Policías asesinan a 15 personas en venganza por el homicidio del portavoz del sindicato policial

1.166

Policías mataron a 15 civiles en venganza por el homicidio de un colega en Haití

Un grupo de policías de Haití mató este miércoles al menos a 15 civiles en Puerto Príncipe, en represalia por el asesinato de un colega ocurrido la noche del martes, informó la Policía Nacional.

Entre los fallecidos en los tiroteos causados por los policías, registrados en la pasada madrugada en Delmas 32, un barrio popular del centro de la capital, se encuentran el periodista Diego Charles y la activista Marie Antoinette Duclaire.

El director general de la Policía Nacional de Haití, Leon Charles, explicó que anoche se produjo un ataque de una banda armada contra unas instalaciones policiales, en el que resultó muerto el portavoz del sindicato de la Policía, Guerby Geffrard.

“Como reacción al asesinato, sus aliados (de Geffard) urdieron el tiroteo de esta mañana, que se saldó con la muerte de 15 ciudadanos pacíficos”, afirmó Charles en una declaración institucional.

Charles calificó la actuación de los policías como un “acto sórdido” y ofreció sus condolencias a las familias de las víctimas, entre las que citó al periodista Diego Charles, de Radio Visión 2000, y a Duclair.

El director dijo que su institución no tolerará “ninguna forma de represalia” y prometió que la Policía perseguirá a todos los autores y coautores de los delitos cometidos.

Según medios locales, el periodista y la activista fueron tiroteados por individuos no identificados que circulaban en motocicleta, que les dispararon cuando Duclair dejaba en su domicilio a Charles.

La reacción de la prensa y del sector político condenando los asesinatos ha inundado desde esta mañana los medios de comunicación y las redes sociales, donde las fotos de las dos víctimas se han hecho virales.

El Gobierno ha emitido un comunicado de prensa en el que “condena con vehemencia estas acciones abominables y la violencia indiscriminada que siembran el malestar y el luto en todos los sectores de la población haitiana”.

El texto también informa de que el jefe del Gobierno, Claude Joseph, ha dado instrucciones al ministro de Justicia y al director general de la Policía para que tomen todas las medidas necesarias para identificar a los autores, procesarlos y castigarlos.

“Estos crímenes atroces y acciones reprobables no pueden quedar impunes de ninguna manera en una sociedad democrática”, agrega el documento.

Desde principios de junio de 2021, el aumento de la violencia entre bandas armadas en el área metropolitana de Puerto Príncipe ha provocado el desplazamiento de al menos 17.105 civiles, según datos de la Organización Internacional para las Migraciones (OIM) actualizados con fecha 24 de junio.

El nivel de violencia incluso ha llevado a Médicos Sin Fronteras al cierre temporal de su hospital de urgencias situado en Martissant, en la entrada sur de Puerto Príncipe, tras sufrir, el pasado sábado, un ataque armado a estas instalaciones.

Caracol TV


Le journaliste Diego Charles et la militante politique Antoinette Duclaire exécutés à Port-au-Prince

Le journaliste de radio Vision 2000 et du média en ligne La Repiblik, Diego Charles, 33 ans, et Antoinette Duclaire, 33 ans aussi, animatrice d’émission à la radio, militante politique, porte-parole de la structure Matris Liberasyon, ont été froidement abattus dans la nuit de mardi à mercredi par des individus armés, à la rue Acacia, Christ-Roi.

Les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux montrent le journaliste face contre terre, baignant dans son sang et Mme Duclaire, affaissée, ensanglantée derrière le volant d’un véhicule. « J’ai reçu la nouvelle dans la nuit. Je suis sous le choc. C’est une grosse perte pour la presse haïtienne », a confié Enock Arisma, responsable de la salle des nouvelles de Vision 2000, lors d’une interview à la matinale de Magik9.

Marie Lucie Bonhomme, directrice des informations à Radio Vision 2000, elle aussi sous le choc, a dénoncé les gens qui ont transformé Haïti en un non-Etat. « Tout le monde peut être frappé. Diego allonge la longue liste des victimes de l’insécurité », a indiqué Marie Lucie Bonhomme qui se demande ce qui va arrêter ce « robinet de sang ».

