La ONU pide 674 millones de dólares para la crisis humanitaria

1.242

ONU pide 674 millones de dólares para combatir crisis humanitaria en Haití en 2024

La ONU lanzó un llamado para recaudar 674 millones de dólares en donaciones para ayudar a más de 3,6 millones de haitianos, afectados por la violencia de pandillas y una de las crisis alimentarias más graves del mundo.

«En 2023, la violencia perpetrada por las pandillas armadas contra la población haitiana siguió propagándose por el país, llegando a zonas rurales aisladas donde la presencia del Estado se erosionó», afirmó la ONU en un plan de ayuda humanitaria para 2024.

El programa describe la multiplicación de ataques contra hospitales, escuelas y lugares de culto.

Con «el deterioro de la situación de seguridad, el casi colapso de los servicios básicos, el impacto de años de sequía y el impacto ligado a desastres naturales», 5,5 millones de haitianos, de una población de más de 10 millones, se encontrarán «en un estado de profunda vulnerabilidad en 2024».

El plan busca suplir las necesidades de 3,6 millones de personas, para lo cual son necesarios 673,8 millones de dólares, en un contexto de subfinanciación crónica de las operaciones humanitarias.

Según la ONU, 45% de la población sufre inseguridad alimentaria en Haití.

Este llamado se da después de que Estados Unidos anunciara ayer que Benín puso a disposición a 2.000 efectivos como parte de una misión respaldada por la ONU.

El anuncio fue realizado por la embajadora estadounidense ante Naciones Unidas, Linda Thomas-Greenfield, durante la cumbre en Guyana de la Comunidad del Caribe (Caricom).

Benín ya participó con personal policial en la Misión de Estabilización de las Naciones Unidas en Haití (Minustah), que operó entre 2004 y 2017.

En octubre pasado, el Consejo de Seguridad de la ONU dispuso el envío a Haití de una misión multinacional encabezada por Kenia, pero su aplicación efectiva se demora, principalmente debido a una decisión judicial de Nairobi.

El jefe de la diplomacia estadounidense, Antony Blinken, instó el jueves pasado desde Brasil a acelerar la creación de esta fuerza policial.

Con al menos 806 personas asesinadas, heridas o secuestradas en enero pasado y unos 300 pandilleros muertos o heridos, el comienzo de 2024 fue particularmente violento en Haití, según denunció a principios de febrero el Alto Comisionado de Derechos Humanos de Naciones Unidas.

Las bandas criminales están cada vez más presentes en el país, en particular desde el magnicidio del presidente Jovenel Moise en julio de 2021.

Los asesinatos y los secuestros están a la orden del día, especialmente en la capital, Puerto Príncipe, y sus barriadas más importantes como Cité Soleil.

 

TELAM


Crise : Insistance du gouvernement des États-Unis sur l’urgence du déploiement de la Mmas en Haïti

Elle a fait cette déclaration lors d’une rencontre avec le premier ministre de facto Ariel Henry, le dimanche 25 février 2024, en marge à la 46e réunion ordinaire de la Conférence des gouvernements de la Communauté des Caraïbes (Caricom), à Georgetown (Guyana).

Linda Thomas-Greenfield informe avoir discuté de la nécessité urgente de favoriser une voie inclusive et crédible vers des élections libres et équitables, et un retour à l’ordre démocratique en Haïti, dans un communiqué dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

L’ambassadrice américaine et Ariel Henry continuent d’appeler au déploiement de la Mmas, autorisée le 2 octobre 2023 par l’Organisation des Nations unies (Onu) pour permettre à la Police nationale haïtienne (Pnh) de rétablir la paix et la sécurité, et d’atténuer la crise humanitaire en Haïti.

Thomas-Greenfield a réaffirmé le soutien indéfectible des États-Unis au peuple haïtien, notamment à travers la fourniture continue d’une aide humanitaire, de développement, économique et de sécurité.

Elle a annoncé une aide de 10 millions de dollars de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid) pour améliorer la capacité et la performance des institutions et des marchés du secteur de l’eau en Haïti, lors de la 46e réunion ordinaire de la Conférence des gouvernements de la Communauté des Caraïbes (Caricom), à Georgetown (Guyana), le lundi 26 février 2024.

Avant son voyage au Kenya, le premier ministre de facto Ariel Henry participe à cette 46e réunion ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Caricom, qui se tient du dimanche 25 au mercredi 28 février 2024, à Georgetown (Guyana).

Il se rendra à Nairobi, au Kenya, pour finaliser les modalités du déploiement de la Mmas en Haïti, avec des autorités kenyanes et celles d’autres pays du continent africain, selon une note du gouvernement de facto.

L’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield a aussi rencontré la première ministre de la Barbade, Mia Mottley, ainsi que le ministre canadien du développement international, Ahmed Hussen, en marge de la réunion biannuelle des chefs de gouvernement de la Caricom.

Elle a exprimé sa reconnaissance pour le soutien du Canada à une Mission multinationale d’appui à la sécurité en Haïti.

La ministre canadienne des affaires étrangères, Mélanie Joly, a réitéré l’engagement du gouvernement canadien à travailler avec le Kenya et d’autres partenaires internationaux pour soutenir le déploiement réussi de la Mmas, à l’occasion d’une réunion, le 22 février 2024, à Rio de Janeiro au Brésil, avec un certain nombre de pays, dont du G-20.

Le Canada veille « à ce que nos efforts se renforcent mutuellement », dit-elle, plaidant en faveur de solutions dirigées par les Haïtiennes et Haïtiens aux crises politiques, sécuritaires et humanitaires.

« Je suis heureuse d’annoncer le soutien du Canada à ces projets importants, qui contribueront à ouvrir la voie à des interventions plus significatives pour protéger la population d’Haïti et encourager les efforts, menés par les Haïtiennes et Haïtiens, pour rétablir la paix et la prospérité dans le pays », a exprimé Mélanie Joly.

A la réunion du 22 février 2024, à Rio de Janeiro au Brésil, le secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique, Antony Blinken, a applaudi les engagements en faveur du déploiement de la Mmas en Haïti.

Ces engagements démontrent, « une fois de plus, le soutien indéfectible de la communauté internationale au peuple haïtien », déclare Blinken.

« Nous devons continuer à soutenir les Haïtiennes et Haïtiens dans leur recherche de la paix et de la stabilité qu’ils méritent », poursuit-il.

Au moins 120 millions de dollars américains supplémentaires sont déjà disponibles pour le déploiement de la force multinationale en Haïti, suite à la contribution de plus d’une douzaine de pays, a fait savoir le secrétaire d’État américain.

Plus de 1.100 personnes ont été tuées, blessées ou enlevées dans le pays notamment dans la capitale, Port-au-Prince, où les gangs contrôlent désormais 80 % de territoires, a-t-il signalé lors d’une conférence à Rio de Janeiro, au Brésil, le 22 février 2024.

ALTERPRESSE

Más notas sobre el tema