Haití | La Sociedad Interamericana de Prensa reitera preocupación por el peligro de periodistas

Foto: Jeanty Junior Augustin/MSF
553

La SIP reitera preocupación por indefensión de periodistas en Haití

La Sociedad Interamericana de Prensa (SIP) expresó preocupación por la indefensión de quienes ejercen el periodismo y cubren protestas sociales en Haití. La entidad condenó el accionar de las pandillas que continúan atacando, secuestrando y asesinando comunicadores con total impunidad.

Decenas de periodistas que residen en el populoso barrio Carrefour-Feuilles, al suroeste de Puerto Príncipe, fueron víctimas de la violencia ejercida por la pandilla Grand Ravine. Algunos comunicadores abandonaron la zona ante ataques incendiarios contra sus viviendas, según información recopilada por Javier Valdivia, colaborador especial de la SIP.

Tres periodistas han sido asesinados este año: Paul Jean Marie, de radio Lumière, el 5 de mayo; Ricot Jean, de Radio-Télé Évolution Inter, el 25 de abril, y Dumesky Kersaint, de Radio Télé Inurep, el 18 de abril.

Siete comunicadores han sido víctimas de secuestro: Blondine Tanis, de Radio Rénovation; Marie Lucie Bonhomme, de Radio Vision 2000 y propietaria de Télé Pluriel; Pierre Louis Opont, esposo de Bonhomme y copropietario de Télé Pluriel; Robert Dénis, de TV Canal Bleu y actual presidente de la Asociación Nacional de Medios Haitianos; Lebrun Saint-Hubert, de la radio comunitaria 2000; Jean Thony Lorthé, de Radio Vision 2000, y Sandra Duvivier, del canal 5 de TV.

El presidente de la SIP y director global de Licencias e Innovación de Impresión de The New York Times, Michael Greenspon, instó a la comunidad internacional a «continuar denunciando la ola de violencia que padecen los periodistas que viven y trabajan en condiciones precarias».

El presidente de la Comisión de Libertad de Prensa e Información de la SIP y director periodístico del diario La Voz del Interior, de Argentina, Carlos Jornet, alertó que «la precaria situación del periodismo haitiano se agrava por la falta de justicia y la impunidad de los ataques, que dejan en total indefensión a quienes ejercen la actividad».

Greenspon y Jornet pidieron al gobierno haitiano garantizar el libre y seguro ejercicio del periodismo. También instaron a las organizaciones de prensa de las Américas a impedir que la violencia contra el periodismo haitiano quede fuera de la agenda internacional.

Entre otras víctimas de las pandillas, figuran: Réginald Esaie Orélus y Richardson Jourdan, de la Televisión Nacional de Haití (TNH); Jacques Desrosiers, de la Asociación de Periodistas Haitianos; Celou Flécher y Dessources Dieumaitre, de Le Facteur y Fact Cheking News, y Samuel Dallemand y Rubens Artist, de Télé Ginen. También Jean Yves Saint-Louis, de radio Lumière; Kettia Marcellus, de Solidaridad de Mujeres Haitianas Periodistas; Jacques Stevenson Saint-Louis, de Radio Educativa, del Ministerio de Educación; Arnold Junior, de radio Galaxie; Judex Vélima, de Télé Espace, y Arnold Junior Pierre, de Radio Télé Galaxie, cuya vivienda fue incendiada en agosto.

El 11 de agosto fue atacado a tiros Brown Larose, de Radio Télé Éclair, en el municipio de Delmas. Roberson Alphonse, de Le Nouvelliste y locutor en la emisora Magik 9, también sufrió un atentado en esa comunidad.

Los reporteros que cubren marchas o mítines políticos también suelen ser atacados de manera verbal o física por manifestantes. El 31 de julio, el reportero Arnold Junior Pierre, de Radio Galaxie, fue golpeado por individuos encapuchados. El 20 de julio, los reporteros Daniel Lamartinière, del portal informativo Vant Bèf info, y Jameson Jean Baptiste, de JB Média, fueron golpeados por un agente de policía cuando cubrían una manifestación contra el gobierno del primer ministro Ariel Henry.

Sociedad Interamericana de Prensa


Criminalité : L’Association interaméricaine de la presse dénonce la vague de violence touchant les journalistes en Haïti

L’Association interaméricaine de la presse (sigle en Anglais : Iapa), s’élève contre la vague de violences des gangs armés touchant les journalistes en Haïti, ces derniers temps, dans une note publiée sur son site consulté par l’agence en ligne AlterPresse.

