El gobierno instaló un consejo de transición para garantizar las elecciones generales 

ARCHIVO - El primer ministro haitiano Ariel Henry luego de una ceremonia en Puerto Príncipe, Haití, el 18 de noviembre de 2022. (AP Foto/Odelyn Joseph)
1.253

Haití designó un consejo de transición para garantizar las esperadas elecciones generales

El primer ministro de Haití designó formalmente el lunes un consejo de transición encargado de garantizar la celebración de las tan esperadas elecciones generales en un país sin instituciones elegidas democráticamente.

Aunque muchos dudan que la creación del consejo ayudará a que el gobierno celebre elecciones este año como se tiene previsto, el primer ministro Ariel Henry dijo que era un paso importante para ese objetivo.

“Es el principio del fin del mal funcionamiento de nuestras instituciones democráticas”, comentó.

Haití no ha tenido elecciones desde el asesinato del presidente Jovenel Moïse en julio de 2021. Henry asumió el cargo poco después de la muerte de Moïse, y prometió que su gobierno realizaría los comicios.

A principios de enero expiraron los mandatos de los 10 senadores restantes, lo que dejó sin funcionarios electos a un país de más de 11 millones de habitantes.

Henry hizo un llamado a todos los haitianos para que se unan y luchen por el cambio, mientras el país sigue sumido en una espiral de pobreza, hambre y violencia. El primer ministro también agradeció a los tres miembros del consejo que aceptaran unirse al gobierno en la “noble e ingrata tarea de servir a nuestro país en estos tiempos difíciles”.

Los tres miembros del consejo son Calixte Fleuridor, de la Federación Protestante de Haití, que representará a la sociedad civil; Mirlande Manigat, profesora de derecho y ex primera dama y candidata presidencial, que representará a los partidos políticos, y Laurent Saint-Cyr, presidente de la Cámara de Comercio de Haití, que representará al sector privado.

El consejo también se encargará de trabajar con los funcionarios del gobierno para reformar la Constitución, aplicar reformas económicas y reducir la violencia, ya que las pandillas siguen aumentando su poder desde el asesinato presidencial, lo que ha provocado un aumento de los asesinatos, los secuestros y las violaciones.

El Alto Consejo de Transición, como se le conoce, también elegirá a los miembros de un consejo electoral provisional que debe constituirse antes de que comience la planificación de las elecciones.

Henry enfatizó que las elecciones no pueden llevarse a cabo hasta que Haití sea más seguro: “No sería aceptable que el estado pida a los políticos que hagan campaña si el estado no puede garantizar su seguridad”, dijo.

Señaló que el nuevo consejo también apoya su llamado para el despliegue de tropas extranjeras para ayudar a sofocar la violencia en Haití, una solicitud que hizo en octubre y que sigue sin ser atendida por el Consejo de Seguridad de la ONU.

Infobae


Accord du 21 décembre 2022: installation ce lundi du Haut Conseil de la Transition/  Ariel Henry dit avoir fait » un bèk» 

Por Daniel Zéphyr 

Le Premier Ministre Ariel Henry a procédé ce lundi 6 février 2023 à l’installation du Haut Conseil de la Transition au 5e étage du Ministère du commerce et de l’industrie en présence de l’ancien président Jocelerme Privert, du Président de la cour de cassation, des membres du cabinet ministériel, de plusieurs signataires de l’accord du 21 décembre et des membres du corps diplomatique. Le HCT promet d’aider dans la lutte contre l’insécurité « en vue de la réalisation des prochaines consultations populaires et la remise sur pied des institutions démocratiques ». Le premier ministre qui s’en est réjouit estime avoir fait » un bèk »

C’était un champ de Mars paré pour l’occasion. Les policiers étaient sur pied de guerre. Pour ce jour marquant un tournant dans la politique en Haïti, le gouvernement avait sorti l’artillerie lourde. Tous les périmètres du Champ de Mars ont été quadrillés. Aucun véhicule privé ne pouvait rentrer ou sortir. Les individus sont passés aux cribles.

Au 5eme étage du Ministère du Commerce et de l’Industrie, la salle était bondée de monde. Membres du corps diplomatique, du secteur privé des affaires, représentants de partis politiques et travailleurs de la presse ont répondu présents pour l’évènement et ont délecté la douce voix de Thamara Suffren appelée pour chanter l’hymne national afin de lancer le bal. Peu après, le Premier Ministre Ariel Henry a remis les ampliations aux différents membres du Haut Conseil de la Transition. Puis, place à l’intervention de Mirlande Manigat.

