Haití | EEUU le suelta la mano a Moise e insta al gobierno a celebrar elecciones

492

Préoccupés par la gouvernance par décrets, les États-Unis exhortent le gouvernement haïtien à organiser incessamment des élections

« Une fois de plus, nous exhortons le gouvernement haïtien à tenir dès que possible des élections législatives en retard afin de restaurer le rôle constitutionnel du Parlement. Le peuple haïtien mérite l’occasion d’élire ses dirigeants et de restaurer les institutions démocratiques d’Haïti. Bien que nous reconnaissons qu’un énorme travail reste à faire, 2021 doit être l’année des élections législatives et présidentielles en Haïti », telles sont les remarques délivrées par l’ambassadeur Jeffrey DeLaurentis, représentant par intérim pour les affaires politiques spéciales à la mission américaine auprès des Nations Unies, lors d’un briefing du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en Haïti tenu virtuellement le lundi 22 février 2021.

Des élections législatives devaient avoir lieu en Haïti en octobre 2019, a rappelé l’ambassadeur DeLaurentis. « Avant et après cette date, les membres de ce Conseil ont appelé à plusieurs reprises les acteurs politiques haïtiens à se rassembler, à mettre de côté leurs divergences et à trouver la voie à suivre pour relever les défis les plus urgents d’Haïti. Ils ont choisi de ne pas le faire; cependant, la responsabilité ultime de créer une atmosphère propice à des élections libres et équitables, puis de mener ces élections, doit incomber au gouvernement. »

« Les États-Unis sont préoccupés par le fait que la période prolongée de règne d’Haïti par décret se poursuit. Nous pensons que les décrets devraient se limiter aux actions nécessaires aux fonctions essentielles, à la sécurité et à la conduite des élections. Cependant, les récentes mesures visant à retirer et nommer unilatéralement trois juges de la Cour suprême, à créer une agence nationale de renseignement et à restreindre le rôle de l’agence d’audit indépendante d’Haïti risquent de porter atteinte aux principales institutions démocratiques d’Haïti », a déclaré l’ambassadeur Jeffrey DeLaurentis.

« Nous exhortons les autorités haïtiennes à redoubler d’efforts pour enquêter et poursuivre les crimes violents, y compris la violence sexuelle et sexiste, pour renforcer les pratiques de police communautaire et pour protéger les droits humains des résidents des quartiers contrôlés par les gangs », a poursuivi le diplomate américain exprimant la préoccupation de son pays par rapport au manque permanent de responsabilité pour les violations et abus des droits humains.

En décembre, a-t-il ajouté, les États-Unis ont sanctionné trois anciens responsables haïtiens en vertu du Global Magnitsky Human Rights Accountability Act pour leur rôle dans l’attaque de La Saline de 2018, au cours de laquelle au moins 71 personnes ont été tuées.

« Mais La Saline, Bel Air et l’assassinat de Monferrier Dorval en août soulignent tous l’urgence de mettre fin à l’impunité, à commencer par des actions concrètes pour protéger les citoyens de la violence grâce à une police efficace et à un jugement rapide des affaires pénales. L’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie nationale pour les enquêtes, les poursuites et le jugement des affaires de crimes graves, avec l’appui le cas échéant, méritent également d’être envisagées », a suggéré l’ambassadeur Jeffrey DeLaurentis.

Les États-Unis continuent d’encourager et de promouvoir le développement d’un secteur judiciaire indépendant, crédible et efficace en Haïti. « Nous sommes préoccupés par les décrets exécutifs qui sapent le pouvoir judiciaire et les grèves intermittentes des principaux acteurs judiciaires, qui continuent d’affecter négativement le fonctionnement du pouvoir judiciaire et limitent le nombre d’audiences et de procédures judiciaires tenues. Un secteur judiciaire pleinement opérationnel est essentiel pour assumer l’impunité et la corruption, et pour réduire les niveaux élevés de détention provisoire prolongée. »

Par ailleurs, l’ambassadeur américain a félicité le gouvernement haïtien d’avoir décidé en septembre d’augmenter le budget de la Police nationale d’Haïti, qui souffre depuis longtemps d’un manque de ressources. « Malgré cet accent accru sur l’application de la loi, cependant, comme nous l’avons entendu, la violence des gangs reste un problème grave, car les enlèvements ont augmenté de plus de 200% en 2020 et les homicides sont également en hausse », a souligné l’ambassadeur Jeffrey DeLaurentis.

Le Nouvelliste


ONU apuesta a unas elecciones creíbles para que Haití supere crisis política

La Organización de las Naciones Unidas (ONU) consideró este lunes que solo una “renovación democrática” en Haití ayudará a que ese país se encamine a superar su prolongada crisis política.

Helen La Lime, representante especial de la ONU en Haití, señaló que dicha renovación debe ser producto de la pronta celebración de unas elecciones participativas, creíbles y transparentes.

Señaló que a pesar de la contribución inicial del Gobierno, todo el proceso electoral sigue estando muy poco financiado. Dijo que la situación requiere la “atención urgente” de los socios internacionales de Haití para que no se retrasen las elecciones legislativas, presidenciales y locales.

Además, apuntó que se necesitan más esfuerzos por parte del Gobierno para que la oficina de identificación amplíe lo más pronto posible su campaña de registro para que más ciudadanos puedan votar en las elecciones pautadas para el 19 septiembre de este año.

Agudización crisis institucional y humanitaria

La Lime advirtió que la crisis institucional de Haití se puede agravar a medida que las relaciones entre los poderes Ejecutivo y Judicial parecen cada vez más tensas y que el presidente haitiano, Jovenel Moise, sigue gobernando por decreto.