Les gangs armés continuent d’attaquer, d’enlever et d’assassiner les communicateurs en toute impunité, s’indigne l’Iapa, exprimant son inquiétude face à l’absence de défense de celles et de ceux qui pratiquent le journalisme et couvrent les manifestations en Haïti.

Elle fait état de dizaines de journalistes résidant à Carrefour Feuilles (banlieue sud-est de la capitale, Port-au-Prince », qui ont été victimes de violences parmi les milliers de personnes de la part du gang de Gran Ravin.

Certains journalistes ont quitté leurs domiciles à cause de l’incendie de leurs maisons par les membres de ce gang, rapporte l’Association interaméricaine de la presse citant son collaborateur spécial, Javier Valdivia.

Parmi les autres victimes des gangs armés, figurent Réginald Esaie Orélus et Richardson Jourdan de la Télévision nationale d’Haïti (Tnh), Jacques Desrosiers de l’Association des journalistes haïtiens (Ajh), Celou Flécher et Dessources Dieumaitre de Le Facteur et Fact cheking news, Samuel Dallemand et Rubens Artist de Télé Ginen.

L’Iapa cite aussi Jean Yves Saint-Louis de Radio lumière, Kettia Marcellus de la Solidarité des femmes journalistes haïtiennes (Sofejh), Jacques Stevenson Saint-Louis de la Radio éducative du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), Arnold Junior de Radio Galaxie, Judex Vélima de Télé Espace ainsi qu’Arnold Junior Pierre de Radio Télé Galaxie, dont la maison a été incendiée en août 2023.

Le président de l’Iapa et directeur mondial des licences et de l’innovation imprimée au New York Times, Michael Greenspon, exhorte la communauté internationale à « continuer à dénoncer la vague de violence subie par les journalistes, qui vivent et travaillent dans des conditions précaires ».

« La situation précaire du journalisme haïtien est aggravée par l’absence de justice et d’impunité pour les attaques, qui laissent ceux qui mènent l’activité dans l’absence totale de défense », déplore, pour sa part, le président du comité de la liberté de la presse et de l’information de l’Iapa et directeur journalistique de La Voz del Interior en Argentine, Carlos Jornet.

Greenspon et Jornet demandent au gouvernement de facto en Haïti de garantir la pratique libre et sûre du journalisme, tout en encourageant les organisations de presse des Amériques à empêcher que la violence contre le journalisme haïtien soit exclue de l’agenda international.

Plusieurs journalistes tués ou victimes de kidnapping

Trois journalistes ont été tués au cours de cette année 2023.

Il s’agit de Paul Jean Marie de Radio Lumière, assassiné le 5 mai 2023, Ricot Jean, de Radio-Télé Évolution Inter, tué le 25 avril 2023, et Dumesky Kersaint, de Radio Télé Inurep abattu le 18 avril 2023.

Sept journalistes, dont Marie Lucie Bonhomme de Radio Vision 2000 et propriétaire de Télé Pluriel, Blondine Tanis de Radio Rénovation et Jean Thony Lorthé, Radio Vision 2000, ont été enlevés, puis libérés.

Marie Lucie Bonhomme a été enlevée, vers 3:00 am locales (7:00 gmt), le mardi 13 juin 2023, en sa résidence privée, par plusieurs individus armés du gang Kraze Baryè de Vitelhomme Innocent, puis libérée peu de temps après.

Kidnappée près de sa résidence privée, à Delmas, le vendredi 21 juillet 2023, la journaliste Blondine Tanis de Radio Rénovation 107.1 Fm a été libérée le dimanche 30 juillet 2023.

Ont été également victimes de kidnapping, suivi de libération, Pierre Louis Opont, époux de Marie Lucie Bonhomme et copropriétaire de Télé Pluriel, Robert Dénis de TV Canal Bleu et actuel président de l’Association nationale des médias haïtiens (Anmh), enlevé le mardi 11 avril 2023 et libéré le jeudi 20 avril 2023, Lebrun Saint-Hubert de Radio communautaire haïtienne (Rch 2000), Jean Thony Lorthé de Radio vision 2000, enlevé le vendredi 3 février 2023 et libéré le vendredi 17 février 2023, et Sandra Duvivier de la chaîne 5.

Depuis la soirée du mardi 20 juin 2023, Pierre-Louis Opont, propriétaire de Télé Pluriel, a été kidnappé par des bandits armés, à Tabarre, puis libéré dans la soirée du vendredi 25 août 2023, après plus de deux mois de séquestration.

Alter Presse

Más notas sobre el tema