« Je suis choqué qu’un escadron de la mort ait emporté Diego Charles devant chez lui », a réagi Jacques Desrosiers, secrétaire général de l’Association des journalistes haïtiens (AJH).

« Nous sommes révoltés qu’une femme de 33 ans qui se bat pour le changement dans son pays soit gaspillée ainsi. Elle a été stoppée en plein élan », se désole Fernando Duclaire, cousin de Antoinette Duclaire. Elle recevait des menaces, a affirmé Fernando Duclaire.

« Vous côtoyez la mort au quotidien. Quand on sort de chez soi, il n’y a pas de certitude que l’on rentrera. On peut vous assassiner, vous kidnapper », avait confié Antoinette Duclaire, il y a quelques mois à l’émission Sa K ap Kwit sur Télé 20. « Vivre dans cette situation et avoir peur, c’est de l’incohérence », avait indiqué Antoinette Duclaire qui avait choisi de lutter pour la vie, contre la violence, les violences faites aux femmes et pour la reddition de comptes.

Le Nouvelliste


Carnage à Delmas 32: Léon Charles identifie les auteurs, personnalités et institutions réagissent

Le directeur général de la Police nationale d’Haïti, Léon Charles, n’a pas mis trop de temps pour identifier les auteurs du carnage perpétré à Delmas 32 et à Christ-Roi dans la soirée du 29 juin. Selon lui, cette fusillade a un lien avec l’assassinat quelques heures plus tôt du policier Guerby Geffrard, porte-parole du syndicat SPNH17. « En réaction à l’assassinat de Guerby Geffrard, ses alliés ont concocté cette fusillade qui a entraîné la mort de 15 paisibles citoyens. Parmi les personnes assassinées, on retrouve le journaliste Diego Charles de la radio vision 2000 et Antoinette Duclaire. La PNH présente ses sympathies aux familles des victimes. L’institution ne saurait tolérer sous aucune forme ces actes de représailles. La PNH est là pour retracer les auteurs et co-auteurs de ces crimes », a déclaré Léon Charles au cours d’un bref point de presse donnée à la direction générale de l’institution ce mercredi.

De son côté, le premier ministre a.i. Claude Joseph a publié un communiqué dans lequel il salue la mémoire des victimes et instruit des responsables pour identifier et punir les coupables. « Le gouvernement ad intérim se prosterne devant la mémoire des victimes des assassinats en série qui se sont produits (dans les quartiers de) Delmas 32 et à Christ-Roi dans la nuit du mardi 29 juin 2021, particulièrement ceux du journaliste de la radio vision 2000 Diego Charles et de la militante féministe, Antoinette Duclair. Le Premier ministre a.i., Dr Claude Joseph, présente ses vives sympathies et ses condoléances émues à leurs parents, amis et alliés. Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique et le directeur général a.i de la police nationale sont instruits par le chef du gouvernement ad intérim de prendre toutes les dispositions nécessaires pr identifier les auteurs de ces actes, les poursuivre et les sanctionner conformément aux lois de la République. Ces crimes odieux et ces actions répréhensibles ne peuvent en aucun cas rester impunis dans une société démocratique », peut-on lire dans le communiqué.

Antoinette Duclaire était membre de la coordination de Rasanbleman pou Diyite Ayiti (RADI). L’association a publié une note de presse pour exprimer sa douleur et son indignation devant l’assassinat de la collègue. « RADI crie sa colère devant cet acte ignoble, devant la violence et les crimes qui se répandent dans le pays. RADI dénonce ceux et celles qui se rendent complices de tels actes en acceptant la situation insoutenable qui règne dans le pays. RADI salue le courage, le dynamisme et la détermination d’Antoinette Duclaire qui n’a jamais baissé la tête devant qui que ce soit, qui n’avait pas peur de se battre pour défendre ses idées et opinions. Il est temps que les citoyens et citoyennes cessent de mourir ici. Il est temps que le sang de jeunes hommes et jeunes femmes comme Antoinette Duclaire cesse de couler pour satisfaire les sanguinaires avides de pouvoir ainsi que tous les autres vauriens qui défendent leurs privilèges économiques et sociaux. La Communauté internationale, tous les acteurs nationaux et internationaux qui continuent de soutenir ce régime pourri ont sur leurs mains le sang de ces jeunes et de tous ceux et celles qui sont tombés victimes de ce climat de violence », a déclaré la coordination de RADI dans la note.