Moise pensionó tres jueces de la Corte de Casación, todos acusados por el Gobierno de planear un golpe de Estado. Entre ellos, está el juez Joseph Mécène Jean Louis, declarado “presidente interino” por los opositores.

Esto también provocó una huelga indefinida por parte de las principales asociaciones de jueces. La Lime apuntó que la huelga amenaza aún más el “disfuncional” sistema de justicia haitiano.

En su informe, presentado ante el Consejo de Seguridad de la ONU, también habla sobre la situación humanitaria en el país, la cual, afirmó, es cada vez más grave. Las últimas estimaciones indican que unos 4.4 millones de personas necesitarán asistencia humanitaria este año.

Nueva constitución

Al respecto, la diplomática destacó que es necesario mejorar el ritmo y el alcance de las consultas sobre el proyecto constitucional.

Si bien existe un consenso general entre las partes interesadas y la población en general sobre la necesidad de cambiar la carta constitutiva, el proceso elegido por el Gobierno es percibido por algunos que carece de legitimidad, dijo.

Añadió que todos los sectores del país deberían tener amplias oportunidades para debatir y contribuir al proyecto de texto.

Seguridad ciudadana

La representante de la ONU en Haití mostró su preocupación por el creciente resurgimiento de los secuestros, los cuales se producen más de cinco al día, según estimaciones de la Red Nacional de Defensa de los Derechos Humanos (RNDDH).

“… así como la impunidad persistente y la falta de rendición de cuentas por delitos graves en Haití”, expresó.

También las restricciones a los derechos como la libertad de expresión, prensa y reunión pacífica, por la definición “demasiado amplia” de terrorismo, establecida en un decreto del año pasado sobre seguridad pública, que incluye delitos menores como vandalismo y obstrucción de carreteras, junto a un aumento de las amenazadas dirigidas a periodistas, abogados, jueces y defensores de los derechos humanos.

Diario Libre


Policía de Haití reprime movilización contra el secuestro

La Policía de Haití reprimió con gases lacrimógenos la protesta de universitarios contra el secuestro, un fenómeno que se disparó particularmente en esta capital.

Los estudiantes salieron a las calles a exigir la liberación de su profesor Abbias Édumé, secuestrado el miércoles último por personas no identificadas que exigen un rescate de miles de dólares.

‘Seguiremos exigiendo la liberación de Édumé. La universidad continuará cerrada hasta su regreso’, gritó un manifestante que portaba una foto del también exfuncionario gubernamental en Petit Goâve, a 74 kilómetros al suroeste de Puerto Príncipe.

Sin embargo, la policía rodeó a los universitarios y les lanzó gases lacrimógenos para dispersar la movilización en el barrio popular de Laule, situado en el centro de la capital.

Las protestas contra la inseguridad se intensificaron en las últimas semanas, con reclamos al gobierno para que restablezca el clima de paz, que se deterioró desde 2019.

El ejecutivo reconoció recientemente el aumento de los secuestros y la responsabilidad de las fuerzas de seguridad, al tiempo que pidió ayuda a la población para que la policía sea más eficaz en la lucha contra ese flagelo.

Según un informe de Naciones Unidas, al menos 234 personas fueron víctimas de secuestros durante 2020, el doble de los registrados el año anterior. Entre ellos figuraban 37 niños y 59 mujeres, acotó la investigación.

Por su parte, organizaciones locales de derechos humanos advirtieron que el pasado años no menos de mil personas fueron raptadas para exigir rescate, y alertan que las cifras pueden ser superiores.

Prensa Latina


Des étudiants d’universités publique et privée ont de nouveau protesté, le lundi 22 février 2021, contre la poursuite des actes de kidnapping en Haïti

Plusieurs dizaines d’étudiants de l’Université privée de Port-au-Prince (Up) et de la Faculté de linguistique appliquée (Fla) de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) ont gagné les rues de la capitale, Port-au-Prince, ce lundi 22 février 2021, pour continuer de dénoncer la poursuite des actes de kidnapping (enlèvements et séquestrations) de personnes en Haïti, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

À proximité du local de l’Up, situé à la rue Rivière, les étudiantes et étudiants ont dressé, en signe de protestation, des barricades, faites de chaises et de pupitres ainsi que des pierres, bloquant ainsi la circulation dans cette zone.

Les étudiantes et étudiants de l’Up ont ainsi organisé une quatrième journée de protestation, pour exiger la libération de leur professeur de droit, Me. Abbias Édumé, ancien substitut du commissaire du gouvernement de Petit-Goâve, kidnappé depuis le mardi 16 février 2021.

Des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) ont, une fois de plus, fait usage de gaz lacrymogènes, pour disperser la foule d’étudiantes et d’étudiants protestataires.

Parallèlement, des étudiantes et étudiants de Fla ont aussi défilé, le lundi 22 février 2021, dans les rues de la capitale, Port-au-Prince, pour exiger la libération du jeune linguiste Junior Albert Augusma, kidnappé, dans la soirée du samedi 20 février 2021, en compagnie de deux ressortissants dominicains, dans la zone de la 5e avenue Bolosse (périphérie sud de la capitale, Port-au-Prince), à bord d’un véhicule immatriculé « Service de l’État » (Se).

Ayant dressé des barricades de pneus usagés enflammés au niveau de Bois Verna (au centre-ville de Port-au-Prince), les étudiantes et étudiants protestataires de la Faculté de linguistique appliquée de l’Ueh ont également dénoncé la perversion des rançons, exigées par les ravisseurs armes, qui ne sont nullement inquiétés par la justice et la police.

Alterpresse

Más notas sobre el tema