Reprimen nueva protesta que exigía la renuncia del presidente Martelly

Haïti – Politique : Une nouvelle manifestation anti-gouvernementale, dispersée violemment à coup de gaz lacrymogène

Une manifestation de plusieurs centaines de personnes dans les rues de la capitale haïtienne, ce vendredi 29 novembre, a été dispersée à coups de gaz lacrymogènes à Tabarre (périphérie nord-est), observe AlterPresse.

Des agents du Corps d’intervention et de maintien de l’ordre (Cimo) et de la Brigade d’intervention motorisée (Bim) ont érigé des barrages à l’aide de véhicules et de grillages métalliques sur les principales voies ainsi que les artères secondaires menant à l’Ambassade des États-Unis.

Les manifestants souhaitaient se rendre devant l’ambassade pour critiquer l’ingérence présumée des Etats-Unis dans les affaires politiques d’Haïti et réclamer le départ du président Michel Martelly, qu’ils considèrent comme un américain.

Ils ont tenté d’entrer dans le périmètre en passant par une rue secondaire non loin d’un hôpital. C’est à ce moment que les agents de la police se sont mis à lancer du gaz lacrymogène pour disperser la foule. Ils ont procédé à l’arrestation de 5 jeunes garçons qui ont nié être des manifestants.

« Nous allons dire à (Barack) Obama qu’il faut que Martelly parte », ont scandé les protestataires tout au long du parcours. « Empressez-vous de les faire partir ».

Écrit en anglais sur une pancarte jaune, le message du mouvement de protestation est clair : « Obama, prière de cesser de supporter Martelly (anglais : Obama please stop supporting Martelly) ».

Mais, les protestataires n’ont pas pu arriver devant l’ambassade américaine, le lieu de leur destination.

Les journalistes ont été interdits de filmer les périmètres de l’ambassade.

Le sénateur Moïse Jean Charles a été remarqué dans la manifestation.

 

http://www.alterpresse.org/spip.php?article15576#.UpxslsTuLvx