Cette assertion est combattue par différentes voix, dans l’opposition à Jovenel Moïse.

En plus des 8 suspects arrêtés, dont 7 récupérés par les Etats-Unis d’Amérique, il y aurait d’autres « mercenaires », distribués dans le Sud et l’Artibonite. Depuis l’année 2018, l’opposition à Jovenel Moïse dénonce la présence, sur le territoire national, de « mercenaires étrangers snipers (francs-tireurs) », disposant d’armes sophistiquées et recrutés pour liquider les opposants politiques.

AlterPresse


Bloque opositor del Parlamento acusa a presidente haitiano

Unos 14 diputados del bloque duro de la oposición acusaron al jefe de Estado Jovenel Moïse ante la Cámara baja ”por actos constitutivos de alta traición”.

El documento, presentado noche al presidente de la Cámara de Diputados, Gary Bodeau, pide a este último tomar todas las medidas necesarias para que el Legislativo se pronuncie con respecto al caso de manera urgente.

La acusación, que se realiza en medio de una crisis sociopolítica y económica que enfrenta Haití, está firmada por los parlamentarios Joseph Manÿs Louis, Roger Millien, Jean Robert Bossé, Romial Smith, Bertrand Sinal, Printemps Bélizaire, Ketel Jean-Philippe, Abel Descollines, Déus Deronneth, Jean Marcel Lumérant, Vikerson Garnier, Jean Féquiÿre Julien, Frank Lauture y Reynald Exantus.

En caso de que Jovenel Moïse sea destituido, los diputados de la oposición piden que sea llevado ante los tribunales ordinarios, ‘para responder por los actos de corrupción y las masacres que se alegan contra él’, precisan.

No es la primera vez que desde el seno del Parlamento se arremete contra el Gobierno. En julio pasado, una acusación de unos 16 legisladores también de la Cámara de Diputados, terminó con la renuncia del primer ministro Jack Guy Lafontant.

Si la misiva prospera, los diputados aspiran que todos los otros asuntos cesen para que la Cámara pueda pronunciarse con respecto al archivo.

Prensa Latina


Des députés veulent la « mise en accusation » de Jovenel Moïse

Les députés de l’opposition écrivent au président de la chambre basse Gary Bodeau en vue de lui soumettre l’acte de mise en accusation contre le président de la République Jovenel Moïse. Le chef de l’État  est accusé de « crime de haute trahison ».

Les députés accusateurs demandent que toutes les dispositions soient prises en vue de permettre à la chambre basse, co-dépositaire de la souveraineté nationale, de statuer toutes affaires cessantes sur la mise en accusation.

Les parlementaires soulignent qu’après sa destitution, le président sera traduit devant les tribunaux de droit commun pour y être jugé pour des faits qui lui sont reprochés  conformément aux articles 185,186,187,188,189,189-1,189-2, et 190 de la constitution de 1987 amendée.

« Nous avons déposé au bureau de la chambre des députés une demande de mise en accusatiin du président de la republique conformément à la constitution. Il reste au president Bodeau d’en donner suites utiles », a tweeté hier en fin d’en journée, le député Jean Marcel Lumérant.

Les 14 députés signataires de la correspondance :

-Joseph Manès Louis, cabaret ;

-Sinal Bertrand, Port-salut

-Roger Milien , première circonscription de Port-au-Prince ;

-Déus Déronneth, Margot ;

-Pierre Féguière Julien, Arcahaie ;

-Abel Descollines, Mirebalais

-Printemps Bélizaire, troisième circonscription de Port-au-Prince;

-Vikerson Garnier, Thiotte ;

-Franck Luture ,Cayes-Jacmel ;

-Reynald Exantus, l’Estère ;

-Jean Marcel Lumérant, Grand-Goâve ;

-Romial Smith, Saut d’Eau

-Jean Robert Bossé, Aquin

-Ketel  Jean-Philippe,Jacmel.

Loop


VOLVER