Haití: partidos políticos rechazan la designación de un tercer primer ministro en menos de un año

Politique : Des partis politiques boudent contre le choix d’un troisième premier ministre, en moins d’un an, en Haïti

Des partis politiques expriment leur mécontentement, par rapport au choix du titulaire ad interim du Ministère de l’économie et des finances (Mef), Joseph Jouthe, jusque-là titulaire démissionnaire au Ministère de l’environnement (Mde), comme nouveau premier ministre, dans des interviews accordées à l’agence en ligne AlterPresse.

Depuis le renvoi du gouvernement de Jean Henry Céant, le lundi 18 mars 2019, par la chambre des députés, Joseph Jouthe (lundi 2 mars 2020) est le troisième chef de gouvernement, désigné par Jovenel Moïse, après Jean-Michel Lapin (nommé par intérim le jeudi 21 mars 2019, puis chargé, le mardi 9 avril 2019, de former un nouveau gouvernement) et Fritz William Michel (le lundi 22 juillet 2019).

Le dialogue était un outil politique, utilisé par Jovenel Moïse, sous la dictée de la communauté internationale, pour faire semblant de discuter avec tous les protagonistes, dans l’idée de trouver une solution à la crise, analyse Paul Denis, membre du Comité haïtien d’initiative patriotique (Chip), dans des déclarations à AlterPresse.

« Après avoir nommé le premier ministre, Jovenel Moïse va maintenant essayer de négocier, avec quelques représentants politiques, pour former un nouveau gouvernement et affirmer qu’il a constitué un gouvernement de consensus », anticipe Paul Denis.

De son côté, Serge Jean-Louis, du parti politique Mouvement patriotique dessalinien (Mopod), pense que Joseph Jouthe ne va rien changer dans la crise.

L’ancien titulaire ad interim du Ministère de l’économie et des finances, Joseph Jouthe, constituait un véritable symbole de l’instabilité institutionnelle dans le pays, estime le Mopod, interrogé par AlterPresse.

Le pouvoir du Parti haïtien tèt kale (Phtk) retourne aux anciennes pratiques anti-démocratiques, durant lesquelles le pouvoir est concentré dans les mains d’une seule personne.

« Pour la énième fois, Jovenel Moïse, en nommant l’un de ses fanatiques au poste de premier ministre de facto, a roulé dans la farine les partis de l’opposition dits modérés. Une victoire, à coup sûr, pour celles et ceux, qui croient, dur comme fer, qu’aucun accord politique n’est possible avec Moïse », réagit l’ancien député d’Aquin (Sud d’Haïti), Jean Robert Bossé, dans un tweet.

Le choix de Joseph Jouthe comme nouveau premier ministre a été annoncé par le prsident Jovenel Moïse, sur son compte twitter.

Ce choix découle de « consultations avec différents secteurs du pays », a souligné Jovenel Moïse, qui a appelé son « nouveau premier ministre à former, dans les meilleurs délais, un gouvernement d’ouverture et de consensus, capable de répondre aux urgences de l’heure ».

Le choix d’un nouveau premier ministre, par Jovenel Moïse, survient dans un contexte de dysfonctionnement du parlement et d’échec d’une nouvelle série de négociations, entamées, en janvier 2020, entre une partie des protagonistes politiques, en vue d’une issue à la crise actuelle en Haïti.

AlterPresse


André Michel: Jovenel Moïse a trompé tout le monde avec son choix

Selon Maître André Michel, porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire, le président Jovenel Moïse a trompé tout le monde en faisant choix du citoyen Joseph Jouthe comme Premier mimistre en remplacement de Jean Michel Lapin.
Pour l’homme de loi, ce choix est un manque de respect pour les groupes politiques et de la société civile qui avaient fait le choix de s’engager dans les négociations à la Nonciature Apostolique. Négociations auxquelles le Secteur Démocratique et Populaire ainsi que l’Alternative Consensuelle n’avaient pas participé.

“Il a trompé tout le monde. Il a trompé la société civile. Il a trompé les partis politiques qui pensaient qu’il était de bonne foi. Même la communauté internationale qui s’attendait à un accord politique aux termes de ces discussions a été trompée par Jovenel Moïse“, peut-on lire dans un texte portant la signature du militant politique André Michel.

Cette décision de Jovenel Moïse qui, de l’avis de l’homme politique, prouve que celui-ci ne peut pas faire partie de la solution, ne fera qu’aggraver la crise, ajoute-t-il. En ce sens, l’homme de loi invite les acteurs ayant pris part aux négociations et la communauté internationale à comprendre que Jovenel Moïse constitue une véritable menace pour l’alternance politique et la démocratie dans le pays, et qu’ il n’y a non plus aucune possibilité d’engager le pays dans un processus électoral avec lui.

