Haití | Miles de personas volvieron a protestar contra la inseguridad y el alto costo de vida

531

Manifestaciones contra inseguridad e inflación en Haití

Miles de personas en la capital de Haití y otras grandes ciudades organizaron nuevas protestas ayer miércoles para exigir calles más seguras, precios más bajos y la renuncia del primer ministro Ariel Henry. El ruido ocasional de disparos se mezclaba con los gritos y aplausos de los manifestantes mientras marchaban por las calles bloqueadas por piedras, camiones y neumáticos en llamas.

“¡Ariel, tienes que irte! ¡Vete, Ariel! ¡Vete, Ariel!”, gritaba una multitud en la capital Puerto Príncipe.
Un manifestante sostenía un letrero con el mensaje: “Abajo con la miseria”, mientras que otro gritaba insultos al gobierno y lamentaba la grave falta de empleo. “¡Necesitamos dinero para sobrevivir!”, gritaba Ronald Jean.

Otras protestas paralizaron varias ciudades costeras en las regiones del norte y del sur de Haití, incluidas Port-de-Paix, Petit-Goave y Jeremie, y la policía lanzó gases lacrimógenos para dispersar a la multitud.

Los haitianos han organizado cada vez más protestas debido al aumento de los secuestros y asesinatos relacionados con pandillas, al alza en los precios de los productos básicos y a la grave falta de combustible. La inflación en el país ha alcanzado una tasa de 30%.

El martes, la oficina del primer ministro emitió un comunicado en el que manifestó que estaba “consciente de la gravedad de la situación” y que Henry tomaría varias medidas, incluida la implementación de programas sociales para aliviar la pobreza extrema y garantizar que haya más combustible disponible en las estaciones.

Listin


Plus d’une dizaine de blessés dans les différentes manifestations du 7 septembre à travers le pays

Par Daniel Zéphyr

Toutes les grandes villes étaient en ébullition à côté de Port-au-Prince où le rendez-vous avait été donné par les partisans et sympathisants du parti politique Pitit Desalin.

A Jérémie, de vives tensions régnaient. Les habitants protestaient contre la rareté et la hausse des prix du carburant tout en exigeant le départ du gouvernement d’Ariel Henry. Des scènes de pillages de magasins, de violence et d’affrontements entre policiers et manifestants ont été observées. Des rafales d’armes automatiques étaient entendues un peu partout. Au moins, trois blessés par balles ont été enregistrés, selon le quotidien Le Nouvelliste.

Aux Cayes, plus d’un millier de membres de la population ont protesté à travers les rues de la ville. Ils s’insurgent contre la vie chère, la rareté de carburant tout en réclamant le départ du Premier ministre Ariel Henry ainsi que la démission du nouveau délégué Ketnor Estinvil. Ces manifestants qui prenaient la direction du domicile du nouveau délégué ont été dispersés par la police avec des tirs nourris à la rue Cœur-Unis, à Vernet.

À Port-au-Prince, les habitants ont craché leur colère. Les manifestants protestaient contre l’insécurité, la crise de l’essence, la hausse du coût de la vie. Des barricades des pneus enflammés et de pierres ont été érigées dans divers endroits, notamment à Pétion-Ville, Carrefour de l’aéroport. Deux journalistes de la radio Zénith ont été blessés par balles en caoutchouc.

Au Cap-Haïtien, c’est le même son de cloche. Des centaines d’habitants ont arpenté les rues pour faire passer les mêmes revendications que les autres régions. A cette occasion, le journaliste Luly Ménard a été atteint d’un projectile. Il a été transporté en urgence à l’hôpital.

A Port-de-Paix, les habitants ont arpenté les rues pour manifester contre la gestion
du premier ministre Ariel Henry et protester contre le transfert vers Port-au-Prince de deux cargos préalablement interceptés pour trafic d’armes et de munitions. Au moins trois manifestants ont été atteints de projectiles, selon notre correspondant à Port-de-Paix.

A Petit-Goave, les habitants ne décolèrent pas. Les habitants ont encore gagné les rues pour exiger le départ du chef su gouvernement. Les activités étaient complètement paralysées. Le transport en commun au point mort.

A Terrier-Rouge, dans le département du Nord-Est, 2 blessés par balles ont été enregistrés dans le cadre de la manifestation du 7 septembre 2022, selon notre correspondant dans la commune.

Alors que le pays est en pleine ébullition, le premier ministre Ariel Henry a quitté le pays ce mercredi 7 septembre 2022 à destination des États-Unis, plus précisément Floride pour rencontrer « un groupe d’entrepreneurs ». Le neurochirurgien sera de retour au pays ce vendredi.

Gazette Haiti

Más notas sobre el tema