L’homme d’affaires Pierre Réginald Boulos, opposant de Jovenel Moïse, a réagi sur Twitter au sujet de l’assassinat de Diego Charles et d’Antoinette Duclair. « Assassinat de Netty et Diego. Après Montferrier, Gregory, Evelyne et tous les connus et inconnus lâchement abattus. C est l’Haïti de PHTK. Crimes, misère, pauvreté et pillage. Nous sommes en guerre contre cette dictature sanglante. N’ayons pas peur. YON KONBA RET YON KONBA », a-t-il écrit.

Quelques heures après la fusillade, l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince a publié une déclaration sur l’insécurité. « Les États-Unis sont profondément préoccupés par les pertes en vie humaine et l’insécurité générale résultant de la violence liée aux gangs. Nous condamnons la violation systématique des droits humains et des libertés fondamentales des communautés telles que Cité Soleil, La Saline, Bel-Air, Martissant, Delmas, etc. Nous condamnons en outre les attaques contre les journalistes qui sont au service de tous les citoyens dans une démocratie. Les États Unis exhortent le gouvernement haïtien à protéger ses citoyens en luttant contre la prolifération des gangs et en tenant pour responsables les auteurs de violences ainsi que leurs complices. (…) Les États Unis restent déterminés à travailler en Haïti pour renforcer ses institutions démocratiques et sa capacité à répondre aux défis croissants en matière de sécurité », a fait savoir l’ambassade des États Unis sur les réseaux sociaux.

Le Nouvelliste


L’Amih condamne l’assassinat, dans la nuit du 29 au 30 juin 2021, d’une quinzaine de personnes à Port-au-Prince, dont un journaliste et une militante féministe

L’Association des médias indépendants d’Haïti (Amih) dénonce l’assassinat par balles, dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juin 2021, à Delmas 32 et Christ Roi (Port-au-Prince), par des bandits armés, d’une quinzaine de personnes, dont le journaliste de Radio Télé Vision 2000, Diego Charles, et la militante féministe, Marie Antoinette Duclaire, également porte-parole de l’organisation sociopolitique Matris Liberasyon, dans une prise de position dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Antoinette Duclaire, qui a prêté ses services à Radio Sans fin (Rsf), travaillait sur un dossier avec Diego Charles, dans le cadre d’un journal en ligne, « la République », rappelle l’Amih, qui presse les autorités en place d’assumer leurs responsabilités face à ces assassinats.

Ce double assassinat survient dans un contexte d’attaques récurrentes et sauvages contre les communautés, qui sont contraintes, sur pression des gangs armés, d’abandonner leurs quartiers et leurs domiciles, pour se réfugier sur des places publiques.

« Une situation, qui prouve que nos journalistes et nos travailleurs de la presse continuent d’être exposés quotidiennement au danger dans l’exercice de leur profession. Et que les conditions ne sont pas réunies pour organiser des élections acceptables dans le pays ».

Des enquêtes sont toujours en cours, en 2021, sur les assassinats des journalistes, comme Jean Léopold Dominique (assassiné à Delmas le lundi 3 avril 2000), Brignol Lindor (assassiné à Grand-Goâve le lundi 3 décembre 2001), Jacques Roche (retrouvé mort le jeudi 14 juillet 2005, après avoir été torturé, durant son enlèvement perpétré le dimanche 10 juillet 2005), Pétion Rospide (abattu près du Portail Léogâne, Port-au-Prince, le lundi 10 juin 2019, ), Néhémie Joseph (assassiné le jeudi 10 octobre 2019 à Mirebalais, département du Plateau central) et Vladimir Legagneur (porté disparu depuis le mercredi 14 mars 2018 à Gran Ravin, sur les hauteurs de Martissant, dans la périphérie sud de Port-au-Prince).

Alterpresse

VOLVER

Más notas sobre el tema