La oposición elige a nuevo presidente interino y el gobierno lo desconoce

689

Comisión de Transición de Haití elige un presidente interino

La autodenominada Comisión Nacional de Transición (CNT) de Haití eligió este domingo al economista Fritz Alphonse Jean como presidente del periodo de transición, en un nombramiento desconocido por el primer ministro Ariel Henry.

La CNT, integrada por unas 1.000 organizaciones políticas de oposición y de la sociedad civil de la nación caribeña, también escogió al senador Steven Benoit como primer ministro interino.

Jean, exgobernador del Banco de la República de Haití, en un discurso posterior a su elección dijo que “no hay ganadores ni perdedores” y convocó a todos los sectores del país a sostener un diálogo nacional.

“El voto de hoy simboliza para nosotros el honor, el respeto, la dignidad y la integridad de una transición diferente a las del pasado”, afirmó Jean, también un ex primer ministro del país.

Entre los integrantes de la CNT se encuentra el partido derechista Tet Kale, del que formaba parte el presidente Jovenel Moïse, asesinado en su residencia en julio del año pasado por un comando de mercenarios, en su mayoría de origen colombiano.

El primer ministro Ariel Henry, quien desconoció la votación de este domingo, ha declarado que planea convocar a una Convención Constituyente y luego a elecciones para elegir a un nuevo presidente, a finales de este año 2022.

La opositora CNT ha señalado que se requiere de un periodo de transición de unos 24 meses desde que comience a funcionar el nuevo gobierno, que buscaría asumir el poder tras ser elegido este domingo.

teleSUR


Politique : Fritz Alphonse Jean et Steven Irvenson Benoit, respectivement élus, par le Cnt, président et premier ministre pour une transition de rupture en Haïti

L’économiste Fritz Alphonse Jean (ancien gouverneur de la Banque de la république d’Haïti / Brh de 1998 à 2001) et l’ancien sénateur (2011-2017) Steven Irvenson Benoît (également ancien député de 2006 à 2010) sont, respectivement, élus président et premier ministre pour diriger une transition de rupture en Haïti, suite aux résultats préliminaires issus des élections réalisées le dimanche 30 janvier 2022, dans le cadre de l’Accord du 30 août 2021 appelé Accord de Montana, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Né le 22 avril 1956 au Cap-Haïtien, Fritz Alphonse Jean a été élu président provisoire au premier tour de scrutin, avec 25 voix contre 5 pour son rival Edgar Leblanc Fils.

Deux absentions ont été enregistrées, lors de ce vote.

Né à Port-au-Prince le 21 avril 1965, Steven Irvenson Benoit a obtenu 21 voix alors que les autres candidats Philippe Jean Hénold Buteau, Bonivert Claude et Iswick Théophin ont obtenu respectivement 17 voix, 2 voix et une voix. Il y a eu un seul vote blanc dans le scrutin pour le poste de premier ministre.

Par conséquent, un deuxième tour a été réalisé pour départager les deux candidats en tête, puisqu’aucun des postulants n’avait réalisé 50 voix + 1.

Steven Irvenson Benoît est devenu premier ministre de la transition, en remportant le deuxième tour de scrutin, avec 26 voix contre 14 pour Philippe Jean Hénold Buteau. Il y a eu seulement 2 votes blancs.

La date du 31 janvier 2022 est retenue pour les contestations et la publication des résultats définitifs pour la présidence et le poste de premier ministre

42 délégués des organisations et institutions des secteurs sociaux, des partis et regroupements politiques au Conseil national de transition (Cnt) ont participé au vote du dimanche 30 janvier 2022.

Deux d’entre eux, issus du parti politique Fanmi Lavalas, ont paradoxalement désisté la veille su scrutin du dimanche 30 janvier 2022.

Les votes ont été effectués d’abord manuellement, puis présentés verbalement par chacun des délégués-votants, en toute transparence, devant l’assemblée, dont la commission électorale composée de 7 membres.

Le quorum pour la tenue de ces élections a été confirmé par la présence des 2/3 des délégués requis (28/42).

Au terme de ce processus électoral, initié par le Conseil national de transition (Cnt), issu de l’accord du 30 août 2021, appelé accord de Montana, une équipe de transition de rupture devrait voir le jour.

Reste à savoir quand la nouvelle équipe de transition de rupture assumera les rênes d’Haïti, pour mettre fin au brigandage institutionnel instauré par le régime du Parti haïtien tèt kale (Phtk).

Les actrices et acteurs de l’accord du 30 août 2021 s’étaient entendus avec les dirigeants du Protocole d’entente nationale (Pen) autour d’une transition de rupture, qui devrait durer deux ans.

Cette transition de rupture serait assurée par un Conseil présidentiel de cinq membres, un premier ministre et un cabinet ministériel, selon un document signé entre les signataires de l’accord du 30 août 2021, et ceux du Pen.

AlterPresse

Más notas sobre el tema