Haití | Trabajadores de la salud marchan contra la inseguridad y exigen la liberación de médico secuestrado

441

Des médecins marchent contre l’insécurité et le kidnapping

Les cris d’indignation contre les actes criminels, les voix mordantes des médecins pour demander la libération du Dr Yghor Myrtho Figaro, enlevé depuis lundi par des ravisseurs, ont retenti fort jeudi dans la commune de Carrefour. Munis de leur blouse, certains de leur stéthoscope, pancartes en main, près d’une centaine de médecins, d’infirmières, d’agents de santé ont marché dans la commune de Carrefour pour dire ”ABA insécurité, ABA kidnapping”.

De l’hôpital Raoul Pierre Louis à l’Arcachon 32 où ils se sont rassemblés, les médecins se sont ensuite dirigés vers la maternité de Carrefour et l’hôpital adventiste de Diquini en quête de solidarité à leur mouvement. Ils se sont aussi rendus devant le commissariat et la mairie de la commune.

« Nous sommes aujourd’hui dans les rues pour demander la libération de notre collègue médecin Yghor Myrtho Figaro, qui a été kidnappé devant sa résidence à Diquini (Carrefour), le lundi 5 octobre. Cela fait trois jours depuis que le médecin ne rentre pas chez lui, ne dort pas chez lui», a tancé le Dr René, qui s’est fait le porte-parole des médecins protestataires. Il confie que les médecins ne reprendront pas le chemin de travail pas avant la libération du Dr Figaro.

La voix tendue, le collègue du Dr Figaro qui a effectué son service social audit hôpital déclare que personne ne doit accepter de vivre dans de telles conditions. Depuis quelques semaines, le phénomène d’insécurité a repris de l’ampleur à travers le pays. On assiste à une montée vertigineuse des actes de kidnapping, de meurtre et de vol à main armée. Quelques semaines auparavant, une impression d’apaisement dans la zone métropolitaine à la suite de la fédération des gangs armés sous le label « G-9 en famille et allié » a été constatée.

« Nous marchons non seulement pour porter notre solidarité à notre collègue kidnappé mais aussi nous voulons dénoncer les actes criminels qui ne cessent d’augmenter actuellement dans la capitale et dans les autres villes du pays », a rouspété un médecin, sous-couvert de l’anonymat.

Les protestataires invitent la population à sortir de son silence pour dénoncer l’inacceptable, l’intolérable dans le pays. « Nous sommes tous consternés. Je n’ai pas peur de m’exposer parce que je sais que personne n’est épargné », a-t-il ajouté.

« Aujourd’hui, c’est le Dr Figaro qui a été enlevé. Demain ce sera peut-être l’un d’entre nous », déclare un autre médecin, s’écriant « nou bouke », quand un médecin est enlevé, ce sont tous les patients qui sont kidnappés. Sur les pancartes on pouvait lire : « liberasyon pou doktè Yghor Myrtho Figaro », « lè w kidnape yon doktè se dekouraje w dekouraje tout lòt doktè », « nou bay vi nou. Nou swe pou peyi a, nou pa ka jwenn kòm rekonpans kidnapin »…

Depuis mercredi les médecins de l’hôpital Dr Raoul Pierre-Louis ont observé mercredi un arrêt de travail en signe de solidarité et de protestation au kidnapping de leur collègue, le Dr Yghor Myrtho Figaro. Le personnel médical de la maternité de Carrefour et des centres de santé de Lamentin 54 et 52 ont aussi emboîté le pas.

Dans une note de presse, l’Association médicale haïtienne (AMH) invite les autorités à prendre des dispositions permettant la libération dans les plus brefs délais du jeune médecin.

L’AMH dit constater avec stupeur et horreur et déplore avec vigueur la montée vertigineuse de l’insécurité se traduisant par des assassinats, des actes de kidnapping, de vandalisme des biens privés et publics en série. « Elle en veut pour preuves récentes le meurtre crapuleux du bâtonnier du barreau de Port-au-Prince, l’assassinat d’un étudiant de l’Ecole normale supérieure ainsi que le récent kidnapping d’un jeune confrère, le Dr Yghor Myrtho Figaro devant sa résidence », fait remarquer l’AMH dans une note portant notamment la signature de son président, le Dr Jean Hugues Henrys.

