Comisión electoral analizará supuesto fraude pero sólo en las presidenciales

33

La Comisión de Evaluación Electoral Independiente creada en Haití decidió evaluar solamente la primera ronda de las presidenciales del 25 de octubre, informaron ayer sus miembros en conferencia de prensa.

Expresaron que a pesar de los casos de fraude identificados en los comicios parlamentarios, municipales y locales realizadas el 9 de agosto y el 25 de octubre, la comisión no tiene tiempo en el breve mandato de ocho días, para evaluar lo ocurrido en esas instancias.

La explicación la ofreció el representante de la sociedad civil, Rosny Desroches, quien recordó que la misión principal de la Comisión es evaluar las presidenciales y hacer recomendaciones al Consejo Electoral Provisional (CEP) y al gobierno para superar la crisis y garantizar la transparencia, credibilidad y legitimidad del proceso electoral en curso.

Aseguró que han recibido una treintena de correspondencias con denuncias y leerán todas las peticiones pero no podrán procesar con cuidado, detalles y efectividad otros aspectos fuera de las presidenciales, aunque incluirán el tema en su informe también.

Añadió que la Comisión ya incursionó el domingo en el Centro de Tabulación de Votos y se reunió con expertos en estadísticas involucrados en ese trabajo pero por el tiempo disponible será imposible comprobar cada uno de los 13 mil 725 registros recogidos allí.

Contamos con un equipo de estadísticos e informáticos entrenado en el Centro de Planificación y Técnica de Economía Aplicada y la Facultad de Ciencias, lo que ayudará a establecer una muestra aleatoria de 15 por ciento de esa información y con ello se hará un juicio científico sobre la calidad del proceso, agregó.

Informó que la Comisión ya se reunió también con diversos sectores de la vida nacional, incluyendo organizaciones de observación electoral como el Consejo de Haití de los actores no estatales, Solidaridad de Mujeres Haitianas y la Red Nacional para la Defensa de los Derechos Humanos y luego lo hará con expertos internacionales.

Dijo que la comisión también tuvo una reunión con el candidato a la presidencia por el oficialista Partido Haitiano Tet Kale (PHTK) Jovenel Moisés y está presta a encontrarse con el candidato presidencial de la opositora Liga Alternativa para el Progreso y el Empoderamiento de Haití (Lapeh), Jude Celestin.

Lo expresado por Desroches pareció responder a lo formulado poco antes por el ex candidato presidencial del Partido Unite, Clarens Renois, favorable a una auditoría de todo el proceso electoral, incluso a nivel legislativo.

Según Renois, si bien se observaron inconsistencias durante la primera vuelta de la presidencial, los fraudes en las parlamentarias fueron más graves.

La evaluación de las elecciones municipales, parlamentarias y presidenciales por esta comisión creada por el Poder Ejecutivo el 22 de diciembre son condiciones demandadas por el Grupo de los ocho candidatos opositores conocido como G-8 del cual forma parte Celestin.

El G8 declinó una invitación de la comisión a reunirse, pues consideró que esta debe evaluar por igual las elecciones legislativas, municipales y presidenciales y encontrar una solución democrática viable a la crisis electoral.

Prensa Latina

Haïti-Politique : Seul le premier tour de la présidentielle sera évalué, précise la commission d’évaluation électorale

En dépit des cas de fraudes relevées dans les élections du 9 août et du 25 octobre 2015, la commission d’évaluation électorale indépendante décide d’évaluer uniquement le premier tour de la présidentielle du 25 octobre, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Lors d’une conférence de presse, ce lundi 28 décembre 2015, la commission a fait le point autour de sa mission et les termes de référence y relatifs qui leur font injonction, selon elle, d’évaluer uniquement le 1er tour de la présidentielle

Vu le délai qui lui est imparti, la commission n’aurait pas le temps d’évaluer tout le processus électoral incluant les élections législatives, municipales, locales et présidentielles, explique le porte-parole de la commission et également représentant de la société civile, Rosny Desroches.

Pourtant, des fraudes et irrégularités ont entachées les élections du 9 août et du 25 octobre 2015, avaient révélé des organismes nationaux et internationaux.

« La commission d’évaluation électorale indépendante » a pour mission principale d’évaluer le processus électoral et de produire des recommandations au Conseil électoral provisoire (Cep) et au gouvernement dans le respect de la constitution, du décret électoral et des lois de la république, rappelle Rosny Desroches.

Les membres de cette commission doivent évaluer le 1er tour de la présidentielle et faire des recommandations qui visent la transparence, la crédibilité et la légitimité du processus électoral en cours, suivant les termes de référence adoptés en discussion avec les représentants du gouvernement particulièrement le premier ministre Evans Paul, précise-t-il.

« Nous avons reçu une trentaine de plis (correspondance) notamment de la part des candidats à la députation, un des membres (de la commission) se fera le devoir de lire toutes ces demandes. Nous n’affirmons pas que nous serons en mesure de traiter ces dossiers avec minutie et détails mérités, cependant, il y aura une section dans le rapport qui abordera un autre aspect des élections en dehors de la présidentielle », indique-t-il.

La « Commission d’évaluation électorale indépendante » a débuté comme prévu ses opérations au Centre de tabulation des votes (Ctv), le dimanche 27 décembre 2015.

Lors de cette rencontre, la commission s’est mise d’accord avec les responsables du centre dont des experts en statistique et en informatique sur ce travail d’évaluation.

Vu le temps imparti à la commission, il sera quasiment impossible de vérifier les 13, 725 procès-verbaux recueillis au Ctv, selon Desroches.

« Nous avons une équipe de statisticiens et informaticiens formés au Ctpea (Centre technique de planification et d’économie appliquée et à la Faculté des sciences, qui va nous aider à établir un échantillon aléatoire de 15% des procès-verbaux », fait-il savoir.

Cet échantillon sera déterminé par un algorithme en vue de porter un jugement scientifique sur la qualité du processus, ajoute-t-il.

Depuis son installation le mardi 22 décembre, les membres de la commission ont déjà rencontré divers secteurs de la vie nationale notamment des organismes nationaux d’observation électorale comme le Conseil haitien des acteurs non étatiques (Conhane), la Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa) et le Réseau nationale de défense des droits humains (Rnddh).

Des organismes internationaux d’observation électorale seront aussi contactés prochainement, assure la commission, qui a jusqu’au 30 décembre pour fournir son rapport.

La commission a aussi eu une réunion avec le candidat à la présidence du Parti haïtien tèt kale (Phtk), Jovenel Moise.

Elle projette de rencontrer, ce lundi 28 décembre, le candidat à la présidence, Jude Célestin de la Ligue alternative pour le progrès l’émancipation haïtienne (Lapeh).

L’évaluation des élections législatives, municipales et présidentielle, « contrairement à ce qui est écrit dans les termes de référence » de ladite commission, est une des conditions préalables, posées par le Groupe des 8 candidats à la présidence (G8), dont fait partie Jude Célestin, pour rencontrer la dernière commission d’évaluation électorale, mise en place par l’exécutif le 22 décembre 2015.

Alter Presse

Más notas sobre el tema