Haití | Secuestran a un grupo de misioneros estadounidenses

833

Secuestran en Haití a un grupo de misioneros estadounidenses

Un grupo de 17 misioneros de Estados Unidos y sus familiares fueron secuestrados en Puerto Príncipe cuando se dirigía al aeropuerto, tras haber salido de un orfanato, según un mensaje de voz enviado a varias misiones religiosas, reveló este domingo la prensa local.

Un grupo de hombres armados bloquearon las rutas de Carrefour Boen y de La Tremblay 17, y aprehendieron a los ocupantes de varios vehículos, en una zona controlada de la pandilla 400 Mawozo.

Los misioneros y familiares secuestrados pertenecen a un grupo de ayuda cristiana con sede en Ohio llamado Christian Aid Ministries.

El secuestro ocurrió entre las 08H00 y las 10H00 de este el sábado mientras algunos de los misioneros viajaban al aeropuerto Toussaint Louverture de Puerto Príncipe para regresar a sus hogares en los Estados Unidos.

Algunos informe de prensa indicaron que durante el secuestro, una patrulla de la Brigada de Lucha contra el Narcotráfico intercambió disparos con uno de los vehículos utilizados por los secuestradores, durante el cual un policía resultó muerto a tiros.

Se conocen pocos detalles, pero funcionarios estadounidenses dijeron que estaban al tanto de los informes.
Haití tiene una de las tasas de secuestro más altas del mundo, ya que poderosas bandas explotan la situación de anarquía para ganar dinero con el pago de rescates.

Los secuestros se volvieron habituales en Haití desde inicios de 2020, se producen de forma indiscriminada y afectan a personas de cualquier índole social.

Telesur


Quinze Américains et des Haïtiens kidnappés sur la route de Ganthier

Entre 8 et 10 heures du matin, samedi 16 octobre, des hommes lourdement armés ont placé des barrages à Carrefour Boen et à La Tremblay 17, sur la route de Ganthier et kidnappé les occupants de “plusieurs véhicules” dont une «quinzaine d’Américains», a appris Le Nouvelliste d’une source policière généralement bien informée, en début de soirée.

« Nous n’avons pas d’autres détails mais ils ont kidnappé beaucoup de personnes », a poursuivi cette source. « Oui, une quinzaine d’Américains ont été kidnappés aujourd’hui (samedi 16 octobre)», a confirmé une source diplomatique qui n’a pas voulu entrer dans les détails.

“Le bien-être et la sécurité des citoyens américains à l’étranger est l’unes de nos plus grandes priorités. Nous sommes au courant de ces rapports et n’avons rien à ajouter pour le moment”, a confié au Nouvelliste un porte-parole du gouvernemement américain.

Ces Américains seraient des missionnaires, a appris le journal. La zone où ils ont été enlevés est sous le contrôle du gang 400 Mawozo qui avait kidnappé et séquestré pendant plusieurs jours près d’une dizaine de religieux dont un prêtre et une sœur de nationalité française, en avril 2021. Les religieux avaient été libérés à l’époque après versements de rançons.

Ce samedi, une patrouille de Brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants (BLTS) a entamé une course poursuite et des échanges de tirs avec un véhicule à bord duquel prenaient place des présumés kidnappeurs, a confié au Nouvelliste la porte-parole de la PNH, l’inspectrice Marie Michèle Verrier.

“La patrouille a engagé ce véhicule à l’avenue Christophe, non loin de la FOKAL. Un policier a été touché mais la patrouille a continué la poursuite. Le véhicule des malfrats a heurté un autre véhicule entre la rue Cameau et la rue Monseigneur Guilloux. Plusieurs de ces individus sont sortis blessés. Nous déplorons malheureusement la mort d’un policier”, a expliqué l’inspectrice Verrier qui n’a voulu partager pour le moment l’indentité de ce jeune policier mort en devoir.

La nouvelle de ce nouveau rafle du gang des 400 Mawozo intervient à quelques heures d’une grève générale contre l’insécurité et 24 heures après la fin la mission de la sous-secrétaire d’Etat américaine pour la sécurité civile, la démocratie et les droits humains,Uzra Zeya qui avait affirmé dans un tweet ,mardi , que le démantèlement des gangs responsables de la violence « est nécessaire pour stabilité d’Haiti et la sécurité des citoyens ».

« Le démantèlement des gangs responsables de la violence est nécessaire pour stabilité d’Haiti et la sécurité des citoyens. Aujourd’hui, j’ai rencontré DG a.i de la PNH Léon Charles pour réaffirmer que le Département d’État américain continuera de supporter le renforcement de la police communautaire,le renforcement de la confiance de la population, le renforcement du service de renseignement et des capacités à appliquer la loi », avait-t -elle indiqué dans un tweet traduit et posté sur le compte de l’ambassade des Etats-Unis en Haiti.

Le Premier ministre Ariel Henry avait lancé un appel à l’aide au USA. « J’ai reçu, à la residence officielle, la Sous secrétaire d’État, Mme Uzra Zeya. Nous avons discuté du dialogue inclusif à travers l’Accord, de l’aide d’urgence du gouvernement USA à la PNH, face à l’insécurité,de l’entraide judiciaire,de la réintégration des migrants et des prochaines élections », avait tweeté le chef du gouvernement sans donner d’autres détails.

La circulation en toute sécurité des hommes et des marchandises d’un point à l’autre sur le territoire national n’est pas garantie depuis plus d’un an. Cette situation s’est aggravée depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet dernier.

Le Nouvelliste


 

Más notas sobre el tema