L’AMH condamne avec vigueur ces actes qui violent les droits élémentaires de tout être humain, droit à la vie, à la sécurité, à la santé. « C’est dans ce contexte que l’AMH fait appel aux autorités concernés et leur demande de prendre toutes les dispositions nécessaires pour renforcer la sécurité des vies et des biens ainsi que la libération dans les plus brefs délais du jeune médecin».

Le Nouvelliste


Gobierno de Haití reconoce multiplicación de secuestros en la capital

Autoridades de Haití reconocieron el marcado aumento de los secuestros en la capital y aseguraron que trabajan para poner a salvo a la población.

El portavoz de la Policía Nacional (PNH), Michael Louis, confirmó que los secuestradores simulan ser agentes del orden público y pidió a los ciudadanos comprobar si los vehículos utilizados por personas uniformadas llevan matrícula de la institución.

Ya organizaciones de derechos humanos alertaron sobre el fenómeno que comienza a sembrar el pánico en la principal ciudad del país.

Marie Yoleine Gilles, directora de la Fundación Je Klere, alertó que la inseguridad está muy extendida. ‘Estamos muy preocupados’, dijo a la prensa.

Por su parte, Pierre Espérance, coordinador de la Red Nacional en Defensa de los Derechos Humanos, criticó la laxitud de las autoridades en restablecer la seguridad y los pocos medios en poder de las fuerzas del orden público.

Ni las autoridades o las organizaciones de derechos humanos pueden proporcionar estadísticas del número de retenciones, que también se incrementó en otras urbes departamentales.

El pasado lunes el doctor Ighor Figaro fue raptado en Carrefour, situado en la salida sur de la capital.

A propósito, la Asociación Médica Haitiana, deploró el vertiginoso aumento de la inseguridad ‘que se traduce en asesinatos, secuestros, vandalismo de propiedad privada y pública’, y que afecta a todos los estratos sociales, aseguró.

Prensa Latina


Haïti – Politique : Jovenel Moïse souhaite rencontrer l’opposition

En début de semaine Kelly Craft, l’Ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU a annoncé devant le Conseil de Sécurité que le Président Jovenel Moïse devait rencontrer des partis politiques de l’opposition d’ici quelques jours.

Si les rumeurs de couloir évoque une éventuelle rencontre le weekend prochain, rien n’a filtré sur les partis de l’opposition qui seraient concernés concerné ni sur les questions qui seront abordé autour de cette table de dialogue.

Toutefois, réagissant à l’annonce de Kelly Craft, Me. André Michel porte parole de l’opposition. Radicale du mouvement dit « Démocratique et Populaire » a déclaré « il n’y a aucune négociation en cours entre l’opposition et le Pouvoir. Le Secteur Démocratique et Populaire rejette toute possibilité de Cohabitation avec Jovenel Moise, PHTK et alliés » Me. André Michel

Mercredi, plusieurs autres acteurs de l’opposition, dans une note ont abondé dans le même sens affirmant qu’il n’y avait pas de négociations en cours entre le pouvoir et les Partis politiques de l’opposition signataires de la note où il est écrit « Ces partis croient qu’aucune solution durable ne saurait être trouvée sans la participation effective des démocrates qui mènent depuis de nombreuses années la lutte pour le respect de la Constitution et des lois de la République y compris en ce qui concerne l’échéance constitutionnelle du 7 février 2021 qui marque la fin du mandat du Président. » concluant « La situation chaotique créée par la mauvaise gouvernance et les dérives dictatoriales du gouvernement actuel font que toute manœuvre visant à exclure les acteurs majeurs de la classe politique et de la société civile de la recherche d’une solution durable est vouée à l’échec […] »

Signataires et Partis politiques de l’opposition : Edmonde Supplice Beauzile PFSDH (FUSION), Youri Latortue (AAA), Paul Denis (INIFÒS), Nenel Cassy (SDP), Edgard Leblanc Fils (OPL), Génard Joseph (VERITE), Kenel Mathieu (Veye Yo), Sorel Jacinthe (INITE).

Haití Libre

Más notas sobre el tema