Se paralizan actividades comerciales y educativas en Haití en repudio al secuestro de siete religiosos

345

Haití paraliza actividades en protesta por secuestros

Las actividades económicas y educativas quedaron prácticamente paralizadas el jueves en Puerto Príncipe y en localidades provinciales de Haití, como forma de protestar para exigir la liberación de siete religiosos recientemente secuestrados y mostrar solidaridad con la Iglesia católica.

Todo el sector empresarial privado de Haití y el sector escolar se unieron a esta convocatoria, más allá de la decisión de la Iglesia de realizar un paro laboral este jueves, para exigir la liberación de los secuestrados el 11 de abril.

En Puerto Príncipe y en la mayoría de las ciudades provinciales, todas las actividades económicas y escolares estaban paralizadas y el transporte público era lento. También se vio alterado el funcionamiento del servicio público.

Se celebraron misas y las campanas sonaron en todo el país en las iglesias católicas exactamente al mediodía, en señal de protesta y para exigir la liberación de los siete religiosos.

“La Conferencia Episcopal exige la liberación de todos los secuestrados sin condiciones, sanos y salvos. Denunciamos la dictadura del secuestro en nuestro país”, dijo el presidente de la Conferencia Episcopal de Haití, monseñor Launey Saturné, que celebraba una de las misas.

“Pedimos a los secuestradores que dejen de hacer llorar al pueblo haitiano. No podemos negociar la liberación de las personas como negociaríamos el pan. No podemos reducir la vida de un ser humano al precio de una mercancía”, dijo el prelado.

“Soñamos con un Haití sin inseguridad, sin secuestros, sin violencia”, dijo monseñor Saturné.

La mayor parte de las misas se convirtieron rápidamente en protestas contra el gobierno actual, que, según los manifestantes, no está haciendo nada para combatir los secuestros y la inseguridad en el país.

Mientras los obispos celebraban una misa en la iglesia de San Pedro de Pétion-Ville, no muy lejos de Puerto Príncipe, individuos no identificados lanzaron un bote de gas lacrimógeno contra la iglesia.

La Iglesia protestante también apoyó el paro laboral de la Iglesia católica.

Tras el nombramiento de un nuevo primer ministro el miércoles, el Palacio Nacional dijo en un comunicado que “ya se tomaron medidas de emergencia para garantizar la seguridad de las personas y los bienes, para iniciar procesos judiciales contra los autores de los abusos denunciados, para proceder al desarme incondicional de las bandas”.

Diario Libre


Jovenel Moïse veut installer rapidement un Gouvernement d’union nationale

Mercredi, le Bureau de Communication de la Présidence a confirmé que le Président Jovenel Moïse avait accepté la démission du Gouvernement dirigé par Joseph Jouthe et confirmé également la nomination du Ministre Claude Joseph au poste de Premier Ministre par interim.

Depuis quelques semaines le Président Moïse a constaté, la dégradation de la situation sécuritaire du pays où des actes de kidnapping ont augmenté considérablement, notamment, dans l’aire métropolitaine et « constituent une preuve que les réponses du Gouvernement ainsi que celles du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) au problème de l’insécurité se sont révélées inefficaces ».

Devant ces faits, le Chef de l’Etat donne la garantie à la population que « les discussions seront poursuivies en vue de dégager le consensus nécessaire à la stabilité politique et institutionnelle de d’Haïti, le Bureau de Communication mettant en place, dans le meilleur délai, un Gouvernement inclusif qui aura, entre autres, comme mandat, d’adresser, dans toutes ses dimensions et en toute célérité, le problème de l’insécurité. »

À cet effet, « des mesures d’urgence ont déjà été prise pour assurer la sécurité des personnes et des biens et engager des poursuites judiciaires contre les auteurs des exactions dénoncées et procéder au désarmement sans condition des gangs. »

Le Bureau de Communication rappelle que « La responsabilité du Chef de l’Etat qui entend rapidement installer un gouvernement d’union nationale, est de protéger, sans exclusion, la population haïtienne, de sécuriser les biens sur l’ensemble du territoire et de procéder à l’organisation du Référendum et des élections honnêtes, crédibles et démocratiques à l’échelle nationale. »

Haití Libre


Les catholiques prient et crient pour conjurer le kidnapping

Des millions d’haïtiens ont crié ce jeudi 15 avril 2021 leur colère contre le phénomène du kidnapping. Des milliers de chrétiens catholiques, rassemblés dans plusieurs églises, dont celles de Saint Louis Roi de France à Port-au-Prince et Saint Pierre à Pétion ville, ont lancé des cris de colère et de détresse à midi au son de la cloche de l’église.

Des chrétiens catholiques ont accompagné leurs cris de gestes et d’autres se sont étendus par terre pendant ce moment spécial.

Dans les rues les citoyens ont uni leurs actions à celles des chrétiens en faisant résonner des objets en métal.
Les automobilistes ont utilisé leurs avertisseurs en guise de participation à cette journée de solidarité avec l’église catholique.

Dans les parages de l’église Saint Pierre à Pétion ville de nombreux militants politique de l’opposition ont eu des accrochages avec les forces de l’ordre.
Il ont incendié un véhicule de l’état après avoir vainement tenté de pénétrer à l’intérieur de l’église pendant la messe.

Plusieurs évêques de l’église catholique haïtienne étaient présents à cette messe à l’occasion de cette journée spéciale.

Des leaders de l’opposition étaient également présents afin de dénoncer l’inaction des autorités face à la détérioration du climat sécuritaire.

Metropole Haití


VOLVER

Más notas sobre el tema