Detienen en EEUU a otros cuatro sospechosos por el asesinato del presidente Jovenel Moise

1.318

EEUU detiene a otros cuatro sospechosos por el asesinato de Jovenel Moise

La policía estadounidense detuvo este martes en Florida a cuatro sospechosos de desempeñar un papel en el asesinato del presidente haitiano Jovenel Moïse en 2021, indicó un fiscal federal durante una rueda de prensa celebrada en Miami.

Tres de los arrestados están acusados de conspirar para matar y secuestrar a una persona fuera de Estados Unidos, un delito por el que se exponen a cadena perpetua.

Se trata del venezolano Antonio Intriago, el colombiano Arcángel Pretel Ortiz y el estadounidense Walter Veintemilla.

Intriago y Ortiz gestionaban dos firmas de seguridad de Miami, conocidas como CTU, implicadas presuntamente en el plan para derrocar a Moïse y sustituirlo por Christian Sanon, un ciudadano estadounidense-haitiano.

Veintemilla se sumó a la trama como financiador a través de su empresa Worldwide Capital Lending Group, con sede en el sur de Florida.

El cuarto detenido, el estadounidense Frederick Joseph Bergmann Jr., es acusado de ayudar a financiar el golpe y de colaborar para enviar chalecos antibalas de CTU a Haití sin cumplir con las normas estadounidenses de exportación.

Moïse, de 53 años, fue asesinado a tiros por un comando armado en julio de 2021 en su residencia privada en Puerto Príncipe, sin que intervinieran sus guardaespaldas.

«Parece que el dinero y el poder, pero sobre todo el dinero, fueron las oportunidades que alimentaron la trama», declaró el fiscal Markenzy Lapointe durante la rueda de prensa.

Según él, Intriago, Ortiz y Veintemilla urdieron el plan magnicida a cambio de contratos para construir infraestructuras en Haití, proveer fuerzas de seguridad y equipamientos militares a un gobierno liderado por Sanon.

Cuando quedó claro que Sanon no tenía el apoyo necesario y no cumplía con los requisitos constitucionales para ser presidente, los organizadores del complot apoyaron a un exjuez del Supremo haitiano para sustituir a Moïse, según la acusación.

Más tarde, tras no conseguir secuestrar al presidente, los conspiradores decidieron supuestamente asesinarlo con un comando de 20 colombianos contratados por CTU.

Con los arrestos de este martes, Estados Unidos ya ha detenido a 11 personas por participar en el asesinato de Moïse desde el sur de Florida.

Hace dos semanas Sanon y otros tres hombres fueron extraditados a Estados Unidos por su papel en el magnicidio.

La justicia estadounidense acusa al primero de «exportación ilegal de bienes de Estados Unidos».

Los otros tres hombres extraditados, los haitiano-estadounidenses James Solages y Joseph Vincent, y el colombiano Germán Rivera, son acusados de conspiración para matar y secuestrar a Moïse.

Diario Libre


Assassinat de Jovenel Moïse : quatre suspects appréhendés en Floride

Les agents fédéraux américains ont arrêté mardi quatre suspects dans le sud de la Floride. Ils sont accusés par la justice américaine d’avoir joué un rôle clé dans le complot visant à tuer le président haïtien, Jovenel Moïse, chez lui, le 7 juillet 2021, a annoncé à la presse le procureur fédéral Markenzy Lapointe, mardi 14 février 2023.

Trois des nouveaux prévenus – Antonio «Tony» Intriago, propriétaire de la société Counter Terrorist Unit Security, ou CTU, basée à Doral, Arcángel Pretel Ortiz, exploitant de la société affiliée CTU Federal Academy LLC, et Walter Veintemilla, directeur de Worldwide Capital Lending Group, basé à Miramar – sont accusés d’avoir soutenu un complot visant à enlever ou à tuer le président d’Haïti.

Le quatrième prévenu, Frederick Bergman, est accusé d’avoir conspiré pour faire passer des gilets pare-balles aux anciens soldats colombiens qui auraient tiré sur Moïse et grièvement blessé l’épouse du président, Martine Moïse. Il est également accusé de ne pas avoir fourni de documents d’exportation valides lorsque 20 gilets balistiques de contrebande, qui sont à l’épreuve des balles, ont été expédiés le 10 juin 2021 de Miami à Port-au-Prince avant l’assassinat, ont indiqué les autorités judiciaires. Selon les plaintes pénales du FBI, Intriago, Pretel et Veintemilla ont joué des rôles distincts dans un plan initial visant à arrêter et à kidnapper le président haïtien après le retour de Moïse d’une visite d’État en Turquie en juin 2021, puis dans un complot final visant à le tuer quelques semaines plus tard, le 7 juillet, à l’intérieur de sa maison à flanc de colline dans la banlieue de l’agglomération de Port-au-Prince.

Selon les enquêteurs américains, dès le mois d’avril, des réunions ont eu lieu dans la région de Miami et de Fort Lauderdale pour discuter du financement, de la logistique et de la sécurité du plan initial visant à écarter Moïse du pouvoir et à le remplacer par un pasteur et médecin haïtien-américain de 64 ans, Christian Emmanuel Sanon. Veintemilla, un Équatorien qui vit à Weston, a levé 172 000 dollars auprès d’investisseurs pour accorder un prêt privé à Sanon dans sa quête pour devenir le prochain président d’Haïti.

A ce jour, 11 individus sont inculpés par les USA dans le cadre de ce dossier.

Fin janvier, James Solages et Christian Emmanuel Sanon ont été transférés de la détention haïtienne aux autorités américaines avec deux autres suspects : Joseph Vincent, un ancien informateur confidentiel de la Drug Enforcement Administration qui vivait dans le sud de la Floride, et Germán Rivera Garcia, un colonel colombien à la retraite qui était l’un des chefs présumés de l’attaque meurtrière, selon les plaintes pénales.

Solages, Vincent et Rivera sont accusés d’avoir conspiré en vue d’enlever ou de tuer le président haïtien, tandis que Sanon est accusé d’avoir conspiré pour faire passer les gilets balistiques de Miami à Port-au-Prince pour les commandos colombiens. Les autres accusés dans l’affaire de l’assassinat et qui se trouvent actuellement dans un centre de détention fédéral à Miami sont Mario Antonio Palacios Palacios, un ancien soldat colombien ; Rodolphe Jaar, un trafiquant de drogue condamné qui a autrefois coopéré avec le gouvernement américain ; et John Joël Joseph, un ancien sénateur haïtien.

Plus de 40 personnes, dont 18 ressortissants colombiens et trois Américains d’origine haïtienne ayant des liens avec le sud de la Floride, ont été arrêtées en Haïti en relation avec l’assassinat.

Le rapport du bureau des affaires criminelles de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) avait clairement nommé ces personnes inculpées par la justice américaine. L’instruction judiciaire traine pourtant en longueur. Jusqu’à présent, personne n’a été formellement inculpé en Haïti.

Le Nouvelliste

Más notas sobre el tema