Le choix de Jouthe Joseph, un pas vers la transition ?

La décision prise par le président de la République semble renforcer la velléité de l’opposition qui ne jure que par l’installation, à la tête du pays, d’un gouvernement de transition ayant pour entre autres missions d’organiser la conférence nationale et le procès PetroCaribe.

“La transition est définitivement devenue inévitable. Nous demandons à la communauté internationale, notamment l’ambassade américaine et les nations unies, de comprendre enfin que la seule option qui s’impose c’est d’accompagner les forces politiques et de la société civile pour la mise en place d’une transition de rupture qui permettra de faire émerger un nouveau projet national dans l’intérêt de tous“,conclut l’avocat André Michel.

Juno7


Fritz Willliam Michel renuncia como primer ministro de Haití

Fritz William Michel, designado en julio pasado como primer ministro de Haití, renunció hoy tras conocerse su sustitución por Joseph Jouthe, quien encabezaba la cartera de Economía.

Michel debía reemplazar a Jean Michel Lapin en el puesto, sin embargo, su ratificación en el Senado sufrió el boicot de la oposición, que en dos ocasiones impidió la realización de la sesión.

En la carta de dimisión carta dirigida al mandatario Jovenel Moïse, el renunciante lamentó que en la Cámara Alta no hubo debate, un requisito constitucional, aunque felicitó a los diputados por la validación de su política general.

Agradeció, asimismo, la confianza depositada en cada uno de los miembros del Gobierno, y abogó por la toma de decisiones que eliminen el espectro de la anarquía y consoliden el futuro de la nación.

‘Nuestra sociedad se está resquebrajando, el miedo se está apoderando de ella, los ecosistemas están siendo destruidos hasta el punto de la irreversibilidad, la economía se está debilitando con el corolario de la degradación de las condiciones de vida de la población, por lo tanto, es imperativo continuar el diálogo interhaitiano’, escribió Michel.

El ex primer ministro se vio envuelto en varias polémicas desde su nombramiento el 22 de julio. El senador de la oposición y presidente de la Comisión de Ética y Anticorrupción en la Cámara Alta, Youri Latortue, sugirió su implicación en un caso de sobrefacturación de venta de animales al Estado, aunque este rechazó las acusaciones.

Michel también tuvo que negar la autoría de supuestos tuits comprometedores, por su alusión a la oposición, el trabajo de la prensa, e incluso la primera dama Martine Moïse.

Este lunes el mandatario Moïse nombró a Joseph Jouthe como primer ministro, después de las consultas con diversos sectores nacionales, según anunció en su cuenta en Twitter.

Jouthe es el quinto jefe de Gobierno desde 2017 y no tendrá que validar su política general ante el parlamento, luego que en enero último venciera el mandato de la Cámara de Diputados y de dos tercios del Senado, y Moïse decretara la caducidad del Poder Legislativo.

En octubre pasado debieron celebrarse elecciones legislativas en Haití, sin embargo, la fuerte crisis sociopolítica y económica que atraviesa la nación pospusieron indefinidamente los comicios.

Con la asunción de Jouthe, Haití vuelve a tener un gobierno legítimo y es capaz de acceder a los préstamos internacionales, vedados el pasado año en medio de la crisis económica.

Prensa Latina


Moïse relance son administration

Le chef de l”état haïtien, Jovenel Moïse, a attendu 7 semaines pour s”engager résolument dans la seconde phase de son mandat. Le délai n”a pas permis aux leaders de l”opposition et à la Présidence de parapher un accord en vue de la formation d”un gouvernement de consensus.

Le chef de l”état assure que la nomination de M. Joseph Jouthe, au poste de Premier Ministre, a été realisée suite aux consultations avec les secteur de la vie nationale. Récemment le président Moïse avait prévenu qu”il n’entendait pas laisser libre cours à d”interminables négociations prônées par ceux qui veulent torpiller son administration.

Jouthe, est considéré depuis deux ans comme un proche du chef de l”état. En plus du ministère de l”environnement il avait hérité de l”important ministère des finances et de l”économie durant la crise politique. Il avait coupé les subventions à l”EDH et annoncé des dispositions urgentes pour favoriser une hausse des recettes fiscales après la fin de la crise du peyi lok.

Jouthe aura les coudées franches pour appliquer sa politique dans un nouvel environnement politique. Sans Parlement le gouvernement pourra voter son budget et l”appliquer en tenant compte des besoins identifiés par l”Exécutif.

Le président Moïse débute ainsi sa période de gouvernance par décret.

Métropole Haïti


VOLVER