Dans son discours de circonstance, la figure emblématique du RDNP (aux côtés du feu président Lesly Manigat, son mari) est revenue sur la décision « difficile » d’accepter de faire partie du Haut Conseil de la Transition. « La chrétienne que je suis a le devoir de tourner, avant toute chose, son regard vers le ciel et d’adresser ses dévotions à Dieu le père pour sa grâce pour me conduire à cette charge », lance d’entrée de jeu Mirlande Manigat. « La solennité du jour me porte à avoir une pensée spéciale pour mon feu époux qui m’a initiée dans la politique. Je sens aujourd’hui sa présence comme un témoignage de support », ajoute-t-elle.

Mirlande Manigat reconnaît la crise politique dans laquelle s’engouffre le pays. Toutefois, elle croit mordicus que les secteurs vitaux de la nation doivent se faire avec le document de consensus national pour des élections transparentes et inclusives. « Puisqu’aucune œuvre humaine n’est parfaite. Accordons à l’accord du 21 décembre le bénéfice de la bonne entente », demande-t-elle.

L’ancienne secrétaire générale du Rassemblement National des démocrates progressistes indique que ses collègues et elle sont déterminés à aider dans le rétablissement de la paix et de la sécurité dans les quartiers. Une démarche sans laquelle, les consultations populaires, dit-elle, sont vouées à l’échec. « La réalisation des élections est conditionnée par différents facteurs dont l’apaisement social et la sécurité assurée sur tout le territoire », croit-elle, appelant la communauté internationale à tenir les engagements pris d’assister les organismes de maintien de l’ordre.

Peu après le discours de Mirlande Manifat, le Premier Ministre Ariel Henry a gravi l’estrade pour prononcer son discours. Le chef du gouvernement estime que l’installation du Haut Conseil de la Transition est une lueur d’espoir et d’espérance qui apparaît. « Nous pouvons dire que c’est le commencement de la fin du dysfonctionnement des institutions démocratiques », croit le chef du gouvernement, promettant de tout donner à cet organe « en vue de l’atteinte de ses objectifs ».

Le titulaire de la primature remercie les membres du HCT pour avoir pris la décision d’accepter ce sacerdoce. « Au nom du gouvernement de la République, au nom du peuple haïtien, et en mon nom propre, je vous dis merci. »

« Jodia nou fè yon bon bek. Nou konnen wout la long. Men fok nou t komanse yon kote. J’invite tous ceux et toutes celle malgré leurs divergences de se mettre ensemble pour éviter le pays du pire », lance Ariel Henry.

Avec le Haut Conseil de la Transition, Ariel Henry promet de rétablir la sécurité, attaquer les bandits armes jusqu’à leurs derniers retranchements, continuer les reformes économiques, combattre la corruption, modifier la constitution et réaliser les prochaines joutes électorales en vue de remettre le pays à un Président élu. « Rien ne peut être fait sans la sécurité », selon Ariel Henry qui fait encore appel au déploiement d’une force armée internationale dans le pays.

« Le HCT a pour attribution de s’assurer de la crédibilité et de l’intégrité des élections en participant au choix des membres du Conseil Électoral Provisoire et en organisant des évaluations d’étape assorties de recommandations pour la performance du processus électoral ; choisir le Comité d’experts en charge de la révision de la Constitution ; coordonner un dialogue politique de haut niveau afin d’élargir la base du consensus entre les principaux acteurs politiques, sociaux et économiques du pays, sur la base d’un programme de (i) sécurité, (ii) de réforme politique, constitutionnelle et électorale, (iii) de bonne gouvernance et (iv) de mesures économiques et sociales ; coopérer avec le Premier Ministre et le Conseil des Ministres pour définir une feuille de route comportant des étapes et des délais précis et mettre en œuvre un plan d’action stratégique pour la période de transition ; participer à la reconstitution de la Cour de Cassation ; participer aux remaniements ministériels, aux changements dans les hautes directions de l’Administration publique et aux réformes dans la diplomatie haïtienne ; inspirer et s’assurer des réformes économiques, notamment en matière de recettes de l’État, de politiques fiscale et monétaire ; veiller à la mise en place et à l’exécution d’un plan global de sécurité publique ; identifier et proposer des réformes en matière de droits humains et de renforcement de l’État de droit ; identifier et proposer des réformes visant la sécurité sociale et alimentaire », peut-on lire dans l’arrêté, conférant les attributions du HCT.

Ce Haut Conseil de la Transition est critiqué certains secteurs vitaux de la nation, qui pensent que ses membres ne sont que des conseillers spéciaux du Premier Ministre Ariel Henry. Position rejetée d’un revers de main par des signataires de l’accord du 21 décembre 2022, comme Me André Michel du secteur démocratique et populaire ( SDP).

Gazette Haití

 

 

Más notas sobre el tema