Crisis en Haití: organizaciones populares anuncian nuevas protestas a partir de mañana

66

Une frange de l’opposition annonce la reprise de la mobilisation antigouvernementale, à partir du 7 février 2020, en Haïti

Le porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire, Me. Michel André, annonce la reprise des mobilisations, à partir du vendredi 7 février 2020, pour continuer d’exiger la démission du président Jovenel Moïse, lors d’une conférence de presse, le mardi 4 février 2020, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Le 7 février 2020 ramène le 34e anniversaire de la chute de la dictature des Duvalier (François Duvalier 22 septembre 1957 – 21 avril 1971, Jean-Claude Duvalier 22 avril 1971 – 7 février 1986).

Après l’échec du dialogue au local de la nonciature apostolique catholique romaine à Pétionville (est de la capitale, Port-au-Prince), l’opposition annonce son propre dialogue, tout en critiquant plusieurs membres du secteur, qui ont participé aux rencontres avec le pouvoir en place.

Le sénateur Nènèl Cassy renouvelle sa détermination à renverser Jovenel Moïse, en vue d’organiser une conférence nationale souveraine et les procès, liés, notamment, au programme PetroCaribe, de l’aide vénézuélienne à Haïti (dont plus de 3 milliards de dollars américains auraient été détournés), et aux massacres (dont le plus spectaculaire en novembre 2018) à La Saline (non loin du bord de mer de la capitale, Port-au-Prince).

« Rien ne se fera sans le peuple dans le pays », martèle Me. Michel André, convaincu que la solution à la crise passe par la démission de Jovenel Moïse.

Trois longues journées de négociations, entre notamment les proches du pouvoir en place et une frange des partis de l’opposition, organisées à Port-au-Prince, du mercredi 29 au vendredi 31 janvier 2020, à la nonciature apostolique catholique romaine, ont débouché sur un échec.

Alterpresse

Más notas sobre el tema