Liberan a 38 presos políticos pero igual continuarán las protestas

Haïti-Politique : Point de trêve pour la période festive, la mobilisation anti-Martelly continue, clame l’opposition

La branche radicale de l’opposition politique et populaire au régime de Michel Martelly, projette de gagner les rues durant la période festive de fin d’année, les 24, 26, 28, 31 décembre 2014 et le 1er janvier 2015, dans la perspective de continuer d’exiger le départ du président, apprend AlterPresse.

Cette branche est incarnée par le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod), la Platfom pitit Desalinet des organisations de base alliées.

Ce nouveau calendrier de mobilisation s’inscrit dans la perspective d’obtenir aussi la réalisation d’élections générales à la fin de l’année 2015.

Ce rassemblement coïncide avec la série de discussions entamée avec l’opposition radicale par le chef de l’Etat, suivant les recommandations de la commission consultative présidentielle, suggérant ces rencontres politiques et une trêve.

Fanmi Lavalas ainsi que quatre autres partis ont eu un tête-à-tête avec le chef de l’Etat qui s’est séparé de son premier ministre Laurent Lamothe suivant le vœu de la commission.

Le Mopod avait toujours plaidé pour la mise en œuvre d’une alternative démocratique et consensuelle. Mais cette plateforme refuse d’entrer en pourparler avec Martelly.

La Platfom Pitit Desalin a refusé pour sa part, de rencontrer le président Michel Martelly, le jeudi 18 décembre 2014.

Le Collectif 4 décembre a appelé, la semaine dernière, à une trêve de Noël, entre la présidence et l’opposition « intransigeante » , dans une note transmise à AlterPresse.

Des incertitudes demeurent suite à la démission du premier ministre Laurent Lamothe et à celle du Conseil électoral provisoire, recommandées par une Commission consultative présidentielle.

Le Collectif 4 décembre encourage Martelly à poursuivre ces rencontres et « à la faction intransigeante de l’Opposition de faire preuve de bonne foi, de grandeur d’âme, d’abnégation et de respect des convictions religieuses des citoyens », en acceptant la trêve de Noël proposée.

Le lundi 16 décembre 2014, c’est le secrétaire d’Etat américain John Kerry qui appelait, pour sa part, à un « accord définitif ».

Depuis 2011, les élections locales et législatives ne sont pas réalisées, faute d’une entente pleinement acceptée par le camp Martelly et l’opposition.

AlterPresse

Haïti-Justice : Seulement deux des 40 prisonniers politiques encore en prison, selon le Rnddh

Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) rapporte que seulement deux personnes considérées comme des prisonniers politiques demeurent encore en prison après la vague de libérations observées ces derniers jours.

La responsable de programme du Rnddh, Marie Yolène Gilles, explique que les prisonniers d’opinions sont, pour l’instant, au nombre de deux, en attente de leur libération, soit Jean Robert Vincent et Jeanco Honorat.

Trente six autres ont pu rejoindre leurs familles, selon le décompte effectué par les organismes de droits humains.

La libération de prisonniers politiques, à travers tout le pays, fait partie des mesures d’apaisement préconisées dans le rapport de la commission consultative présidentielle, afin d’aplanir le terrain pour la recherche d’une solution à la crise politique qui secoue le pays.

Parmi les derniers libérés on compte les frères Josué et Énold Florestal ainsi que Louima Louis-Juste mis en liberté le vendredi 19 décembre.

Leur dossier a été entendu devant la cour d’appel le mercredi 17 décembre.

Biron Odigé et Rony Timothée, arrêtés le 26 octobre 2014 dans la zone de Delmas (nord de la capitale), sont en liberté depuis le 11 décembre écoulé.

AlterPresse