Ante el vacío institucional ¿Qué hacer? – Le Nouvelliste, Haití

638

Los conceptos vertidos en esta sección no reflejan necesariamente la línea editorial de Nodal. Consideramos importante que se conozcan porque contribuyen a tener una visión integral de la región.

Face au vide institutionnel, que faire ?

Le pays sombre dans le désespoir. Peut-être, seuls le président Jovenel Moïse, ses conseillers et ceux qui jouissent du pouvoir ne le voient pas ou refusent de l’admettre en public. Les cas de kidnapping en série des derniers jours sont la goutte d’eau qui fait déborder le vase. En dépit de la gravité de la situation, on ne sent chez les autorités ni l’envie ni la volonté de donner une réponse proportionnelle à la situation. Peut-être qu’elles ne font pas exprès, qu’elles sont tout simplement incapables. Au moins, elles doivent l’admettre. Le plus dur dans tout ça, il n’y a aucune initiative de recherche de solutions à la crise actuelle. En l’absence d’institutions capables de rechercher une solution durable au problème sécuritaire, le pays est à la merci des autorités qui n’ont de compte à rendre à personne.

Le gouvernement Jouthe a été nommé par le président de la République. Depuis le dysfonctionnement du Parlement en janvier dernier, l’exécutif est devenu le seul pouvoir en Haïti. On connait déjà la situation du pouvoir judiciaire. Comme pour montrer qu’il n’existe qu’un pouvoir dans le pays, le président Jovenel Moïse n’a toujours pas donné suite à la liste de magistrats certifiés soumise depuis des semaines par le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. En janvier dernier, l’exécutif avait constaté la caducité du Parlement. Le tiers du Sénat en fonction fait profil bas et de fait ne peut même pas se réunir. Il faut la moitié du Sénat plus un membre pour que le grand Corps siège; or il n’en reste qu’un tiers.

Entre-temps, les maires élus en fin de mandat ont été remplacés par des agents exécutifs intérimaires choisis par le gouvernement. L’exécutif a neutralisé la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif. Il s’est passé de la Cour de cassation en ce qui a trait à la prestation de serment des membres du Conseil électoral provisoire. En l’absence du Parlement, l’exécutif choisit le chef de la police qui lui plait. Il nomme et fait installer des ambassadeurs comme bon lui semble. L’exécutif s’accorde un pouvoir absolu, il en dispose à sa guise mais est inapte à résoudre le plus petit de nos problèmes. En l’absence du Parlement et avec une Constitution en veilleuse, quel bouc émissaire va-t-on désigner ?

Avant Jovenel Moïse, nos institutions étaient faibles, on se demande si elles existent encore aujourd’hui. Visiblement, nos problèmes s’aggravent. Aucune institution n’a de l’autorité pour imposer des solutions. Dans les pays où les institutions sont fortes, quand la société est aux abois, la justice décide. Ici, on décide quelle place doit occuper la justice. Dans d’autres pays, quand la justice est dépassée, les organisations respectables et respectées de la société civile prennent le relais. Actuellement, quelle institution haïtienne peut faire entendre raison aux acteurs ?

Il semble qu’on a épuisé tous nos moyens. Les médiations de Religions pour la paix n’ont pas accouché de résultats. Le pays a connu deux transitions majeures en moins de 20 ans. La communauté internationale a essayé toutes les formes de tutelle depuis la chute du président Jean Bertrand Aristide en 2004.

Tous les médicaments prescrits à Haïti n’ont fait qu’empirer son cas. Et il parait que le pire est devant nous. L’année 2021 s’annonce déjà difficile. L’exécutif promet des élections générales alors que l’opposition ne jure que par une nouvelle transition. Jusqu’ici, ni l’exécutif ni l’opposition n’ont les moyens de leur politique. Face à un tel scénario, les acteurs ont le choix entre laisser sombrer le pays et espérer recueillir les restes, s’asseoir autour d’une table pour tenter de trouver un accord dans l’intérêt collectif et laisser le champ libre à l’international pour imposer un matin sa solution.

Le Nouvelliste

Más notas sobre el tema